METAL IMPACT
P
U
B
Cliquez SVP P
U
B
L ultime Webzine orienté Metal qui se renouvelle au quotidien

MI Facebook | MI YouTube | CD Reviews | DVD Reviews | Book Reviews | Interviews | Live Reports | Concours | Forums | Radio | Photos | M-I Tshirt | Contact | M-I Banner
Fermer/Ouvrir ce bloc Rechercher sur M-I


Avancee | Aidez-moi
Fermer/Ouvrir ce bloc M-I Membres
· Page d'accueil
· S'enregistrer
· Liste des Membres
· M-I Flux RSS
· M-I sur Facebook
· M-I sur YouTube
· M-I sur Twitter
· Top 15 des Rubriques
· M-I FAQ
· M-I Tshirt
Fermer/Ouvrir ce bloc Book Reviews Aléatoires
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc Interviews Aléatoires
· DEADLY CARNAGE …
· RESURRECTURIS (…
· PRIME SINISTER …
· MERCY BROWN (us…
· STARBREAKER (us…
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc CD Reviews Aléatoires
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc Rejoins-nous sur Facebook
Fermer/Ouvrir ce bloc Live Reports Aléatoires
· SONISPHERE (FRA…
· VORMELA BLACK F…
· G3 (usa) - Pala…
· THE TOMMYS (uk)…
· PARADISE LOST (…
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc DVD Reviews Aléatoires
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc Qui est en Ligne ?
Il y a actuellement 90 invités et 0 membres en ligne

Vous êtes un visiteur anonyme. Inscrivez-vous gratuitement en cliquant ici.

Fermer/Ouvrir ce bloc M-I Jeux

Deviens un pro de la batterie en cliquant ici ou (Entraîne toi sur la batterie de Danny Carey de TOOL)

P
U
B
Cliquez SVP P
U
B

SEX SNOBS (usa) - Lonely (2014)






Label : Auto-Production
Sortie du Scud : 7 janvier 2014
Pays : Etats-Unis
Genre : Punk Noise Rock
Type : EP
Playtime : 7 Titres - 20 Mins





Allez, un petit trio US, ça vous dit ? Oui bien sur, nous sommes dimanche et vous n'avez rien d'autre à faire... Brosser le chien ? Ca attendra.
Difficile de capter des infos sur ces enfants terribles de l'underground ricain... En flânant sur le net, on en apprend le minimum. Trois musiciens, groupe formé en 2013, une démo, un EP, tous deux captés de trois titres only, c'est pas byzance. Mais c'est déjà pas mal.
J'ai chopé le truc sur un blogspot, comme d'habitude, sans savoir à quoi m'attendre. Mais selon le blogmaster, ça valait la peine d'y tendre une oreille. Et comme le gus en question a toute ma confiance, je l'ai suivi dans ses conseils. Et j'ai sacrément bien fait.

Un album, oui c'en est un. Mais dans l'urgence, tant au niveau musical que celui du timing. Et ce dernier est serré. A peine sept morceaux, moins de vingt minutes, les mecs ne se sont pas foulés. Mais justement, c'est ce qui fait le charme de ce machin bancal. Son immédiateté. Pas la peine de faire des ronds de jambes à l'égard des fans potentiels, ils prendront le truc comme il est, et c'est tout. C'est le credo Punk de base, un peu chelou, un peu like I want and fuck off, mais c'est la loi de la créativité dans les bas fonds. Quand on en a assez pour remplir une galette, on s'arrête. Point.

Alex Barnard, James Hammontree et Billy Reid viennent d'Oklahoma City. Plus grande que Tulsa, et traversée par la mythique Route 66, c'est une grande ville américaine sans histoire. Sauf en 1995, où un flingué (encore un) fait parler la poudre et dézingue 168 personnes avec un camion piégé. A l'époque, les trois potes ne devaient pas être bien vieux, mais gageons que s'ils avaient eu l'âge de piger la catastrophe, ils n'auraient pas changé d'un iota leur musique. Leur musique justement, c'est tout ce que j'aime. Simple, directe, sexy, chaude comme un club de troisième zone. C'est fuzzy en diable, un peu crade, ça suinte, et ça suit une ligne de conduite limpide. Du Rock, sauvage, du Punk dans l'attitude, des mélodies éparses et retenues, et surtout, une rythmique carrément teen et collante qui cautionne une guitare qui tronçonne un paquet de riffs dont rêveraient bien des Hard Rockeurs.

Je vous parlais de votre clebs tout à l'heure. Les SEX SNOBS en ouverture aussi. Mais plutôt pour la comparaison idiomatique que pour caresser ses poils. Malades comme des chiens ? Avec un tangage pareil, pas étonnant. On s'amuse à imaginer The Jesus Lizard, Big Business, Drive Like Jehu, et tant d'autres, auxquels on peut rajouter les Girls Against Boys pour cette nonchalance crasse qu'ils portent comme un étendard. La basse est si épaisse que même le chien reste englué dans ses cordes, la batterie se plait à rester solide pour permettre aux deux autres de délirer sec, et pendant ce temps là, la six cordes fait des ravages avec un thème si juvénile que même un vieux con comme moi se retrouve prêt à déclarer sa flamme à la plus belle fille de la classe.
"The Idiot Room", c'est Guzzard qui se tamponne avec les RAMONES sous l'oeil attendri but chic de Brett Anderson, le costard impeccable. Ca ramone (oui, c'est le terme), ça laisse de la place à un refrain transcendé par un riff goguenard, et tout ça dans le temps imparti par les canons du Punk mid 70's.

Quelques arrangements nintendo style, et le rythme s'accélère pour un burner up tempo qui file des crampes. Plus tendu que ça, je ne vois pas. C'est au ras du bitume, ça ramasse même les clopes qui traînent par terre, mais c'est toujours aussi fuzz, avec cette fois ci des lead un peu plus concernés qu'ironiquement distanciés. Le genre de hit qui aurait fait un malheur à la fin des 60's et qu'on aurait retrouvé sur une vieille compile obscure. Un peu comme si SUPERGRASS se sentait pousser des ailes dans un vieux local de répète US. Ils parlaient de Pop, et savent la marier au Rock, c'est une certitude.

Et au moment même où on se dit que c'est bon, qu'on a pigé le truc, les trois idiots se jettent dans un quasi instru poisseux et lourd, duquel émergent quelques vocaux écorchés et carrément alternatifs. La, c'est vraiment du Jesus Lizard, option corrosive bien appuyée, et c'est... bon!

Et puis "Pissin' The Bed" qu'on trouvait déjà sur leur première démo, et qui offre en entame un arrangement digne de "Love Boat", avant de tomber dans l'attaque garage pure et dure, "King Of The Jungle" qui écrase encore un peu plus une basse déjà salement compressée, planant au dessus d'un thème de guitare lâché avec dédain et morgue, le genre de truc qu'Izzy S. pourrait chercher toute sa vie, avant de se planter sur "Prologue", fin de guingois qui n'offre rien de plus, sinon des feedback d'enfer en guise d'adieu...

La scène Punk d'Oklahoma City comme toutes celles qui animent les nuits moites des grandes agglomérations n'est pas réputée pour produire des groupes à la longévité extraordinaire. Avant d'échouer dans le concept des SEX SNOBS, Alex, James et Billy ont fait leurs armes dans un nombre impressionnant de gangs, tout aussi éphémères les uns que les autres. C'est comme ça.
Mais avec une démo évidente, un EP jouissif, et un "album" aussi impeccable qu'urgent, j'espère que cette histoire là durera un poil plus longtemps. Au moins de le temps de s'en jeter une en écoutant le Pop Songs and Other Ways to Die qu'ils nous ont promis pour le printemps.

Alors si vous êtes fuzzy, si vous êtes punky, si vous êtes catchy, et un peu poppy sur les bords, ne restez pas Lonely.

Rejoignez le club.



Ajouté :  Mercredi 25 Février 2015
Chroniqueur :  Mortne2001
Score :
Lien en relation:  Sex Snobs Website
Hits: 2812
  
[ Réagissez sur le Forum ] [ Retour à l'index des CD Reviews ]

P
U
B
Cliquez SVP P
U
B
MI Facebook | MI YouTube | CD Reviews | DVD Reviews | Book Reviews | Interviews | Live Reports | Concours | Forums | Radio | Photos | M-I Tshirt | Contact | M-I Banner
Metal-Impact est inscrit à la Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL) sous le N° 818655. Conformément à la loi Informatique et Libertés en date du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de modification et de suppression des données qui vous concernent. Vous pouvez exercer ce droit en nous envoyant un courriel. Plus d'infos sur vos droits sur le site de la CNIL.
Page générée le 23/10/2019 à 06:57:58 en : 0,0688 secondes
| © Metal-Impact (2001-2019) | Webmaster et Rédacteur en chef : Blasphy De Blasphèmar