METAL IMPACT
P
U
B
Cliquez SVP P
U
B
L ultime Webzine orienté Metal qui se renouvelle au quotidien

MI Facebook | MI YouTube | CD Reviews | DVD Reviews | Book Reviews | Interviews | Live Reports | Concours | Forums | Radio | Photos | M-I Tshirt | Contact | M-I Banner
Fermer/Ouvrir ce bloc Rechercher sur M-I


Avancee | Aidez-moi
Fermer/Ouvrir ce bloc M-I Membres
· Page d'accueil
· S'enregistrer
· Liste des Membres
· M-I Flux RSS
· M-I sur Facebook
· M-I sur YouTube
· M-I sur Twitter
· Top 15 des Rubriques
· M-I FAQ
· M-I Tshirt
Fermer/Ouvrir ce bloc Book Reviews Aléatoires
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc Interviews Aléatoires
· CRIPPLE BASTARD…
· FISSION (se) - …
· CARNAL LUST (FR…
· BLAZE BAYLEY (u…
· AMPLIFIER (uk) …
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc CD Reviews Aléatoires
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc Rejoins-nous sur Facebook
Fermer/Ouvrir ce bloc Live Reports Aléatoires
· KREATOR (de) - …
· NOMEANSNO (ca) …
· TAAKE (no) - Le…
· HELMET (usa) - …
· JOURNEY (usa) -…
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc DVD Reviews Aléatoires
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc Qui est en Ligne ?
Il y a actuellement 54 invités et 0 membres en ligne

Vous êtes un visiteur anonyme. Inscrivez-vous gratuitement en cliquant ici.

Fermer/Ouvrir ce bloc M-I Jeux

Deviens un pro de la batterie en cliquant ici ou (Entraîne toi sur la batterie de Danny Carey de TOOL)

P
U
B
Cliquez SVP P
U
B

SOVEREIGN (it) - Deceptum (2015)






Label : Auto-Production
Sortie du Scud : 4 juin 2015
Pays : Italie
Genre : Post Black Metal
Type : Album
Playtime : 6 Titres - 31 Mins





Encore un groupe au potentiel fort intéressant qui ne distille que très peu d'infos... Jugez par vous même, rien que sur le site référentiel Metal-Archives, j'ai recensé pas moins de quatorze entrées sous le nom de SOVEREIGN, et je n'y ai même pas trouvé nos héros du jour...
Mais bon sur VK tout est là, alors on prend et on se demande après si quelques lignes sont indispensables...
En l'occurrence, sans me donner envie de me relever la nuit, ces italiens sont un petit quelque chose qui m'a donné envie de vous sensibiliser à leur cas, loin d'être anodin.

Etant donné que je n'ai aucune info supplémentaire, je suppose que ce Deceptum est leur premier effort, puisque rien n'indique une discographie antérieure. Cet EP six titres est donc la seule chose à prendre en compte pour la rédaction de cette chronique, et ça tombe bien puisque la musique se suffit à elle même... Et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'elle est hermétique et étrange...
SOVEREIGN est donc un trio, qui se range de lui même dans un créneau Post Hardcore/Black Metal, ce qui ma foi, est une définition personnelle assez juste.
Je m'y suis permis une petite variation, en les qualifiant de Post Black, ce qui synthétise les deux styles, et qui reste assez fidèle à leur art.

Sur une trame de base résolument Post, les trois Italiens tissent une toile faite de Black très abrasif, emprunt de Sludgecore et d'un peu de Doom, pour arriver à concocter une mixture noire et poisseuse. Et on ne peut pas dire qu'ils vous prennent en traître, puisqu'ils annoncent la non couleur d'entrée dans leurs intitulés.
"Wolves", "Lament", "Coulourless", "Into Emptiness", "Abyss", "Pale", pas de quoi illuminer votre journée ni vous donner envie d'ouvrir les volets...
La musique est donc en adéquation avec les aspirations littéraires, et seuls le désespoir, les ténèbres et la renonciation semblent être les centres d'intérêt de ce Deceptum.

Parfois, un riff un peu plus marqué vient interrompre la lente marche en arrière, comme sur "Abyss", qui se termine quand même dans une répétition de dissonances métronomique et hypnotique. Mais je dois avouer que sur sa globalité, cet EP fait montre d'une volonté d'union entre un Black très raw, aux vocaux stridents, et un Post Hardcore très lourd et emphatique, à la ISIS ou BOTCH, et le manège ne dévie guère de sa trajectoire. Une belle homogénéité est donc conférée au projet, qui de sa première seconde à sa dernière ne s'arrête jamais, et finit par ressembler à une masse grouillante qui avance vers vous, grossissant au fur et à mesure. La progression n'est pas forcément évidente à remarquer, mais pour peu que l'on tende l'oreille, on notre une plus grande puissance sonore, quelques blasts de ci de là, et lorsque l'épilogue arrive sous la forme d'une longue pièce de plus de huit minutes, c'est une évidence, Deceptum est une accumulations d'itérations, qui rendent l'ensemble plus grand que la somme de ses parties.

D'une manière plutôt basique, le schéma se répète de morceau en morceau. Un mid tempo appuyé ou au contraire en rupture, une guitare qui déverse son torrent de riffs sombres et compacts, et un chant qui malmène ses cordes vocales pour s'approcher des plaintes d'un BURZUM. Sur cette préparation se greffent parfois des éléments "perturbants", qui peuvent être des breaks plus rythmiques, quelques accélérations éparses, ou au contraire, un silence à peine interrompu par quelques notes.
L'indus parle par intermittence, comme ces lacérations graves sur "Coulourless", l'un des morceaux les plus impressionnants, et nous assistons alors à une sorte de naissance hideuse d'un Sludge Indus étouffant, sans porte de sortie.
Sur "Into Emptiness", le trio devient duo et se passe de batterie sur la moitié du morceau, avant que celle ci ne s'impose, et achève le titre dans une montée de violence crue et larvée, sans toutefois modifier le propos de départ. Une idée, un riff, une façon de le développer... C'est une théorie comme une autre.

Mais "Abyss", la digression la plus "aérée" du lot se permet quelques libertés, et rompt cette cadence bien huilée en cherchant à faire le plus de bruit possible, avant de caser un riff presque mémorisable et entraînant. Ce qui est bien la seule nuance qui vienne modifier la trajectoire.

Loin d'être pénible, l'écoute de Deceptum est assez fascinante, à cause de cette montée en puissance modérée et progressive, qui se termine en apogée du pessimisme et du désespoir, et on avale le pavé d'un trait, en y laissant toutefois quelques sourires morts traîner.
Sludge, Post Hardcore, Doom, Black, SOVEREIGN n'en a retenu que les aspects les plus glauques, pour proposer une symphonie de douleur, que rien ne semble pouvoir arrêter.
A voir maintenant s'ils auront assez d'idées pour continuer leur procession un peu plus longtemps sans lasser.



Ajouté :  Samedi 06 Février 2016
Chroniqueur :  Mortne2001
Score :
Lien en relation:  Sovereign Website
Hits: 2938
  
[ Réagissez sur le Forum ] [ Retour à l'index des CD Reviews ]

P
U
B
Cliquez SVP P
U
B
MI Facebook | MI YouTube | CD Reviews | DVD Reviews | Book Reviews | Interviews | Live Reports | Concours | Forums | Radio | Photos | M-I Tshirt | Contact | M-I Banner
Metal-Impact est inscrit à la Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL) sous le N° 818655. Conformément à la loi Informatique et Libertés en date du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de modification et de suppression des données qui vous concernent. Vous pouvez exercer ce droit en nous envoyant un courriel. Plus d'infos sur vos droits sur le site de la CNIL.
Page générée le 23/7/2019 à 00:48:08 en : 0,0572 secondes
| © Metal-Impact (2001-2019) | Webmaster et Rédacteur en chef : Blasphy De Blasphèmar