METAL IMPACT
P
U
B
Cliquez SVP P
U
B
L ultime Webzine orienté Metal qui se renouvelle au quotidien

MI Facebook | MI YouTube | CD Reviews | DVD Reviews | Book Reviews | Interviews | Live Reports | Concours | Forums | Radio | Photos | M-I Tshirt | Contact | M-I Banner
Fermer/Ouvrir ce bloc Rechercher sur M-I


Avancee | Aidez-moi
Fermer/Ouvrir ce bloc M-I Membres
· Page d'accueil
· S'enregistrer
· Liste des Membres
· M-I Flux RSS
· M-I sur Facebook
· M-I sur YouTube
· M-I sur Twitter
· M-I sur Google+
· Top 15 des Rubriques
· M-I FAQ
· M-I Tshirt
· M-I Skin Firefox
Fermer/Ouvrir ce bloc Book Reviews Aléatoires
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc Interviews Aléatoires
· NAWATHER (tn) -…
· IRREPRESSIBLE W…
· MALLEUS MALEFIC…
· HEXECUTOR (FRA)…
· KLOGR (it) - Ga…
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc CD Reviews Aléatoires
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc Rejoins-nous sur Facebook
Fermer/Ouvrir ce bloc Live Reports Aléatoires
· PARADISE LOST (…
· FORUM FEST (FRA…
· FREAK KITCHEN (…
· ARCH ENEMY (se)…
· ANATHEMA (uk) -…
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc DVD Reviews Aléatoires
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc Qui est en Ligne ?
Il y a actuellement 84 invités et 0 membres en ligne

Vous êtes un visiteur anonyme. Inscrivez-vous gratuitement en cliquant ici.

Fermer/Ouvrir ce bloc M-I Jeux

Deviens un pro de la batterie en cliquant ici ou (Entraîne toi sur la batterie de Danny Carey de TOOL)

P
U
B
Cliquez SVP P
U
B

DRAGONFORCE (uk) - Maximum Overload (2014)








Label : earMUSIC
Sortie du Scud : 18 août 2014
Pays : Angleterre
Genre : Power Metal mélodique
Type : Album
Playtime : 10 Titres - 49 Mins





Il ne faut pas 30 secondes, les yeux fermés, pour deviner d'où provient ce Maximum Overload et qui sont ses géniteurs... Avec 10 titres au compteur, et plus de la moitié exécutés comme si Chuck Yeager s'était soudainement pris de passion pour le Metal, Maximum Overload annonce le retour des fous furieux de DRAGONFORCE, à peine 2 ans après The Power Within. Ce dernier intronisait le nouveau frontman Marc Hudson, le voilà qui évolue dorénavant comme un poisson dans l'eau. Il savait au moins où il mettait les nageoires car DRAGONFORCE ne prend pas tellement de risques... Et si le combo britannique (bon n'oublions pas que le bassiste Frédéric Leclercq est un "frenchie" bien de chez nous) nous pondait le même album durant les 20 prochaines années ?

On ne peut pas cacher ses intentions en attaquant pied au plancher avec "The Game" (titre d'ouverture et premier single), "Tomorrow's Kings" et "No More". Au moins c'est clair : DRAGONFORCE ne va pas ralentir le tempo, à quelques exceptions près qui vont se révéler concluantes (nous y reviendrons). Au rayon des nouveautés, le sextet a invité son copain Matt Heafy de TRIVIUM à pousser la chansonnette sur "The Game", "No More" et "Defenders". Le résultat est sympa (EDGUY avait tenté une approche vocale similaire avec Mille Petrozza de KREATOR sur le monstrueux "Mysteria"), mais c'est l'arbre qui cache la forêt. Depuis Ultra Beatdown (2008) et The Power Within (2012), point de changement ! Et comment pourrait-on leur en vouloir ?

Même en incorporant un passage plutôt funky sur le passable "Extraction Zone", DRAGONFORCE fait du DRAGONFORCE. Les refrains accrochent fort pour la plupart ("The Game", "Symphony Of The Night"), avec une mention spéciale accordée sur celui ralenti de "The Sun Is Dead", magnifique en tous points. Pourtant il arrive que certains sonnent un peu daté voire rébarbatifs ("No More", "Defenders", "Extraction Zone") et là le danger guette. Sauf que la virtuosité générale efface vite les péchés habituels : Dave Mackintosh (batterie) pratique un jeu sans temps mort (il aurait pourtant quitter le navire, comment succéder à un tueur pareil ?), Vadym Proujanov (claviers) et ses comparses de la six-cordes Sam Totman et Herman Li enchainent les soli endiablés avec une précision et une vitesse toujours hallucinantes, comme sur "Tomorrow's Kings" (où Fred Leclercq n'échappe pas aux défis de ses potes), "Defenders", et surtout le final de "The Sun Is Dead". Encore bluffant !

Conscient de certaines de ses limites, DRAGONFORCE propose régulièrement quelques variantes. L'influence néo-classique que ne renierait pas SYMPHONY X illumine un "Symphony Of The Night" vraiment intéressant. On espérait beaucoup de la reprise de Johnny Cash, "Ring Of Fire", revitalisé à la sauce DRAGONFORCE : il reste difficile de cerner sa provenance originelle tant le gang de Sam Totman l'a remodelé... Mais la vraie curiosité de Maximum Overload, c'est "Three Hammers" : chaque marteau a droit à sa propre partie, au gré de passages tantôt martiaux et épiques, tantôt hyper-speedés, Marc Hudson se veut époustouflant, les chœurs apportent une ampleur grandiose, on pense au MANOWAR de la grande époque et à AVANTASIA, bref c'est juste beau et on en redemande.

Si seulement le producteur Jens Bogren (celui qui s'occupe d'AMON AMARTH entre autres) ne s'était pas contenté de mixer sur sa console, et avait encouragé les gars de DRAGONFORCE à persévérer dans ce genre de voie, on serait moins inquiet pour ce groupe qui finira tôt ou tard par tourner en rond. Très vite et très bien, certes, mais en rond quand même.



Ajouté :  Samedi 20 Septembre 2014
Chroniqueur :  NicoTheSpur
Score :
Lien en relation:  Dragonforce Website
Hits: 81816
  
[ Réagissez sur le Forum ] [ Retour à l'index des CD Reviews ]

P
U
B
Cliquez SVP P
U
B
MI Facebook | MI YouTube | CD Reviews | DVD Reviews | Book Reviews | Interviews | Live Reports | Concours | Forums | Radio | Photos | M-I Tshirt | Contact | M-I Banner
Metal-Impact est inscrit à la Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL) sous le N° 818655. Conformément à la loi Informatique et Libertés en date du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de modification et de suppression des données qui vous concernent. Vous pouvez exercer ce droit en nous envoyant un courriel. Plus d'infos sur vos droits sur le site de la CNIL.
Page générée le 23/6/2017 à 03:42:02 en : 0,1657 secondes
| © Metal-Impact (2001-2016) | Webmaster et Rédacteur en chef : Blasphy De Blasphèmar