METAL IMPACT
P
U
B
Cliquez SVP P
U
B
L ultime Webzine orienté Metal qui se renouvelle au quotidien

MI Facebook | MI YouTube | CD Reviews | DVD Reviews | Book Reviews | Interviews | Live Reports | Concours | Forums | Radio | Photos | M-I Tshirt | Contact | M-I Banner
Fermer/Ouvrir ce bloc Rechercher sur M-I


Avancee | Aidez-moi
Fermer/Ouvrir ce bloc M-I Membres
· Page d'accueil
· S'enregistrer
· Liste des Membres
· M-I Flux RSS
· M-I sur Facebook
· M-I sur YouTube
· M-I sur Twitter
· Top 15 des Rubriques
· M-I FAQ
· M-I Tshirt
Fermer/Ouvrir ce bloc Book Reviews Aléatoires
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc Interviews Aléatoires
· IN THIS MOMENT …
· ANATHEMA (uk) -…
· SENTENCED (fi) …
· GRAVEYARD (se) …
· VENTURIA (FRA) …
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc CD Reviews Aléatoires
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc Rejoins-nous sur Facebook
Fermer/Ouvrir ce bloc Live Reports Aléatoires
· DYING FETUS (us…
· AFTER FOREVER (…
· MALARIAH (FRA) …
· HELLFEST OPEN A…
· SOLIDHARDLIVE 2…
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc DVD Reviews Aléatoires
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc Qui est en Ligne ?
Il y a actuellement 23 invités et 0 membres en ligne

Vous êtes un visiteur anonyme. Inscrivez-vous gratuitement en cliquant ici.

Fermer/Ouvrir ce bloc M-I Jeux

Deviens un pro de la batterie en cliquant ici ou (Entraîne toi sur la batterie de Danny Carey de TOOL)

P
U
B
Cliquez SVP P
U
B

RITE (fi) - Death I Hear You Calling But I Can't Come Home Rite Now (2008)






Label : Multiplatinum Records / Longfellow Deeds Records
Sortie du Scud : 8 octobre 2008
Pays : Finlande
Genre : Stoner / Hardcore
Type : Album
Playtime : 9 Titres - 36 Mins





Oh, comme c’est rigolo ! Pour une fois qu’on tombe sur un album avec un nom interminable qui n’est pas l’œuvre d’un groupe de Deathcore… Je croyais que seules les formations du calibre de BRING ME THE HORIZON pouvaient sortir un disque intitulé There Is A Hell, Believe Me I've Seen It. There Is A Heaven, Let's Keep It A Secret. Mais en fait non ! Avec Death I Hear You Calling But I Can’t Come Home Rite Now (a noter le jeu de mot collector et le clin d’œil à la chanson de KISS), les Finlandais de RITE marquent déjà les esprits. Relativement connus au cœur de la scène Metal européenne, mais bizarrement assez peu en France, nos amis Scandinaves n’en sont pas à leur premier test. Deux albums et une bonne chiée de démos garnissent déjà une discographie qui s’est progressivement remplie depuis leur création en 1994.

Pour ce qui est du style pratiqué, plutôt que de rechercher bêtement sur la Toile à quelle sauce j’allais être mangé, j’ai préféré revêtir des œillères et partir dans un inconnu que ni la pochette, ni le label ne sauraient trahir. Et le résultat, c’est qu’on en met du temps avant de caricaturer grossièrement la musique de RITE. Ce disque est comme une anguille, il se faufile, se contorsionne pour ne jamais se laisser prendre. Visqueux et dépourvu de vertèbres, il navigue frénétiquement entre plusieurs styles sans jamais s’arrêter trop longtemps sur l’un d’entre eux. Ainsi, la première vraie certitude arrive avec les sept minutes de « Meanwhile In Hell » qui se positionne nettement sur la case Doom. Auparavant, il y aura eu bien sûr « Crack Of Doom » ou encore « Going, Going, Gone », mais sans qu’on puisse parvenir à définir si c’était du Stoner shooté au Hardcore ou l’inverse. Avec l’arrivée d’effluves clairement Thrash sur « Man Or Maggot », la tâche s’annonçait encore plus relevée. Mais qu’importe au final l’étiquette, puisque RITE délivre purement et simplement une musique convaincante, grassouillette et un poil provoc’. Le chant Rock N’ Roll passe-partout de Jarkko Laatikainen se marie bien avec les différents choix stylistiques, puisque le bonhomme n’a pas vraiment de parti pris dans ses intonations. En ce qui concerne la section rythmique, c’est un poil différent parce que même si on a souvent droit à de longues frappes entre Stoner et Doom, la dynamique générale va davantage vers le Punk (« I Rest Your Case ») et ses tempos tribaux. RITE touche un peu à tout dans son disque et la première qualité qui en résulte est la diversité pour une œuvre qui s’adresse principalement aux métalleux, au sens (très) large du terme. Chacun trouvera forcément dans ce magma intense une compo qui lui convient particulièrement, sans pour autant rejeter les autres qui sont très bien écrites. La force première de cet enregistrement est en même temps sa grande faiblesse, puisque vient inévitablement un moment où l’on s’interroge sur leurs ambitions. Death I Hear You Calling But I Can’t Come Home Rite Now a la chance d’être remarquablement composé et exécuté, sans quoi le flou artistique dans lequel les Finlandais naviguent à vue deviendrait vite un frein à l’épanouissement de l’auditeur. Il n’en est rien. Ces quelques travaux sont simplement de bonne facture.

Vous l’aurez compris, si RITE fait régulièrement taper du pied, on peine quand même à atteindre la transcendance. Ce n’est visiblement pas l’objectif de ces garçons qui s’éclatent avec leur Stoner groovy, pétillant et multicolore. Si jamais vous êtes en quête d’une formation polyvalente et efficace, se rabattre sur cette sortie n’est pas forcément le plus mauvais choix à faire. A déguster « on the rocks » !



Ajouté :  Jeudi 10 Mai 2012
Chroniqueur :  Stef.
Score :
Lien en relation:  Rite Website
Hits: 3363
  
[ Réagissez sur le Forum ] [ Retour à l'index des CD Reviews ]

P
U
B
Cliquez SVP P
U
B
MI Facebook | MI YouTube | CD Reviews | DVD Reviews | Book Reviews | Interviews | Live Reports | Concours | Forums | Radio | Photos | M-I Tshirt | Contact | M-I Banner
Metal-Impact est inscrit à la Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL) sous le N° 818655. Conformément à la loi Informatique et Libertés en date du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de modification et de suppression des données qui vous concernent. Vous pouvez exercer ce droit en nous envoyant un courriel. Plus d'infos sur vos droits sur le site de la CNIL.
Page générée le 24/4/2019 à 06:46:43 en : 0,0774 secondes
| © Metal-Impact (2001-2019) | Webmaster et Rédacteur en chef : Blasphy De Blasphèmar