METAL IMPACT
P
U
B
Cliquez SVP P
U
B
L ultime Webzine orienté Metal qui se renouvelle au quotidien

MI Facebook | MI YouTube | CD Reviews | DVD Reviews | Book Reviews | Interviews | Live Reports | Concours | Forums | Radio | Photos | M-I Tshirt | Contact | M-I Banner
Fermer/Ouvrir ce bloc Rechercher sur M-I


Avancee | Aidez-moi
Fermer/Ouvrir ce bloc M-I Membres
· Page d'accueil
· S'enregistrer
· Liste des Membres
· M-I Flux RSS
· M-I sur Facebook
· M-I sur YouTube
· M-I sur Twitter
· Top 15 des Rubriques
· M-I FAQ
· M-I Tshirt
Fermer/Ouvrir ce bloc Book Reviews Aléatoires
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc Interviews Aléatoires
· GUN (uk) - Dant…
· SVART VOLD (it)…
· BACKYARD BABIES…
· SCARVE (FRA) - …
· THE DILLINGER E…
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc CD Reviews Aléatoires
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc Rejoins-nous sur Facebook
Fermer/Ouvrir ce bloc Live Reports Aléatoires
· DANKO JONES (ca…
· W:O:A WACKEN OP…
· BEHEMOTH (pl) -…
· NINE INCH NAILS…
· ADX (FRA) - Le …
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc DVD Reviews Aléatoires
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc Qui est en Ligne ?
Il y a actuellement 97 invités et 0 membres en ligne

Vous êtes un visiteur anonyme. Inscrivez-vous gratuitement en cliquant ici.

Fermer/Ouvrir ce bloc M-I Jeux

Deviens un pro de la batterie en cliquant ici ou (Entraîne toi sur la batterie de Danny Carey de TOOL)

P
U
B
Cliquez SVP P
U
B

SYLVAINE (no) - Wistful (2016)






Label : Season Of Mist
Sortie du Scud : 13 mai 2016
Pays : Norvège
Genre : Atmospheric Post Metal
Type : Album
Playtime : 7 Titres - 52 Mins





Souvenez-vous, il y a quelques mois, je vous avais entretenu du premier album d'une artiste étrange, dont la musique éthérée avait hanté ma mémoire des heures, des jours durant.
Cette norvégienne nous avait offert avec Silent Chamber, Noisy Heart un premier album à l'emprunte forte, de celles qu'on n'oublie pas, à moins d'avoir la mémoire musicale très courte.
Elle qui venait d'un pays froid qui avait vu naître le Black Metal nous proposait sa propre vision de la chose, bien loin des sempiternelles digressions nihilistes de ses confrères, et qui pourtant, se tenait éloignée de l'univers de MYRKUR, à qui beaucoup prenaient un malin plaisir à la comparer.
Cette comparaison n'a jamais été justifiée, et ce, pour plusieurs raisons.
Les univers des deux artistes, quoi que présentant des similitudes, dispensaient sur leur chemin des différences flagrantes.
Abordant toutes deux la montagne Black par son versant Post, elles prenaient pourtant des chemins divergents pour arriver à son sommet. Aussi introspective l'une que l'autre, mais à la sensibilité différente. D'ailleurs, d'autres noms semblaient plus évidents pour situer le parcours de la plus française des norvégiennes.

Celui d'ALCEST, avec lesquels elle avait collaboré et joué.

SYLVAINE, puisqu'il faut bien la nommer, a le même genre de beauté diaphane que son homologue, mais à vrai dire, sa vraie beauté réside dans sa passion. La musique, le chemin qu'elle suit depuis son enfance et qui guide toutes ses décisions.

Son premier album nous laissait découvrir un univers aux multiples dimensions, abordant le Metal le plus cru, le Shoegaze, le Post, mais aussi la musique classique d'une certaine façon, et même la Pop pourquoi pas. Aussi proche de la perfection fut-il, il laissait encore traîner de çà et là quelques approximations, erreurs de jeunesse, qui se voient aujourd'hui corrigées avec un soin maniaque par sa seconde réalisation, l'extraordinaire Wistful. Il semblerait que SYLVAINE soit maintenant fixée sur son avenir. On le sent dans les compositions en elles-mêmes, mais aussi à travers leur format, beaucoup plus long, parfois plus que de raison. Entamer un second effort par un morceau de plus de dix minutes est un aveu en soi, surtout lorsque celui-ci se veut hermétique et pourtant clair comme de l'eau de roche.
C'est ainsi que nous nous retrouvons plongé dans le grand bain sans garde-fou. Une entame vocale désincarnée, quelques notes de clavier très éparses, et une guitare acoustique qui soudain laisse couler ses accords sibyllins. "Delusions", délire ou hallucinations, nous entraîne dans un voyage qui ne se prépare pas, mais se vit au jour le jour...On peut à ce moment-là être tenté de vulgariser et de parler de Shoegaze, ou de Post Metal, mais les mots n'ont aucune importance. Il est assez rare qu'un artiste soit capable de produire une pièce musicale aussi délicate et puissante à la fois, et pourtant sans prévenir, SYLVAINE nous force sans prendre notre main à la suivre, sans logique, sans explication, avec... sa voix et ses mélodies.

Cet album aura demandé une maturation soignée et attentive, et pourtant il sonne instinctif, primal et primordial. En partie enregistré en France, aux fameux Drudenhaus Studios, proposant des collaborations avec Stephen Shepard et Stéphane Paul à la batterie, ainsi que Coralie Louamika au violon et Thibault Guichard au violoncelle, il présente non une nouvelle facette de l'artiste Norvégienne, mais lève un peu le voile sur le secret dans lequel elle enveloppe son art.
Et il est assez logique en somme que cette ouverture ample, lyrique et progressive soit immédiatement suivie par les braises incandescentes de "Earthbound", qui brûlent encore d'un feu Black extrêmement puissant, rapprochant encore un peu plus SYLVAINE de ses compagnons d'ALCEST. Le vent, le feu, l'eau, la glace, sont des composantes vitales de notre monde, ainsi que de celui de l'artiste, et elle prend un énorme plaisir à les confronter, parfois au sein d'un même morceau, comme celui-ci. Riffs sombres et impressionnants soudains adoucis par des accords en son clair, hurlements brisés en plein vol par des chœurs divins, ce second titre est une alternance qui souffle le glacé et le torride, et qui progresse, monte, et s'arrête, avant de repartir de plus belle.
Un peu comme si BURZUM se perdait dans une forêt dans laquelle règnent en maître les OPETH. Mais là encore, les images sont vaines...

"A Ghost Trapped in Limbo" pourrait symboliser la désincarnation de Sylvaine dans son propre psyché. Un peu de MIRANDA SEX GARDEN, un peu de COCTEAU TWINS, de VATTNET VISKAR, beaucoup d'harmonies vocales surgissant de nulle part, et bien sûr, de l'émotion, à en déborder le cœur, pour une litanie qui échappe à toute catégorie, loin du Metal, mais proche d'une sensibilité que tout le monde peut comprendre. Certes, et j'en conviens, tout comme Silent Chamber, Noisy Heart, Wistful peut sembler hors contexte, trop Post, trop mélodique et apaisé pour vous toucher en tant que fan de musique amplifiée. Et pourtant, la puissance que dégage cette fausse apparence calme est bien au-delà de toutes les pirouettes sonores que refourguent la majorité des groupes qui se disent agressifs. Ici, l'agressivité est larvée, prête à exploser, mais contenue. Et il est évident que "Saudade" ne trouvera que peu d'échos dans le public Metal...
Alors gageons que celui-ci saura se concentrer sur la longue suite éprouvante "In the Wake of Moments Passed By" qui se souvient que les guitares peuvent être amplifiées et le chant hurlé à pleins poumons. Sorte de métissage des deux premiers morceaux de l'album, il retrouve les impulsions Post Black que certains iront chercher très loin, mais les dissimule sous d'épaisses couches de cordes qui troublent les riffs majestueux qui s'étalent lentement. Il est quand même extraordinaire qu'une vocaliste soit à même de passer d'un chuchotement à peine perceptible à une exhortation aussi véhémente, sans donner le moins du monde l'impression de forcer sa nature vocale...

Et après avoir plus ou moins résumé ses désirs avec "Like A Moth To a Flame", SYLVAINE referme la porte de ses songes avec le morceau éponyme, qui place au même niveau cette fameuse guitare tranquille et solitaire et des arrangements grondants qui pourtant ne parviennent pas à la faire taire.
Le chant laisse la place à quelques volutes dispersées, et l'évolution est lente, et à peine perceptible. Vous pouvez à présent vous réveiller...

Ce second album de SYLVAINE pourrait se poser comme la retranscription d'une vibration artistique personnelle, mais aussi comme la peinture d'un pays aux forêts gigantesques et aux fjords perdus dans la brume. Il est une peinture sonore, à l'image de sa sublime pochette. Il est femme, monde, nature, musique, rêve et réalité.
Il est d'évidence une étape sur une route qu'on se plaît à imaginer sans fin, puisque irréelle. Mais il est surtout ce que vous y verrez et entendrez.



Ajouté :  Samedi 11 Juin 2016
Chroniqueur :  Mortne2001
Score :
Lien en relation:  Sylvaine Website
Hits: 2084
  
[ Réagissez sur le Forum ] [ Retour à l'index des CD Reviews ]

P
U
B
Cliquez SVP P
U
B
MI Facebook | MI YouTube | CD Reviews | DVD Reviews | Book Reviews | Interviews | Live Reports | Concours | Forums | Radio | Photos | M-I Tshirt | Contact | M-I Banner
Metal-Impact est inscrit à la Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL) sous le N° 818655. Conformément à la loi Informatique et Libertés en date du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de modification et de suppression des données qui vous concernent. Vous pouvez exercer ce droit en nous envoyant un courriel. Plus d'infos sur vos droits sur le site de la CNIL.
Page générée le 19/11/2019 à 14:01:51 en : 0,0603 secondes
| © Metal-Impact (2001-2019) | Webmaster et Rédacteur en chef : Blasphy De Blasphèmar