METAL IMPACT
P
U
B
Cliquez SVP P
U
B
L ultime Webzine orienté Metal qui se renouvelle au quotidien

MI Facebook | MI YouTube | CD Reviews | DVD Reviews | Book Reviews | Interviews | Live Reports | Concours | Forums | Radio | Photos | M-I Tshirt | Contact | M-I Banner
Fermer/Ouvrir ce bloc Rechercher sur M-I


Avancee | Aidez-moi
Fermer/Ouvrir ce bloc M-I Membres
· Page d'accueil
· S'enregistrer
· Liste des Membres
· M-I Flux RSS
· M-I sur Facebook
· M-I sur YouTube
· M-I sur Twitter
· M-I sur Google+
· Top 15 des Rubriques
· M-I FAQ
· M-I Tshirt
· M-I Skin Firefox
Fermer/Ouvrir ce bloc Book Reviews Aléatoires
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc Interviews Aléatoires
· NINE ELEVEN (FR…
· DETONATION (nl)…
· THUNDERSTONE (f…
· HANGMAN'S CHAIR…
· EKLIPSE (de) - …
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc CD Reviews Aléatoires
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc Rejoins-nous sur Facebook
Fermer/Ouvrir ce bloc Live Reports Aléatoires
· VULCAIN (FRA) -…
· ULVER (no) - Tr…
· MADINA LAKE (us…
· STEVE VAI (usa)…
· YNGWIE J. MALMS…
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc DVD Reviews Aléatoires
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc Qui est en Ligne ?
Il y a actuellement 79 invités et 0 membres en ligne

Vous êtes un visiteur anonyme. Inscrivez-vous gratuitement en cliquant ici.

Fermer/Ouvrir ce bloc M-I Jeux

Deviens un pro de la batterie en cliquant ici ou (Entraîne toi sur la batterie de Danny Carey de TOOL)

P
U
B
Cliquez SVP P
U
B

WORMFOOD (FRA) - L'Envers (2016)








Label : Apathia Records
Sortie du Scud : 20 mai 2016
Pays : France
Genre : Dark Metal
Type : Album
Playtime : 8 Titres - 52 Mins





"Il est déjà tard... Trop tard sans doute pour trouver un divertissement ou quelque chose à fredonner...Vous feriez mieux de rentrer chez vous".

Il est temps, à nouveau, de suivre les WORMFOOD dans l'obscurité... Il faut dire que le voyage est aussi séduisant qu'inquiétant, et que nous y avons été conviés via la réception d'un carton d'invitation de toute beauté, qui ne laisse planer aucun doute sur son caractère baroque, décadent, et certainement sans retour pour nombre d'entre nous.
Mais n'est-ce pas là ce que nous cherchons lorsque nous suivons les pas de ces guides de l'étrange, dont le sens de l'esthétisme inclut des accointances ténues avec la nuit, et les mots qui l'accompagnent ? L'enivrement des sens, visuel, auditif et pourquoi pas, tactile aussi, en caressant de l'âme des mélodies déformées par le prisme du romantisme vénéneux...
Mais cessons là cette prose aussi emphatique que faussement dramatique. Il est temps de célébrer le retour d'un des serviteurs du roi de l'imprévisible, du prince de la luxure, qui en ce mois de mai 2016 nous revient après cinq ans de réelle absence avec une nouvelle collection de vignettes à nous présenter, qu'il convient de regarder avec les yeux qui ne voient pas le jour.

L'Envers.

L'envers du jour, c'est la folie nocturne, celle qui nous transforme en créatures avides de désir, de souffrance, de jouissance, et plus généralement de plaisirs interdits. Et WORMFOOD a toujours été notre caprice à nous, fans d'extrême, de travestissement musical, et de grandiloquence perverse. Cinq ans donc que nous étions sans nouvelles des valets de l'étrange, qui respectent aujourd'hui une nouvelle éthique, soumise aux ordres par une équipe remaniée, qui comprend maintenant dans ses rangs serrés outre Emmanuel Lévy (chant, textes, concept), Renaud Fauconnier (ABSTRUSA UNDE, guitare), Pierre Le Pape (MELTED SPACE, claviers), Vincent Liard (basse) et Thomas Jacquelin (OxxO XooX, REGIMENT, batterie).
Ce nouveau chapitre, rédigée d'une plume de sang et de lune se pose donc en extension majeure du précédent Posthume, et vient en incarner le prolongement, mais aussi une certaine forme de contradiction. Posthume était introspectif, maladif, attaché aux addictions, à la dépression, tandis que L'Envers se veut plus ouvert à l'histoire, pas forcément personnelle...
Evacuons immédiatement l'aspect technique de l'entreprise. D'une production gigantesque WORMFOOD a tiré le meilleur de guitares noires mais claires, d'une basse ronde qui fouine dans les recoins les plus obscurs de la mémoire, et d'arrangements toujours bien placés et pertinents. Le chant, évidemment, est placé en avant, et les mots d'Emmanuel se détachent de l'instrumental dans une désincarnation absolue qui rend leur sens encore plus flagrant.
Et il a soigné ses textes, les a modelés, a pesé chaque mot comme autant de déclarations d'intentions, dont chaque syllabe s'échappe dans des volutes d'opium.
Ces tranches de vie, qu'elles s'incarnent autour d'un passé pas vraiment révolu ("Ordre de Mobilisation Générale"), ou d'estampes étranges et fascinantes ("Collectionneur de Poupées"), sont autant d'indices donnés pour tenter de comprendre le mystère WORMFOOD, qui avec L'Envers prend une dimension quasiment mystique, plaçant le groupe sur un piédestal créatif et abstrait que son oeuvre globale à contribué à ériger. Doucement, discrètement, mais avec un panache détaché qui trouve son apogée dans les huit pistes de cet album.

Cette nuit dans laquelle le quintette nous propose de nous immerger est moite, dégoulinante de stupre, et nous la traversons d'un pas lourd et lent, mais pas résigné, plutôt adapté à l'inéluctable. Le médium a changé, en gardant ses bases, et ses invectives sont de plus en plus appuyées, de plus en plus pesantes. On en trouve la définition dans ce tempo global qui ne décolle jamais, ou par impulsions très brèves, et qui s'articule autour d'un tapis de guitares sobres, de moments de calme faussement rassurant mais réellement envoutant, et il est certain que l'influence TYPE O NEGATIVE est de plus en plus présente et assumée ("Mangevers"). Mais si le fond et la forme sont en parfaite adéquation, il n'est pas interdit de voir dans ce spectacle du crépuscule une forme d'espoir, bien tapi dans l'ombre, mais qui peut éventuellement éclairer vos attentes par moments fugaces ("G.O.T.H", presque joyeux dans la déviance, et ouvertement dansant, bien que la rythmique se veut pluri-forme dans ses attaques de doubles croches. Segment qui rappelle autant Daniel Darc que Peter Steele ou pourquoi pas, un Bashung repris par les LIFE OF AGONY).

Une fois encore, WORMFOOD n'a pas cherché la simplicité, donnée triviale qui échappe totalement à leur conception de l'art.
Ils se sont montrés encore plus ambitieux qu'à l'habitude, et chaque tableau a bénéficié d'un soin maniaque, tant dans le développement des ambiances que dans les fondations des structures. Assemblage de longues litanies égrenant les minutes pour en approcher souvent la dizaine, L'Envers s'impose dès la première écoute, mais ne révèle ses détails qu'après de nombreux passages.
Une oeuvre riche, qui emprunte tout autant au vocabulaire de l'avant-garde que du Post Black le plus diffus, en citant de çà et là quelques psaumes gothiques, le tout arrangé au bon vouloir de ses concepteurs.

"L'enfer n'existe pas".

Il existe, c'est un fait, mais il ne se trouve ni sur terre ni en dessous, mais en chacun d‘entre nous. Emmanuel et les siens vous proposent de le trouver dans vos entrailles, en utilisant parfois des méthodes inhabituelles (cette accélération foudroyante dramatisée par un chant lyrique sur "Géhenne", seule façon viable d'entrevoir le passé Black des musiciens, une fois de plus adapté à leurs humeurs versatiles).
Si Posthume se voulait intime et introspectif, L'Envers est au contraire extraspectif. Il s'abreuve à la fontaine de jouvence des quinze années d'existence du groupe, pour en synthétiser l'identité qu'il adapte aux visions à venir.
Ces claviers spectraux, ces guitares qui parlent en rêvant avant de revenir à une réalité brute, et ces longues séparations d'espaces positifs qui mettent en avant la quiétude et le silence. Le groupe est maintenant devenu plus qu'une assemblée de créateurs, il se retrouve maintenant dans les murs d'un théâtre de l'absurde itinérant, s'arrêtant de ville en ville pour proposer son spectacle vivant.
Et ce spectacle se termine sur un épilogue à la mesure de ses lubies, autour d'un "Poisonne", qui cite Curtis, Murphy, mais aussi Steele encore une fois, et tant d'autres...

"Je suis devenu un autre homme".

WORMFOOD n'est pas devenu un autre groupe, il a certes changé mais pas tant que ça. Les influences sont les mêmes, les clins d'oeil aussi, mais cette maturité acquise en laissant filer les années comme des grains de sable entre des doigts crochus leur a permis de signer leur magnum opus, délivré en mains presque propres dans un somptueux packaging qui doit se voir comme le libretto d'un opéra dantesque. Il est toujours possible de deviner en L'Envers un caprice sublime et dérisoire, mais il est plus aisé de le comprendre comme une forme d'étape/aboutissement. Ou plutôt, et malgré son ambiance déliquescente, comme une ode à la vie, décadente certes, nocturne par choix et perverse par envie.

Mais nul ne pourra contester ceci. Il est une offrande majeure.

"Mais il y a bien longtemps que plus personne ne passe par ici".

Réjouissez-vous que votre ruelle soit désertée. Vous ne voudriez pas d'une horde de suiveurs sous vos fenêtres qui de toute façon sont closes depuis longtemps.
L'Envers est l'endroit où tous les vices se retrouvent. Autour d'un feu, brûlant les partitions de la normalité et de la bienséance.
Ou plus simplement, le meilleur album d'un des meilleurs groupes d'un style qui n'existe que par eux. Et pour nous, uniquement, jalousement.



Ajouté :  Samedi 07 Mai 2016
Chroniqueur :  Mortne2001
Score :
Lien en relation:  Wormfood Website
Hits: 2938
  
[ Réagissez sur le Forum ] [ Retour à l'index des CD Reviews ]

P
U
B
Cliquez SVP P
U
B
MI Facebook | MI YouTube | CD Reviews | DVD Reviews | Book Reviews | Interviews | Live Reports | Concours | Forums | Radio | Photos | M-I Tshirt | Contact | M-I Banner
Metal-Impact est inscrit à la Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL) sous le N° 818655. Conformément à la loi Informatique et Libertés en date du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de modification et de suppression des données qui vous concernent. Vous pouvez exercer ce droit en nous envoyant un courriel. Plus d'infos sur vos droits sur le site de la CNIL.
Page générée le 23/11/2017 à 08:05:09 en : 0,1322 secondes
| © Metal-Impact (2001-2016) | Webmaster et Rédacteur en chef : Blasphy De Blasphèmar