METAL IMPACT
P
U
B
Cliquez SVP P
U
B
L ultime Webzine orienté Metal qui se renouvelle au quotidien

MI Facebook | MI YouTube | CD Reviews | DVD Reviews | Book Reviews | Interviews | Live Reports | Concours | Forums | Radio | Photos | M-I Tshirt | Contact | M-I Banner
Fermer/Ouvrir ce bloc Rechercher sur M-I


Avancee | Aidez-moi
Fermer/Ouvrir ce bloc M-I Membres
· Page d'accueil
· S'enregistrer
· Liste des Membres
· M-I Flux RSS
· M-I sur Facebook
· M-I sur YouTube
· M-I sur Twitter
· Top 15 des Rubriques
· M-I FAQ
· M-I Tshirt
Fermer/Ouvrir ce bloc Book Reviews Aléatoires
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc Interviews Aléatoires
· ORDEN OGAN (de)…
· KAMELOT (usa) -…
· KORITNI (au) - …
· ELVARON (FRA) -…
· SHARGATH (be) -…
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc CD Reviews Aléatoires
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc Rejoins-nous sur Facebook
Fermer/Ouvrir ce bloc Live Reports Aléatoires
· SLAYER (usa) - …
· BRYAN ADAMS (ca…
· MANOWAR (usa) -…
· MANIGANCE (FRA)…
· RAMMSTEIN (de) …
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc DVD Reviews Aléatoires
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc Qui est en Ligne ?
Il y a actuellement 59 invités et 0 membres en ligne

Vous êtes un visiteur anonyme. Inscrivez-vous gratuitement en cliquant ici.

Fermer/Ouvrir ce bloc M-I Jeux

Deviens un pro de la batterie en cliquant ici ou (Entraîne toi sur la batterie de Danny Carey de TOOL)

P
U
B
Cliquez SVP P
U
B

KARELIA (FRA) - Matthieu Kleiber (Nov-2008)


KARELIA est l'un des groupes montant de la scène française. Un premier album retentissant et l'éloge des critiques de leur dernier opus. C'est avec de solides bases que ce groupe entame la réalisation de leur quatrième album. A cela s'ajoutent plusieurs dates en première partie de SCORPIONS. C'est donc l'occasion de faire un peu le point avec Matthieu Kleiber, vocaliste et compositeur du groupe. C'est chez lui, que Matthieu me reçoit, autour d'une bière.

Line-up
: Matthieu Kleiber (chant), Jack Ruesch (guitare), Erwan Morice (guitare), Gilles Thiebaut (basse)

Discographie : Usual Tragedy (Album - 2003), Raise (Album - 2005), Restless (Album - 2008)



Metal-Impact. Merci d'avoir accepté l'interview pour Metal Impact. Tout d’abord, peux tu présenter KARELIA pour ceux qui ne vous connaissent pas ?
Matthieu Kleiber. C'est un groupe qui en est à son troisième album, paru cette année. Qui a commencé par du Heavy Symphonique très opulent et très grandiloquent avec beaucoup de coeurs et d'ensembles de cordes et qui s'est progressivement réorienté vers quelque chose de plus moderne, très électro et contemporain.

MI. KARELIA a été formé en 2000 par Lionel Vest et toi. Qu’est ce qui vous a donné envie de créer un groupe de Metal ?
Matt. A la base c'était surtout le dépit. On était fan de Metal et en 2000 c'était l'époque où le genre commençait à avoir du mal à se renouveler. Et du coup, on a eu envie de faire la musique que l'on voulait entendre. Ce qui nous arrivait pas à l'époque. C'est parti vraiment d'un sentiment de frustration en tant qu'auditeur. Alors bon, on ne s'est pas improvisé musicien du jour au lendemain.
MI. Tu pratiquais déjà d’un instrument avant ?
Matt. Oui, j'étais guitariste avant et lui était clavier confirmé. Et du coup, à nous deux, on s'est dit que l'on allait monter un projet ensemble. A la base on voulait recruter énormément de musiciens pour faire du vrai Metal Symphonique façon HAGGARD. On a vite abandonné l'idée par contrainte des gestions des ressources humaines [Rires]

MI. Vous revenez d'une tournée nationale où vous avez joué en première partie de SCORPIONS. Comment s'est passée cette tournée ?
Matt Ça se passe bien. Alors en fait c'est des dates assez clairsemées. On a fait trois dates avec eux: Toulouse, Bordeaux et Clermont-Ferrand. Il y a deux semaines, on était à Strasbourg et on sera à Montbéliard le 3 avril 2009. Et ça se passe très bien. Mis à part que la dernière fois, à Strasbourg, on n'a malheureusement pas eu le temps de faire une balance digne de ce nom. C'étaient les conditions les plus difficiles que l'on a connu sur un album.

MI. Comment vous êtes vous préparé pour une tournée comme celle-ci ?
Matt On se prépare à tous les niveaux. Déjà il faut être à 150% en répétition. Le stress est tel dans des situations comme celles-là que l'on a vite tendance à perdre ses moyens. Il faut être sûr de ses parties en terme de musique pure pour satisfaire tous les aveugles. Et puis, il y a un problème de jeux de scène qu'il faut régler aussi pour satisfaire tous les sourds.

MI. Y a t-il eu une bonne entente entre les membres de SCORPIONS et KARELIA ?
Matt Oui très bonne. En fait, on avait beaucoup plus l'occasion de se fréquenter sur les dates qui étaient plus resserrées car on avait plus de temps ensemble. Par contre à Strasbourg, on s'est croisé et on n'a pas eu le loisir de s'adresser la parole pratiquement. Ce sont des gens très bien qui à leur comportement ne laissent pas imaginer qu'ils ont vendu 75 millions d'albums [Rires]

MI. Comment le public a réagi devant votre prestation ?
Matt Plutôt bien, on a eu de très bon retour. Même si nous-mêmes, évidemment en sortant, on n'a rien pu entendre de ce qu'on a fait. On n'était pas spécialement enthousiastes, mais on a joué à l'énergie. Et puis le public est très ouvert, encore une fois. Celui de SCORPIONS n'a pas cette espèce de cloisonnement que l'on trouve dans les metalleux plus jeune aujourd'hui. Ils sont relativement ouverts et ils sentent que l'on est content d'être là et puis que l'on a envie de donner beaucoup.
MI Quel(s) souvenir(s) garderas tu de cette tournée ?
Matt Sur l'ensemble de la tournée, d'excellents souvenirs! Les plus grosses salles que l'on puisse faire en tant que musiciens, rien que ça c'est génial. L'accueil d'un public, l'accueil de toute une équipe technique aussi qui était sur le pont pour nous. Et puis les musiciens de SCORPIONS eux même, qui mine de rien j'allais dire, on bercé notre enfance.

MI. Ca va faire 7 mois que Restless est sortie. Peux-tu présenter l’album ?
Matt Alors l'album est très électro, il bascule entre un RAMMSTEIN et un DEPECHE MODE assez violemment. Et puis, on est quelque part entre ces deux styles là. L'album est lui même assez accessible. Les compositions sont vachement plus simples qu'avant. On essaie d'aller à l'essentiel. On n'essaie plus de démontrer ce qu'on sait faire musicalement en plaçant du solo guitare à chaque occasion ou en montant les voix de 3 octaves. On est plus dans la démonstration, on est vraiment que dans l'essentiel. Aujourd'hui on est réellement dans le style qui nous permet beaucoup de liberté. Contrairement au Metal Symphonique qui est très cloisonné et très étroit. Et donc aujourd'hui, c'est ce que disent tous les musiciens, mais c'est notre album le plus abouti.

MI. Avez-vous eu de bonnes retombées globalement ?
Matt Oui, de très très bonnes retombées et puis il commence à se passer ce qu'on a toujours rêvé de faire. C'est à dire transcender les barrières du Metal. On a jamais voulu se revendiquer clairement dans le domaine Metal-et-rien-d'autre. On s'est fixé une mission qui est horriblement ambitieuse, sans doute trop, c'est d'essayer de démocratiser le Metal, de dépasser ses frontières. On commence à pouvoir attirer le grand public. En témoigne le passage sur des radios généralistes.

MI. C’est toi qui es le principal compositeur de KARELIA, comment expliques-tu le clivage entre les 2 premiers albums et Restless qui sort un peu du lot ?
Matt Simplement par le fait qu'il y a des groupes qui arrivent à faire quinze fois plus ou moins le même album, c'est une performance aussi, moi par contre, je n'arrive pas à concevoir l'idée. Chaque style musical est très étiqueté, très typé, comme le Metal Symphonique. Et du coup laisse peu de marge de manoeuvre dans la composition. Une fois que tu as fait le tour de la question, il n'y a plus rien à faire. Alors, tu peux faire de la redite, tu peux changer les accords en gardant un peu les mêmes éléments rythmiques ou faire l'inverse mais finalement tu seras toujours dans le même schéma. On a vraiment envie de changer. Le style, lui même à changé autour de nous. Le Metal a évolué autour de nous. On avait pas envie de rester l'éternel Heavy metalleux de 98.

MI. As-tu un morceau préféré dans Restless ?
Matt Non, pas vraiment. Déjà moi je ne l'écoute plus, car j'en ai par dessus les oreilles [Rire]. Il me semble que « Mirror, Mirror » est l'un des mieux fichu dans la composition. Et j'aime bien « Trial » aussi qui me paraît très accessible.

MI. Entre Raise et Restless vous avez changé de label, passant de Drakkar à Season of Mist. Es tu plus satisfait de ce label ?
Matt Question difficile. En terme relationnel, oui, on est vachement plus content. Ce sont des gens bien, qui font bien leur boulot. Maintenant, ce ne serait pas leur faire offense que de dire qu'ils n'ont pas les mêmes moyens financiers pour soutenir une promo. Ils font de leur mieux, ils ont un système très efficace de distribution. Ils sont très compétents ce qui est assez rare pour être souligné en France. Ce n'est pas souvent le cas. Par contre eux mêmes se sont trouvés embêtés avec notre produit, parce que justement on était le cul entre deux chaises et que ce label a des produits bien typés, et avait du mal à savoir par quel réseau nous pousser en promotion. Le fait d'être dans leur label est un honneur pour nous et en même temps une erreur de positionnement de notre part.

MI. Pourquoi avoir choisi « Lift Me Up » de MOBY et « Losing My Religion » de REM comme reprise dans votre album ? Ces titres te parlent plus que d’autres ?
Matt C'est surtout que l'on ne voulait absolument pas faire une reprise de Metal. C'est à dire faire une reprise de IRON MAIDEN ou de grands groupes de Metal, on ne peut rien y apporter de plus. On peut juste le faire à notre sauce, mais ce serait moins bien que l'original. Là, le but c'est vraiment de faire différemment, c'est à dire de faire basculer de style et c'est ça qui est intéressant! C'est toujours dans le cadre de notre mission, démocratiser le Metal. Montrer que le cloisonnement n'est pas si étanche que ça. On peut aller choper dans de la variété des titres, leur rajouter des testicules et ça fait un titre de Metal de bonne aloi.

MI. C'est valable pour la reprise de QUEEN qui sera dans votre prochain album ?
Matt Dans le cas de QUEEN, c'est encore différent, car là vraiment on s'attaque à un monument ultime de composition. Là c'est plus dangereux, le titre original n'a pas besoin de testicules, il en a déjà d'énormes [Rire]. Et puis, en terme de voix, je n'ai pas la prétention d'arriver à l'ongle de l'orteil de Freddie Mercury.
MI Tu penses avoir réussi ?
Matt Alors on a réussi la reprise, mais pas dans la performance. C'est vraiment différent.

MI. Avec le recul, comment vois tu le 1er album de KARELIA, Usual Tragedy ? Y aurait-il des choses que tu aimerais changer ?
Matt Déjà ce que j'aimerais changer c'est la production. C'est nous qui avons vu trop haut. On était un peu trop ambitieux, au début, on ne voulait rien sacrifier. Enregistrer un ensemble de corde, c'est énorme. Enregistrer des choeurs d'opéra, c'est énorme. Enregistrer des éléments rythmiques Rock'N'Roll c'est déjà bien complet. Alors mélanger le tout... Il faut bien faire des sacrifices. Une contrebasse n'a pas raison d'être à partir du moment où il y a une basse. Un violoncelle n'a aucune raison d'être à partir du moment où il y a une guitare, parce que ça tape dans les mêmes plages de fréquences. Et nous on ne voulait rien laisser. Donc, à la fin ça donne un résultat qui est opulent, presque vomitif tellement il y a d'éléments. Peut être qu'aujourd'hui on serait plus dépouillé et on laisserait un peu plus d'air aux titres.

MI. Comment vois-tu l’évolution du groupe entre sa création et maintenant ?
Matt Heu...
MI Question piège...
Matt [Rire] On marchait par cycle puisque le premier album est celui qui s'est largement le plus vendu. Car il a rencontré en gros tout le public du Heavy Metal de l'époque. Il s'est énormément vendu et exporté. Il a bien marché à l'étranger. Notre changement de style n'a pas forcément été compris, et c'est légitime. C'est le cas pour beaucoup de groupes. Du coup on a vécu un démarrage en trombe qui a été fulgurant et qui nous a transporté dans des opportunités hallucinantes. Ça s'est calmé et aujourd'hui ça remonte par le fait qu'on a le manager de Music For Ever qui est le manager de SCORPIONS notamment et qui nous replace sur le devant de la scène.

MI. Comment se passe de manière générale la composition d’un album ? C’est toi qui décides de tout, ou bien chaque membre du groupe met son grain de sel ?
Matt Si on faisait de la sculpture, je dirais que je ramène la caillasse [Rire]. En fait je ramène la matière, le squelette et ensuite on taille tous ensembles.

MI. Où prends-tu tes sources d’inspiration ? La vie quotidienne, l’actualité ou bien l’imaginaire ? Un peu des trois je pense…
Matt Non même pas! C'est peut être ça aussi qui nous différencie en terme de paroles. On est très terre-à-terre. On ne s'attaque jamais à des sujets qui volent spécialement hauts. Et aujourd'hui plus que jamais, on est dans du très concret, du mesquin, du quotidien, du glauque. Mais du glauque au sens du particulier, des histoires qui se passent dans le secret de nos appartements.

MI. Pendant le concert de DIE APOKALYPTISCHEN REITER, on a put constater que tu t’engageais dans des causes, notamment les femmes voilées et la prostitution. Peux-tu m’en dire plus ?
Matt On a vraiment beaucoup de convictions. Mais on n'a pas envie de rentrer dans des sujets politiques, encore moins religieux car cela a été fait mille fois. On n'aurait pas une grande pierre à apporter. Par contre, dans d'autres domaines qui nous concernent tout autant, rien ne se fait curieusement, alors je pourrais prendre d'autres exemples : la défense des animaux. Et puis du coup, on s'est dit comme personne ne le fait, on aimerait bien le faire.

MI. La musique serait-elle pour toi un moyen de faire véhiculer tes idées ?
Matt Oui mais il ne faut pas que toutes ces paroles prennent le pas sur le reste. C'est à dire que toutes ces paroles, on les écrit avec intégrité et passion mais c'est toujours fait après le titre. Le titre est déjà entièrement fait, avec toutes ses différentes parties. Et c'est seulement après que l'on pose les lignes de chant. On ne veut pas que des lignes de chant prennent le pas sur une méthode de composition.

MI. Quel message veux tu faire passer à travers Restless ?
Matt Dans cet album, le thème dominant est la violence conjugale au quotidien. On est dans ce discours féministe pas au sens féminin du terme. On est tous des mecs dans le groupe, on a un autre discours et qui est peut être plus constructif qu'une chienne de garde ou une femme du MLF.

MI. Revenant à cet album, j’aimerais m’arrêter sur un morceau de cet opus, « Restless ». On le sent nettement plus puissant et fort que les autres. Y a-t-il une raison ? L’as tu composé dans un état d’esprit particulier ?
Matt Non, pas du tout. C'est juste qu'il peut être plus formaté dans un style pré-existant. Les autres morceaux se démarquent plus de ce formatage. Où lui est pile dans ce créneau Rammsteinien qui fait que rien que part le fait que ça ressemble à RAMMSTEIN avec une production plutôt bien fichue derrière, ça peut générer ce sentiment.

MI. Un quatrième album est en cours, comment se passent la composition et l’enregistrement ?
Matt On a pratiquement fini la composition, on est en train de fignoler les détails. L'enregistrement commence en février 2009. Les guitares reprennent un peu le devant de la scène dans notre musique. Donc aujourd'hui on attaque presque tous les titres avec Jack, le guitariste. Les arrangements de gratte sont plus présents qui constituent le coeur autour duquel on va ajouter les arrangements claviers. Alors qu'avant c'était pratiquement l'inverse.

MI. On le dit plus agressif et violent que les autres. C’est vrai ?
Matt Il montera plus haut et descendra plus bas [Rire]. Restless était relativement homogène, là, par contre il va avoir trois titres que l'on va pouvoir qualifier de balade pratiquement. Il va avoir trois ou quatre titres que l'on va pouvoir qualifier de Metal extrême. Et puis un coeur d'album qui va se situer très proche de Restless. On voulait de temps en temps changer les idées.

MI. En fait, tu essaies de rendre chaque album différent et unique, que ce soit dans la composition ou l’instrumentation…
Matt Le pire échec ne serait pas d'avoir une mauvaise critique, c'est que l'on nous dise que cet album est le clone du précédent. Ça se fait beaucoup dans les gros labels. Par contrainte économique, à partir du moment où on fait prendre une mayonnaise, il faut la garder à cause des enjeux économiques. Pour nous c'est moins le cas. Ce que on veut c'est avancer à chaque fois. Et faire du différent sinon on ne le ferait pas.

MI. Quels sont les projets de KARELIA pour 2009 ?
Matt Pour 2009, énormément! On a l'enregistrement en février. A partir de mars de très grosses dates qui vont se clore en juillet août avec des festivals importants [NDR : Hellfest et Wacken notamment]. Et au delà de ça, on espère accélérer la sortie de l'album. On va rebasculer dans une Major. Il faudra voir ce que nous propose Season Of Mist, on aimerait avoir leur opinion et leur ressenti sur ce qui s'est passé avec Restless. Mais le but serait de profiter des opportunités que l'on a dans le grand public pour pouvoir imposer la musique au delà des frontières du Metal.

MI. Es tu satisfait de ce que tu as pu faire avec KARELIA ou regrettes tu certaines choses ?
Matt Ça dépend, parfois, on se dit que si on était resté exactement dans le segment « produit » dans lequel on était au début, c'est à dire le Metal Symphonique pur, aujourd'hui on ferait sans doute partie des groupes établis dans ce genre là. Ce serait très frustrant au niveau artistique mais peut être que ça nous permettrait de lancer d'autres projets parallèles dans lesquels on serait plus intègre. Donc les changements on peut les regretter mais d'un autre côté c'était nécessaire pour continuer avec le groupe dans cette voie-là.

MI. De manière générale, tu préfères la composition, l’enregistrement ou le concert ?
Matt C'est dur à dire car on adore tout! Je trouve l'enregistrement au studio très enthousiasmant. La seule chose qui soit du bonheur pur, c'est la composition. C'est de ce caser devant son PC ou prendre sa guitare pour créer un titre sur la base de rien. Et le concert s'est beaucoup de stress négatif pendant une bonne période. Et aujourd'hui que l'on joue dans de bonnes conditions et avec plus d'enjeu, ça a un côté plus grisant qu'avant. C'est plus agréable.

MI. Quelles sont tes écoutes actuelles ?
Matt Avec mon guitariste en ce moment, on est replongé dans nos premiers amours c'est à dire ce qui est à la base de tout ça. Le Hard Rock des années 90 : PEARL JAM, AEROSMITH, GUNS N'ROSES. Surtout parce que l'on manque de Groove un peu, avec ce Metal extrêmement carré et 4x4 [Rire], formalisé nous a donné un besoins de Groove et de musique un peu plus vivante à nouveau, tout en restant dans le cadre du Rock'N'Roll pur.

MI. Je te laisse le petit mot de la fin…
Matt Oui! Suivez-nous si vous aussi vous faites partie de ces gens qui, comme nous, ont l'impression que tous les styles sont bien trop cloisonnés dans le Metal ou le Rock. Et que vous aimeriez voir émerger au grand jour des groupes un peu moins lisses et ne revendiquant pas d'étiquette. Qui ce contentent de faire la musique que l'on aimerait entendre et pas la musique que leur impose les maisons de disque.


Ajouté :  Mercredi 19 Novembre 2008
Intervieweur :  Kevineclipse
Lien en relation:  Karelia Website
Hits: 17097
  
[ Réagissez sur le Forum ] [ Retour à l'index des Interviews ]

P
U
B
Cliquez SVP P
U
B
MI Facebook | MI YouTube | CD Reviews | DVD Reviews | Book Reviews | Interviews | Live Reports | Concours | Forums | Radio | Photos | M-I Tshirt | Contact | M-I Banner
Metal-Impact est inscrit à la Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL) sous le N° 818655. Conformément à la loi Informatique et Libertés en date du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de modification et de suppression des données qui vous concernent. Vous pouvez exercer ce droit en nous envoyant un courriel. Plus d'infos sur vos droits sur le site de la CNIL.
Page générée le 19/7/2019 à 05:52:14 en : 0,0497 secondes
| © Metal-Impact (2001-2019) | Webmaster et Rédacteur en chef : Blasphy De Blasphèmar