METAL IMPACT
P
U
B
Cliquez SVP P
U
B
L ultime Webzine orienté Metal qui se renouvelle au quotidien

MI Facebook | MI YouTube | CD Reviews | DVD Reviews | Book Reviews | Interviews | Live Reports | Concours | Forums | Radio | Photos | M-I Tshirt | Contact | M-I Banner
Fermer/Ouvrir ce bloc Rechercher sur M-I


Avancee | Aidez-moi
Fermer/Ouvrir ce bloc M-I Membres
· Page d'accueil
· S'enregistrer
· Liste des Membres
· M-I Flux RSS
· M-I sur Facebook
· M-I sur YouTube
· M-I sur Twitter
· M-I sur Google+
· Top 15 des Rubriques
· M-I FAQ
· M-I Tshirt
· M-I Skin Firefox
Fermer/Ouvrir ce bloc Book Reviews Aléatoires
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc Interviews Aléatoires
· FORGIN FATE (FR…
· ZOE (FRA) - Fre…
· INNER VISIONS (…
· WHEELFALL (FRA)…
· WHITHERING SURF…
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc CD Reviews Aléatoires
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc Rejoins-nous sur Facebook
Fermer/Ouvrir ce bloc Live Reports Aléatoires
· BONECRUSHER FES…
· DARKANE (se) - …
· GAMMA RAY (de) …
· PROG ROCK FEST …
· TARJA (fi) - Ba…
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc DVD Reviews Aléatoires
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc Qui est en Ligne ?
Il y a actuellement 119 invités et 0 membres en ligne

Vous êtes un visiteur anonyme. Inscrivez-vous gratuitement en cliquant ici.

Fermer/Ouvrir ce bloc M-I Jeux

Deviens un pro de la batterie en cliquant ici ou (Entraîne toi sur la batterie de Danny Carey de TOOL)

P
U
B
Cliquez SVP P
U
B

CANNIBAL CORPSE (usa) - Butchered At Birth (1991)








Label : Metal Blade Records
Sortie du Scud : 1er juillet 1991
Pays : Etats-Unis
Genre : Brutal Death Metal
Type : Album
Playtime : 9 Titres - 37 Mins





La Genèse selon CANNIBAL CORPSE, chapitre un ; verset deux.
- Et CANNIBAL CORPSE vit que son premier essai était apprécié. Alors ils décidèrent de séparer leur univers ténébreux en deux étendues. Ils appelèrent la première étendue « enfer » et la deuxième « désolation ». La désolation sera la partie physique de leur œuvre, et l’enfer la partie psychique. Ils virent qu’il était impossible de s’épanouir dans ce monde, et ça leur plaisait ainsi. Il n’y eu ni matin, ni nuit… ce fut le second jour.
Ce second jour, matérialisé dans mon délire paranoïaque par leur deuxième album, Butchered At Birth se voudra comme un autre coup de massue. Un tour de force qui imposera CANNIBAL CORPSE comme un puissant créateur d’une mouvance nouvelle. La seule destinée de ce disque sera de bétonner les bases posées il y’a seulement un an par Eaten Back To Life.
Fiers de ce projet, nos américains n’hésitent pas à dépasser les limites de l’acceptable avec une cover aussi explicite que suggestive, où la barbarie sera poussée à son paroxysme. Plus jamais CANNIBAL CORPSE ne reproduira cet « exploit », la suite n’étant qu’une parodie de gore comme l’attesteront leurs enregistrements futurs. Cette galette à néanmoins le mérite de conforter le quintette dans sa démarche. Même si d’emblée, avec « Meat Hook Sodomy », on est comblés d’un son plus propre et plus efficace, on ne pourra que constater amèrement que l’effet de surprise s’est envolé. Tout parait rôdé, calculé. Déstabilisant. Certes, on n’appréciera que trop les tentatives de solos répétées un peu partout et des riffs qui semblent désormais issus d’une profonde maturation. Pourtant, plus les minutes passent et plus on se retrouve désarmés devant un tel paradoxe. Leur musique sonne mieux, plus juste mais n’est pas pour autant meilleure. Les cadences sont d’une vivacité extrême, merci Paul Mazurkiewicz dont l’impact et le dynamisme toujours intacts luisent malgré tout en filigrane avec une notion complexe ; le manque de prise de risque. A croire qu’il voulait éviter une tendinite, tant sa double à été constamment mise à l’épreuve. Autre point négatif, la totale disparition d’Alex Webster à la basse. Lui qui avait fait son trou au milieu de ses copains à un poste souvent en retrait, il est complètement absent musicalement ici. Il vous faudra tendre l’oreille pour entendre une vibration de son instrument. Et il se peut que ce ne soit qu’un mirage. Le fossé s’est creusé entre eux deux et le reste. Les guitares, comme souligné plus haut, font preuve de davantage d’ingéniosité et de maîtrise, tous les riffs sont distincts et purs. Quant à Chris Barnes, il livre une prestation fidèle à ses principes. C’est pas encore aujourd’hui que la boule de pétanque qu’il s’est coincé dans l’œsophage daignera être évacuée. Si cet opus contient ses hits (« Living Dissection », « Vomit The Soul » avec une fois encore l’excellent Glen Benton (DEICIDE) qui fournit une profondeur abyssale aux vocaux de cette composition et « Butchered At Birth »), il est au final trop linéaire en lui-même et moins vicieux qu’Eaten Back To Life.
Sans un prédécesseur dont la trace rougeoyante est encore présente sur toutes les joues, Butchered At Birth aurait eu de grandes chances de s’imposer comme un classique à l’époque. Ce n’est qu’une dizaine d’années plus tard que ce CD s’appropriera ce statut. A l’époque, ce n’était que partie remise.


Discographie Complète de CANNIBAL CORPSE : Eaten Back To Life (Album - 1990), Butchered At Birth (Album - 1991), Tomb Of The Mutilated (Album - 1992), The Bleeding (Album - 1994), Vile (Album - 1996), Gallery Of Suicide (Album - 1998), Bloodthirst (Album - 1999), Gore Obsessed (Album - 2002), The Wretched Spawn (Album - 2004), Kill (Album - 2006), Evisceration Plague (Album - 2009), Torture (Album - 2012)



Ajouté :  Lundi 02 Février 2009
Chroniqueur :  Stef.
Score :
Lien en relation:  Cannibal Corpse Website
Hits: 11267
  
[ Réagissez sur le Forum ] [ Retour à l'index des CD Reviews ]


Transmis par Karguul actif 06 Sept 2010 @ 05:15
Mon score :

'' il est au final trop linéaire en lui-même et moins vicieux qu’Eaten Back To Life. '' Butchered at Birth se veut plus maîtrisé, plus précis, plus direct et plus brutal que son prédécesseur, qui lui contient toujours des teintes thrash très prononcées et des vocaux encore trop peu maîtrisés. La simplicité et la production faible d'Eaten Back to Life rendent le tout moins abouti, moins épais et moins gore, tandis que la clarté et la précision millimétrique dans Tomb of the Mutilated rendent le tout trop abouti et pas assez épais. Et avec The Bleeding, la production est trop claire et le tout est moins suffocant, un peu trop accrocheur. De ce fait, Butchered at Birth reste pour moi le meilleur de l'ère Chris Barnes.
P
U
B
Cliquez SVP P
U
B
MI Facebook | MI YouTube | CD Reviews | DVD Reviews | Book Reviews | Interviews | Live Reports | Concours | Forums | Radio | Photos | M-I Tshirt | Contact | M-I Banner
Metal-Impact est inscrit à la Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL) sous le N° 818655. Conformément à la loi Informatique et Libertés en date du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de modification et de suppression des données qui vous concernent. Vous pouvez exercer ce droit en nous envoyant un courriel. Plus d'infos sur vos droits sur le site de la CNIL.
Page générée le 17/1/2019 à 19:04:59 en : 0,0803 secondes
| © Metal-Impact (2001-2016) | Webmaster et Rédacteur en chef : Blasphy De Blasphèmar