METAL IMPACT
P
U
B
Cliquez SVP P
U
B
L ultime Webzine orienté Metal qui se renouvelle au quotidien

MI Facebook | MI YouTube | CD Reviews | DVD Reviews | Book Reviews | Interviews | Live Reports | Concours | Forums | Radio | Photos | M-I Tshirt | Contact | M-I Banner
Fermer/Ouvrir ce bloc Rechercher sur M-I


Avancee | Aidez-moi
Fermer/Ouvrir ce bloc M-I Membres
· Page d'accueil
· S'enregistrer
· Liste des Membres
· M-I Flux RSS
· M-I sur Facebook
· M-I sur YouTube
· M-I sur Twitter
· M-I sur Google+
· Top 15 des Rubriques
· M-I FAQ
· M-I Tshirt
· M-I Skin Firefox
Fermer/Ouvrir ce bloc Book Reviews Aléatoires
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc Interviews Aléatoires
· BLOOD STAIN CHI…
· OMNIUM GATHERUM…
· YYRKOON (FRA) -…
· NECROPHAGIA (FR…
· MALLEUS MALEFIC…
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc CD Reviews Aléatoires
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc Rejoins-nous sur Facebook
Fermer/Ouvrir ce bloc Live Reports Aléatoires
· SOULFLY (br) - …
· BLACK SABBATH (…
· DORO (de) - Hof…
· SKEW SISKIN (de…
· BIDACHE METAL 1…
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc DVD Reviews Aléatoires
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc Qui est en Ligne ?
Il y a actuellement 99 invités et 0 membres en ligne

Vous êtes un visiteur anonyme. Inscrivez-vous gratuitement en cliquant ici.

Fermer/Ouvrir ce bloc M-I Jeux

Deviens un pro de la batterie en cliquant ici ou (Entraîne toi sur la batterie de Danny Carey de TOOL)

P
U
B
Cliquez SVP P
U
B

ORDEN OGAN (de) - Sebastien "Seeb" Levermann (Déc-2014)


ORDEN OGAN, la formation teutonne, est de retour trois ans après la sortie de To The End. Un album qui leur a permis de s'imposer sur la scène allemande et de sillonner l'Europe de long en large. Après le succès de cet opus, la partie n'était pas simple pour Seeb qui se devait de revenir avec une galette aussi efficace et puissante que son dernier méfait. Un vrai challenge pour un album qui s'avère déjà crucial pour la suite de leurs aventures ! D'emblée, la pochette nous plonge dans ambiance totalement différente. Exit le froid polaire, bienvenue au marais glauque et inquiétant version démoniaque. Si l'opus n'est pas un véritable concept, notre stakhanoviste du Metal a tout de même développé une petite histoire sur plusieurs titres qui donne une couleur très noire à l'ensemble ! Impossible pour notre ami de résister à une créativité exacerbée qui l'emmène vers de nouveaux horizons toujours plus éloignés les uns des autres. Musicalement, le bougre a cette fois-ci décidé de mettre en avant les chœurs et les guitares afin de ne pas se répéter même si l'emprunte BLIND GUARDIAN est toujours omniprésente. Pour mettre tous les atouts de son côté, il n'a pas hésité à faire appel à des invités prestigieux tel Joachim Cans (HAMMERFALL) ou Chris Boltendhal (GRAVE DIGGER) histoire de pimenter l'affaire. Au final, Ravenhead s'avère très intéressant à bien des égards et montre toute l'étendu musicale d'ORDEN OGAN capable de surprendre tout en restant simple et fidèle à ses racines. Afin d'en savoir un peu plus sur cette histoire de lac maléfique, MI a soumis à la question le sieur Sebastien "Seeb" Leverman dans un hôtel parisien. Entretien avec un musicien sympathique, détendu, serein et confiant dans son nouveau groupe qui semble lui donner entièrement satisfaction ! Magnéto Seeb, c'est à toi !

Line-up
: Sebastien "Seeb" Levermann (chant/guitare), Tobin Kersting (guitare), Niels Löffler (basse), Dirk Meyer-Berhorn (batterie)

Discographie : Testimonium A.D (2004), Vale (2008), Easton Hope (2010), To The End (2012), Ravenhead (2015)

M-I Interviews du groupe : Sebastien "Seeb" Levermann (Sep-2012), Sebastien "Seeb" Levermann (Déc-2014)



Metal-Impact. Dans quel état d'esprit étais-tu pour composer ces nouveaux morceaux ?
Sebastien "Seeb" Levermann. La composition s'est parfaitement déroulée. Pour To The End, l'album précédent, trois membres du groupe nous avaient quittés et c'était une des raisons qui m'avait poussé à tout faire seul. Le batteur et le bassiste venaient d'arriver et ils ne connaissaient pas les titres d'ORDEN OGAN. Cette fois-ci tout était différent, nous sommes parti ensembles en tournée européenne aux côtés de LUCA TURILLY'S RHAPSODY. Nous avons aussi joué dans de nombreux festival et donc nous formons maintenant un vrai groupe. Nous avons travaillés ensemble sur ces nouveaux titres.

MI. Comment s'est passée l'intégration de ces nouveaux musiciens Niels Löffler et Dirk Meyer-Berhorn ?
Seeb. Sur scène tout a été parfait cela s'est fait naturellement. On a beaucoup répété avant de partir sur les routes. La chose qui est importante c'est qu'ils puissent évoluer au niveau de l'écriture des chansons. Il fallait qu'ils puissent développer un feeling à propos des morceaux et comprendre ce qu'était ORDEN OGAN ou pas. Et c'est ce qui s'est passé, j'ai écrit beaucoup de titres avec notre batteur Dirk. C'était une expérience intéressante parce qu'il ne sait jouer que d'un seul instrument : la batterie. Du coup, j'ai dû trouver une forme de langage pour m'adapter ses à idées et être capable de communiquer avec lui musicalement. Cela nous a rapprochés et nous nous sentons désormais plus comme un vrai combo. Je suis très satisfait de cette situation.

MI. Est-ce que le fait de ne plus écrire seul a été une aide lors de la composition ?
Seeb. Honnêtement, j'aime les deux situations. Si je dois le faire, je peux écrire un album entier seul. Je pense que pour tout le groupe nous ressentons le même feeling et cela a forcément un impact sur le processus d'écriture. Il y a des titres qui ont été totalement composé par notre bassiste Niels. Pour moi, c'est excellent de voir qu'il s'est totalement investi au sein d'ORDEN OGAN et qu'il a compris comment un morceau d'ORDEN OGAN doit sonner. Il n'est pas venu avec des idées qui ne nous correspondaient pas.

MI. To The End a eu beaucoup de succès notamment en Allemagne, as-tu ressenti une certaine pression lors de l'écriture de Ravenhead ?
Seeb. Oui, pour la première fois j'ai ressenti une forme de pression parce que j'ai réalisé que beaucoup de gens s'intéressaient à nous. Et d'un autre coté c'est aussi dû au fait que nous avons changé notre manière de composer. On est toujours resté très proche de nos fans quand nous donnons des concerts nous n'hésitons pas à aller parler avec eux. Ils nous répétaient sans cesse que les deux choses les plus importantes pour eux c'est que l'on retrouvait dans ORDEN OGAN des chœurs alliés à des grand riffs de guitares. C'est ce que l'on ne retrouve pas dans d'autres formations de Metal, surtout ces guitares très Heavy.

MI. Vous aviez envie de satisfaire vos fans avec Ravenhead ?
Seeb. Pas exactement. Pour être honnête, nous composons avant tout pour nous parce que c'est ce que nous aimons. Mais quand tu échanges beaucoup avec les fans, tu as une nouvelle perspective au niveau de l'écriture. Ils te donnent leur avis sur ce qu'ils considèrent comme des points forts d'ORDEN OGAN et tu as envie de te focaliser là-dessus. C'est une des principales raisons qui fait que sur Ravenhead les chœurs sont très forts. On a eu vraiment cette fois-ci une approche différente.

MI. Comment s'est passé l'enregistrement des chœurs ?
Seeb. En studio, on avait entre dix et vingt personnes qui assuraient les chœurs. On avait aussi les musiciens du groupe qui chantait et d'autres chanteurs qui sont venu nous prêter main fortes. Ce qui fait qu'au final on avait à peu près 50 voix différentes pour les chœurs.

MI. Comment faites-vous pour reproduire ces chœurs sur scène ?
Seeb. Malheureusement, nous ne sommes que trois à chanter en concert [Rires] ... On utilise des samples la plupart du temps. Mais je sais qu'il y a des gens qui n'apprécient pas ce genre de technique car ils considèrent que c'est du playback. On ne fait pas de playback, on utilise juste des voix samplé. Je crois que certains aimerait que l'on assure les voix simplement à trois, on peut le faire et je pense que cela serait bien. Mais depuis qu'ORDEN OGAN se développe nous avons de plus en plus de fans qui chantent avec nous.

MI. Pourquoi avoir appelé ce disque Ravenhead ?
Seeb. C'est un peu long à expliquer. Cela a un rapport direct avec le nom ORDEN OGAN. Orden veut dire ordre et Ogan peur, cela donne l'ordre de la peur. C'est pourquoi tu vois ce monstre sur la pochette. Si tu regardes l'autre côté de la pochette, tu peux aller voir sur notre page Facebook, tu verras l'artwork complet. Sur l'autre dessin le monstre git sur une colline et des corbeaux volent au-dessus de lui dans le ciel et il y a aussi un monastère. C'est très mystérieux et c'est la raison qui fait qu'on l'a appelé Ravenhead. C'est le monstre d'ORDEN OGAN. Ravenhead, au niveau des textes, est une collection de petites histoires très sombre dans un style horrifique. Mais d'autres titres ont une signification plus particulière. Comme "F.e.v.e.r.", notre single, qui est un mini concept qui parle d'une fille et d'un lac qui donne la fièvre à tous ceux qui s'en approchent et finalement meurent. Mais d'un autre coté c'est aussi au sujet d'une Bad Girl avec qui j'ai eu j'ai eu une relation auparavant et qui voulait tout obtenir mais qui n'a rien eu ! [Rires]

MI. Entre chaque lettre de Fever il y a un point, c'est une abréviation ?
Seeb. Non, [Rires] ... Ca faisait mieux ! [Rires] ... Tout le monde nous pose la question ! [Rires]

MI. Est-ce que Ravenhead est un concept album ?
Seeb. On a toujours écrit des opus ou il y a une ligne dominante. Il y a quatre morceaux : "Ravenhead", "F.e.v.e.r.", "The Lake" et "Every Lies In Every Man" qui ont tous une relation directe avec l'histoire du monstre du lac. Il y a de petites histoires noires qui sont connectées entre elles mais ce n'est pas un véritable concept album.

MI. La pochette est très éloignée de To The End et pourtant c'est Andreas Marschall qui une fois encore l'a réalisé !
Seeb. Oui, notre mascotte Alester Vale est sur la pochette au dos du cd, il est toujours présent depuis le début. Musicalement, on s'est cette fois-ci focalisé sur les riffs Heavy et les chœurs puissants. Les titres sont très agressifs et il fallait une pochette plus violente et plus noire que la précédente. On s'est senti un peu stupide et on a développé cette idée mais on voulait un artwork typiquement Heavy Metal [Rires]

MI. On pense effectivement à un film d'horreur, tu as d'ailleurs composé la musique de Mask, est-ce ta première expérience dans ce domaine ?
Seeb. J'ai écrit auparavant des musiques de films qui au final ne sont jamais sortis. Mask est un film qui a été écrit et réalisé par Andreas Marschall. C'était donc assez naturel qu'il me demande d'écrire la musique. C'était très intéressant mais c'est aussi un travail très difficile. Je suis un fan de musique classique en cinéma et je voulais mixer du classique avec de la musique moderne. Mask est un film très inspiré par les classiques d'horreur italien des années 70 comme ceux de Dario Argento. C'est ce que voulais Andreas et moi je déteste les années soixante-dix. Je n'aime vraiment pas les seventies ! [Rires]

MI. Tu es plutôt influencé par les eighties ! Lorsque j'ai écouté le morceau "Ravenhead", j'ai immédiatement pensé à RUNNING WILD !
Seeb. Oui, je suis d'accord avec toi ! Pour "Ravenhead" il y a un feeling très noir.

MI. Quel est ton sentiment sur le retour de RUNNING WILD ?
Seeb. Je dois dire que je les ai vus en concert au Wacken et j'ai été quelque peu déçu. Je n'ai pas beaucoup accroché au dernier album. Il y a de très bons morceaux sur Rogues En Vogue mais je n'apprécie pas trop les deux derniers Shadowmaker et Resilient. Je trouve que le son est terrible, je suis moi-même producteur et donc je suis très sensible au son d'un album et je n'apprécie pas du tout la production du dernier. Il y avait de bonnes chansons mais pour moi Shadowmaker et Resilient manquent d'une bonne production. C'est mon avis personnel et je ne veux pas parler au nom des autres membres du groupe.

MI. Aimerais-tu produire RUNNING WILD ?
Seeb. Si ils me le demanderaient, je le ferais immédiatement !

MI. En tant que producteur, travailles-tu avec beaucoup d'autres formations ?
Seeb. Ces dernières années je me suis plus impliqué dans la production et j'ai travaillé au niveau international. J'ai assuré le mixage du dernier VANISHING POINT un combo australien de chez AFM. J'ai assuré le mix pour d'autres groupes mais je ne veux pas en faire trop. Je suis dans une situation où je peux me permettre de choisir les groupes avec qui j'ai envie de travailler. Je pense que la production est un point très très important pour n'importe quel groupe. C'est la même chose pour la scène, il faut avoir un bon ingénieur du son, tu peux jouer aussi bien que tu peux si le public ne t'entend pas parce que le son n'est pas bon, c'est très mauvais.

MI. Est-ce difficile d'assumer tous les rôles au sein d'ORDEN OGAN ?
Seeb. La seule chose qui est vraiment difficile, c'est de ne pas être trop dans sa propre vision et de savoir comment doivent sonner les morceaux. Tu dois avoir une image claire et précise sans aller trop loin. C'est la partie la plus ennuyeuse mais je doute que ce soit différent si je faisais appel à quelqu'un d'autre parce qu'il me donnera le son que je désire et au final cela reviendrai au même.

MI. Avec un énorme budget, à qui ferais-tu appel ?
Seeb. Je ne pense pas que je ferai appel à un vrai producteur parce que je le suis moi-même et je sais où aller avec le groupe. Je préfèrerai faire appel à quelqu'un pour assurer le mixage et pour moi celui qui ferait l'affaire serait Colin Ritcharson et uniquement lui ! [Rires] ... C'est mon producteur favori.

MI. Pour Ravenhead, vous avez une fois de plus fait appel à Dennis Köhne pour le mastering !
Seeb. Oui, c'est un type sympa et un grand ingénieur du son, il a fait le mastering d'autres albums dont j'ai assuré le mixage. On est très ami et il nous a aussi aidés au niveau des guitares et de la batterie. Cette fois-ci, il s'est impliqué un peu plus que d'habitude dans ce projet. On a travaillé sur différents niveaux et c'est bien pour moi de sentir que je ne fais pas tout.

MI. Sur le morceau "Sorrow Is Tale", Joachim Cans est invité. Comment es-tu arrivé à le convaincre ?
Seeb. [Rires] ... Peut-être que je me trompe mais c'est facile de convaincre quelqu'un de connu. Je ne suis pas un grand fan de ce genre d'exposition médiatique. Je pense que les gens doivent acheter l'album parce qu'ils ont envie d'écouter ORDEN OGAN et non pas parce qu'il y a des invités sur l'opus. Ils peuvent acheter leurs cd. Pour que cela fonctionne réellement, il faut qu'il y ait une vraie osmose que ce soit au niveau personnel ou musicalement et c'est ce que nous recherchons. Nous avons tourné avec GRAVE DIGGER en 2011 et on a développé au fil des dates une forme d'amitié. J'ai été invité à chanter sur leur dernier album, Chris Boltendahl m'a invité à me joindre à eux et cela a été une bonne expérience. Lorsque nous avons terminé l'enregistrement, il m'a dit que si j'avais envie qu'il vienne chanter sur un titre d'ORDEN OGAN, il était d'accord. A la seconde où il m'a dit ça, j'ai su tout de suite sur quel titre il pouvait chanter, c'était une évidence pour moi que nous allions le faire. Pour Joachim Cans, c'est un peu différent. On avait cette chanson de prête et j'avais l'impression qu'au niveau du break il fallait une autre voix que la mienne. J'avais tout enregistré mais je n'étais pas tellement satisfait pour moi il manquait quelque chose. Il fallait que quelqu'un d'autre intervienne et vienne chanter sur ce morceau. C'est à ce moment-là que l'on nous a annoncé qu'on allait assurer la première partie de la tournée européenne d'HAMMERFALL. C'était évident qu'alors Joachim était parfait pour assurer ce rôle.

MI. J'ai lu que tu n'appréciais pas le Trabendo !
Seeb. On y a joué plusieurs fois. La dernière fois c'était avec Luca's Turilly RHAPSODY. Pour moi c'est une salle très étrange car je trouve que la scène est très basse et le public est situé plus haut que le groupe. J'ai l'impression d'être au milieu de l'océan ! [Rires] ... Tout le monde te regarde (Il mime l'expression des spectateurs) comme si tu étais un gros poisson ! [Rires] ...

MI. Quel regard portes-tu sur Luca's Turilly RHAPSODY ?
Seeb. C'est un bon groupe. Nous avons joué avec eux récemment en République Tchèque et ils étaient bien meilleurs que sur la tournée que l'on a faite ensemble. Je pense que c'est dû au fait qu'ils ont eu plus de temps pour répéter et aussi parce qu'ils sont plus unis en tant que groupe et c'était vraiment impressionnant.

MI. Quelles étaient vos relations avec eux sur cette tournée ?
Seeb. Je dois dire que je suis quelqu'un à la base de très calme. Je n'aime pas aller vers les gens et leur parler de sujet qui ne m'intéresse pas. Donc en fait je suis resté un peu en retrait. Certaines personnes peuvent penser que c'est de l'arrogance mais ils font une erreur car ce n'est pas le cas. C'est juste que je laisse les gens vivre leur vie. Je suis toujours heureux de parler avec quelqu'un et d'élaborer des projets mais je ne suis pas le genre de type à arriver en hurlant : "Hey, c'est moi !". Mais j'étais très attentif sur cette tournée et une amitié est née avec Alex Landenburg leur batteur, c'est quelqu'un de très bien. Les autres musiciens sont aussi très sympa. Je n'ai vu Lucas qu'assez rarement.

MI. Vous clôturez toujours vos albums avec une balade, cette fois-ci le titre se nomme "Too Soon". Quel en est le thème ?
Seeb. Les textes ne sont pas très clairs. Cela traite de la mort de quelqu'un mais on ne sait pas vraiment qui est décédé si c'est une constellation ou une personne, c'est aux fans de se faire leur propre interprétation. J'ai une raison à donner à cela, c'est que "Too Soon" est une chanson que j'ai composé dans l'esprit d'une musique de film du moins au niveau du feeling. C'est un morceau très différent du reste de l'album, il n'a aucun lien avec le concept développé sur le reste des titres.

MI. Alester Vale est votre personnage fétiche, sera-t-il présent dans le futur ?
Seeb. On en est au quatrième album avec lui, je pense que l'on ne peut plus s'en passer.

MI. Sur l'édition limitée, on trouve un dvd de votre concert au Summer Breeze Festival qui a eu lieu en 2013, cela reste un bon souvenir ?
Seeb. Oui, le concert était vraiment très très bon et on a joué devant beaucoup de fans. On y a pris beaucoup de plaisir, on a joué de bons titres et c'est bien filmé car il avait beaucoup de cameras. Tout est parti d'une discussion que j'ai eu avec le label car quand j'achète un cd je n'aime pas que ce soit une version simple, je préfère les éditions limitées où tu peux trouver un dvd ou des titres bonus. J'aime avoir un plus et je pense que ce concept est une bonne idée, il y a environ 45 minutes de concert. C'est très bien pour les fans.

MI. Est-ce que tu ressens une forme de stress quand tu es filmé ?
Seeb. Non ! [Rires] ... La chose intéressante c'est que lorsque nous jouons dans des grands festivals comme le Summer Breeze, je ressens moins de pression que lorsque je joue ailleurs parce que tu es entouré de professionnels de la scène et donc la chance que quelque chose se passe mal est minime.

MI. Vous avez donné des concerts aux USA dernièrement !
Seeb. Oui, c'était la première fois que ORDEN OGAN jouait aux Etats-Unis mais j'y ai joué avec une autre formation en 2009, j'étais guitariste. On ne savait pas à quoi s'attendre mais au final on a participé à un grand festival qui était sold out. Beaucoup de gens connaissaient nos paroles et ont chanté avec nous, c'était une très bonne expérience.

MI. Pour terminer, as-tu quelque chose à ajouter ?
Seeb. Je pense que nous avons fait le tour et abordé tous les sujets. Les gens peuvent, s'ils sont intéressés, aller voir le clip de "f.e.v.e.r." sur YouTube.

MI. Merci Beaucoup.
Seeb. Merci à toi et à Metal Impact.


Ajouté :  Mardi 30 Juin 2015
Intervieweur :  The Veteran Outlaw
Lien en relation:  Orden Ogan Website
Hits: 2943
  
[ Réagissez sur le Forum ] [ Retour à l'index des Interviews ]

P
U
B
Cliquez SVP P
U
B
MI Facebook | MI YouTube | CD Reviews | DVD Reviews | Book Reviews | Interviews | Live Reports | Concours | Forums | Radio | Photos | M-I Tshirt | Contact | M-I Banner
Metal-Impact est inscrit à la Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL) sous le N° 818655. Conformément à la loi Informatique et Libertés en date du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de modification et de suppression des données qui vous concernent. Vous pouvez exercer ce droit en nous envoyant un courriel. Plus d'infos sur vos droits sur le site de la CNIL.
Page générée le 23/1/2018 à 10:44:26 en : 0,1454 secondes
| © Metal-Impact (2001-2016) | Webmaster et Rédacteur en chef : Blasphy De Blasphèmar