METAL IMPACT
P
U
B
Cliquez SVP P
U
B
L ultime Webzine orienté Metal qui se renouvelle au quotidien

MI Facebook | MI YouTube | CD Reviews | DVD Reviews | Book Reviews | Interviews | Live Reports | Concours | Forums | Radio | Photos | M-I Tshirt | Contact | M-I Banner
Fermer/Ouvrir ce bloc Rechercher sur M-I


Avancee | Aidez-moi
Fermer/Ouvrir ce bloc M-I Membres
· Page d'accueil
· S'enregistrer
· Liste des Membres
· M-I Flux RSS
· M-I sur Facebook
· M-I sur YouTube
· M-I sur Twitter
· Top 15 des Rubriques
· M-I FAQ
· M-I Tshirt
Fermer/Ouvrir ce bloc Book Reviews Aléatoires
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc Interviews Aléatoires
· SAXON (uk) - Bi…
· DYSLESIA (FRA) …
· FM (uk) - Steve…
· KIKO LOUREIRO (…
· ELUVEITIE (ch) …
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc CD Reviews Aléatoires
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc Rejoins-nous sur Facebook
Fermer/Ouvrir ce bloc Live Reports Aléatoires
· TONY MACALPINE …
· ETHS (FRA) - Ro…
· ICED EARTH (usa…
· MARILLION (uk) …
· BLACK RAINBOWS …
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc DVD Reviews Aléatoires
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc Qui est en Ligne ?
Il y a actuellement 71 invités et 0 membres en ligne

Vous êtes un visiteur anonyme. Inscrivez-vous gratuitement en cliquant ici.

Fermer/Ouvrir ce bloc M-I Jeux

Deviens un pro de la batterie en cliquant ici ou (Entraîne toi sur la batterie de Danny Carey de TOOL)

P
U
B
Cliquez SVP P
U
B

# # XML_node.objet # # This object is an XML node representation # # /- name (string) # xml_node --- attributes (array) # \- children (array) or value (string) class xml_node { var $name; var $attributes = array(); var $children = array(); var $value = ""; function xml_node($name,$attributes,$children=array(),$value="") { $this->name = $name; if (is_array($attributes)) { $this->attributes = $attributes; } $this->children = $children; $this->value = $value; } } # # xml_tree class # # This object parses an XML stream and offers a tree composed by xml_nodes # class xml_tree { var $xml_stream; var $current_node; var $root_node; var $index; var $value; function xml_tree() { $this->root_node = new xml_node("__ROOT_NODE",array()); $this->current_node = $this->root_node; } function add_tree($xml_stream) { # Managing the parser $this->xml_stream = $xml_stream; $xml_parser = xml_parser_create(); xml_parser_set_option($xml_parser,XML_OPTION_CASE_FOLDING,0); xml_parser_set_option($xml_parser,XML_OPTION_SKIP_WHITE,1); if (!xml_parse_into_struct($xml_parser,$this->xml_stream,$this->value,$this->index)) { xml_parser_free($xml_parser); die("XML Parse error"); } xml_parser_free($xml_parser); # Now, $this->value and $this->index are informed, we can use the get_node methode. $tab_result = $this->get_node(0,count($this->value) - 1); $this->root_node->children[] = $tab_result[0]; $this->current_node = $this->root_node; } function get_node($index_start,$index_stop) { #echo "


\n"; #echo "GET-NODE($index_start,$index_stop)
\n"; # What we are going to return is an array of xml_nodes $return_tab = array(); # depth is only here to check if everything is all right $tab_node = $this->value[$index_start]; $depth = $tab_node["level"]-1; # Now we have to be sure we do not forget a single node for ($index = $index_start;$index <= $index_stop;$index++) { #echo "\$index = $index
"; # get the current node $tab_node = $this->value[$index]; # what type of node is it ? switch($tab_node["type"]) { case "complete" : # Depth integrity check if ($tab_node["level"] != $depth+1) { die("ERREUR # contrainte d'intégrité au noeud complet $index, niveau $depth + 1 au lieu de ".$tab_node["level"]); } #echo "Noeud complet trouvé position $index TAG ".$tab_node["tag"]."
\n"; # Easy one, no children to manage, only a value... $return_tab[] = new xml_node($tab_node["tag"],$tab_node["attributes"],"",$tab_node["value"]); break; case "open" : # Depth integrity check if ($tab_node["level"] != $depth +1 ) { die("ERREUR # contrainte d'intégrité au noeud ouvert $index, niveau $depth au lieu de ".$tab_node["level"]); } # Open tag, we re-use this methode to return its children # Where is the correspondong close tag ? $node_index = $this->index[$tab_node["tag"]]; $flipped_node_index = array_flip($node_index); #echo "This ".$tab_node["tag"]." is at coords ".$flipped_node_index[$index]."
"; $i=1; do { $next_index = $node_index[$flipped_node_index[$index] + $i++]; $next_tag=$this->value[$next_index]; } while ($next_tag["level"]!=$tab_node["level"]); #echo "Ouverture de noeud détectée pos $index TAG ".$tab_node["tag"]."
\n   Parcours jusqu au $next_index
\n"; # good, we can now instanciate our node $return_tab[] = new xml_node($tab_node["tag"],$tab_node["attributes"],$this->get_node($index+1,$next_index),""); # As we called the get_node methode, we are sure that nodes have been parsed to the corresponding close tag $index = $next_index; break; case "close" : # Depth integrity check if ($tab_node["level"] != $depth ){ die("ERREUR # contrainte d'intégrité au noeud fermé $index, niveau $depth au lieu de ".$tab_node["level"]); } #echo "Fermeture de noeud detectée pos $index TAG ".$tab_node["tag"]."

\n"; # This ugly thing is useless because reaching a close tag means that $index==$index_stop but who knows ? =) # it will be skipped soon $index = $index_stop; break; default: die("Erreur de type de TAG non déterminé :'".$tab_node["type"]."'"); } } # We are out ... returns the array with collected children... return ($return_tab); } # this function browse the xml tree and set the current node to the selected node function give_node($path) { if ($path[0]=="/") { $current_node=$this->root_node; $path=substr($path,1); #echo "ABSOLUTE PATH GIVEN=$path
"; } else { $current_node = $this->current_node; } #echo "PATH GIVEN=$path
"; $tab_path = split("/",$path); foreach ($tab_path as $node_expr) { #echo "STUDYING EXPR='$node_expr'
"; $node = $current_node; $expr_tab = split("\?",$node_expr); $node_name = $expr_tab[0]; $attr_tab = 0; if (count($expr_tab)>1) { ##echo "TROUVE AU MOINS UNE CONDITION SUR LES ATTRIBUTS...
"; $attr_expr_tab=split(",",$expr_tab[1]); $attr_tab=array(); foreach($attr_expr_tab as $attr_expr) { $attr_split_expr=split("=",$attr_expr); $attr_tab[$attr_split_expr[0]]=$attr_split_expr[1]; } } $last=0; foreach ($node->children as $children) { #echo "COMPARING WITH '$children->name'
"; if ($children->name == $node_name) { ##echo "TROUVE NOEUD CORRESPONDANT $node_name
"; if (is_array($attr_tab)) { $node_attributes = $children->attributes; foreach ($attr_tab as $key=>$value) { if ($node_attributes[$key] == $value) { #echo "ATTRIBUTE & CHANGE CURRENT NODE TO ".$children->name."
"; $current_node = $children; $last = 1; } } } else { ##echo "CHILD=".$children->name."
"; #echo "CHANGE CURRENT NODE TO ".$children->name."
"; $current_node = $children; $last=1; } } if ($last) { break; } } if (!$last) { #echo "PATH ERROR $node_name
"; #die("MMmmmh It seems that this file is not a DIA XML format...sorry..."); return 0; } } return $current_node; } function browse_tree($path) { $node = $this->give_node($path); if (is_object($node)) { $this->current_node = $node; return 1; } return 0; } # this method dumps an html representation of the xml tree function xml_show($node = "",$level=0,$last=0) { if ($node=="") { $node=$this->root_node; } if (!is_object($node)) { die("ERROR : node is not an object"); } $line=""; for($i=1;$i<=$level;$i++) { if ((i==$level-1) and ($last)) { $line.="      "; } else { $line.="     |"; } if ($i==$level) { $line.="`-"; } } $line.=$node->name; #echo $line; $line.="".count($node->children).""; if (count($node->children)==1) { $line.=" (".$node->value.")
\n"; echo "$line"; } else { $line.="
\n"; echo "$line"; $i=1; foreach($node->children as $children) { if ($i==count($node->children)) { $this->xml_show($children,$level+1,1); } else { $this->xml_show($children,$level+1); } $i++; } } } #END_CLASS }

BREACH (se) - Venom (1999)






Label : Burning Heart Records
Sortie du Scud : 17 mai 1999
Pays : Suède
Genre : Post Hardcore
Type : Album
Playtime : 12 Titres - 44 Mins





Quand un titre d'album décide de ne rien cacher du contenu qu'il habille, le résultat est souvent sans surprises. Mais lorsque même averti, on se retrouve soufflé par l'étonnement, c'est que le groupe ayant choisi ce nom de baptême pourtant évident à un sacré atout dans sa manche.

Mais dans les manches des musiciens de BREACH, il y avait un sacré paquet. De quoi dégoûter un joueur de poker professionnel. Parce que ces mecs là, sans bluffer, pouvaient remporter la mise pratiquement à chaque fois. Et ne comptez pas sur la chance pour expliquer ça, parce qu'il n'en est rien. Ils savaient jouer, c'est tout. Ils savaient tirer les bonnes cartes, ils savaient lire en l'adversaire et poser sur le tapis leur jeu, sans broncher.
Et en cette apocalyptique année 1999, ils avaient une sacrée main les salauds. Après tout, on n'appelle pas son album Venom pour rien. Dans ce cas là, on sait ce qu'on fait. On connaissait leur potentiel depuis It's Me God, on les savait capables du meilleur, du plus bruyant, du plus personnel, mais peu d'entre nous se doutaient d'une telle déflagration. Pour la première fois de leur jeune carrière, les suédois explosaient tout, et jetaient leurs forces dans la bataille, sans rechigner.
A titre d'exemple, Vulgar Display Of Power de PANTERA n'était qu'une vague chiquenaude à peine digne de remettre un quidam impoli à sa place. En allant plus loin, même Reign In Blood ne tient pas la comparaison. Pas plus de dix minutes en tout cas. Sur Venom, BREACH a démontré que pendant trois quart d'heures, on pouvait faire monter la pression dès les premières mesures, et ne plus la relâcher ensuite. Plus qu'impressionnés, nous finissions à l'époque flapis, estomaqués par le terrible souffle qui venait de nous emporter.

Nous l'ignorions bien sur au moment de l'écoute de cet album, mais Venom était le disque le plus abrupt de BREACH. Kollapse et Godbox allaient travailler la colère au point de la rendre présentable, et affiner la frappe, non pour séduire les réfractaires, mais pour la transformer en piqûre mortelle et insidieuse. Le venin allait plus tard s'infiltrer dans nos veines sans que nous nous en doutions, mais pour l'instant, le serpent ne louvoyait pas. Il se présentait de face, prêt à planter ses crocs dans nos membres, avant de nous coucher pour le compte. Et pas d'antidote pour ça, trop rapide. Trop fort, trop torturé, trop... tout.

Doté du son le plus énorme de leur courte carrière, les BREACH avaient décidé d'enfoncer toutes les portes. Avoir une production aussi compacte sans pour autant dissimuler les finesses de compositions en disait long sur leur talent. Parce qu'au delà de l'assaut sonore en bonne et due forme, leurs morceaux étaient tout sauf des bombardements gratuits et aléatoires. On sentait en arrière plan un travail énorme pour transformer ce raid ultime en charge victorieuse. Un rythme atypique, une ligne de basse en avant, un chant légèrement en retard... Certes, aucune démonstration tape à l'oeil, mais comme leurs compatriotes de REFUSED, un goût prononcé pour les structures pas si simples qu'elles n'en avaient l'air.

Venom était justement le LP qui fracassait de front les ouvertures les plus franches de NEUROSIS et l'activisme névrotique de REFUSED. Comme ça, sans en avoir l'air. Et si "Helldrivers", le titre le plus alambiqué partait en éclaireur, c'était une fois de plus par volonté de brouiller les cartes. Tempo lent, hurlements tronçonnés, puis un long segment central atmosphérique, rien de mieux pour guider les aveugles droit contre un mur.

Mais BREACH avait décidemment envie d'ôter le masque et rapidement. Alors dès le bien nommé "Murder", il n'y avait plus aucun doute. Moins de trois minutes de largage, et la lande est déjà cramée à tout jamais. Mais ils trouvaient quand même le temps d'y glisser façon chausse pied un ultime break grouillant de méchanceté, avant de tout envoyer paître une bonne fois pour toute. Même UNSANE n'avait jamais été aussi loin dans l'agression abjecte. Soulignons - c'est d'importance - une fois de plus le travail phénoménal accompli par la rythmique (Venom sera suivi de la première tournée à deux batteurs, à la NOMEANSNO, et je peux vous garantir qu'aucun des deux n'était là par hasard...), qui ouvre, referme, s'élargit, se referme, offre des pistes, et permet aux guitares s'envoyer leur sauce sans jamais laisser le bol déborder. Fabuleux.

Pourquoi pas, autant essayer de comprendre après tout. Venom, c'était la harangue hargneuse du Hardcore le plus vindicatif, l'enrobage Metal puissant, et le côté "je m'en tape je fais ce que je veux" des productions Indie. C'est peut être ça qui leur a fermé les portes de la gloire. Trop le cul entre deux chaises. Trop Metal pour le public Core, trop enragés et revendicatifs pour le public Metal. Alors qu'UNSANE refusait les moyens de production susceptibles de les faire sonner trop "clinquant", BREACH se permettait le luxe d'un enrobage dont bon nombre de formations Hardcore rêvaient... Alors, on essayait de les comparer pour les situer... BOTCH, NEUROSIS, UNSANE. Certains ont même cité VOÏVOD, ce qui parait assez logique dans cette façon de déconstruire un style pour en accoucher d'un nouveau... Mais qui a dit qu'il était besoin de faire des comparaisons ?

Et qui à part Tomas Hallbom pouvait chanter des trucs comme "Hide the proof, kill the witness, no trace of evidence. Commit the deadly sin, oh Lord, this is grace." sur "Murder" ou ce vers aussi abscons qu'effrayant "Waking up, finding your dead wife beside you, receiving a letter in the mail, you are dying of a deadly disease." dans "Pleasuredome"? A part Christian Fetish, je ne vois pas. En tout cas, pas avec cette conviction glaçante.
Et il fallait bien au groupe (en rupture de bans à l'époque) trois drummers pour coucher sur pistes de tels numéros rythmiques d'équilibristes. Qui d'autre que les suédois pouvaient chalouper des instrumentaux au point de les transformer en proto Bossa/ Funkcore, basse gironde en avant à faire rougir de honte les doigts de Geezer Butler ("Black Sabbath"), et percussions sanguines qui donneraient des complexes à Igor Cavalera ("Diablo", groovy en... diable justement) ? Oui, vous non plus n'avez pas de réponse.
Mais BREACH n'était pas groupe à réponses. C'est sans doute pour ça que Hallbom refusait de voir ses lyrics imprimés sur livret. Trop personnels, trop thérapeutique. Pas touche.

Ce qui ne l'empêchait pas de hurler comme jamais sur fond de contretemps enivrants ("Common Day", presque Jazz Core, et qui ferait baver d'envie les DILLINGER), de s'arracher le larynx sur un up tempo incendiaire ("Hell Is My Witness", où le morceau que CONVERGE cherche à composer depuis dix ans), de friser l'arrêt cardiaque Rock ("Ghee", plus REFUSED que jamais), ou de syncoper comme un démon sur le morceau le plus balancé de son répertoire ("Path Of Conscience", sans doute un des plus hauts faits du combo).... Ou de se taire, le temps des deux instrumentaux déjà cités.

Si la plupart des fans (et Thomas aussi, la plupart du temps) laissent sur un piédestal le phénoménal Kollapse, j'ai une "tendresse" toute particulière pour Venom, qui reste pour moi un sommet de violence, pour une fois non contenue. Jamais album de Hardcore ou affilié n'avait autant joué avec l'espace sonore, au point de le rendre si étouffant. Etouffant, c'est le mot...

Mais comme je le disais précédemment, quel album de BREACH n'est pas essentiel ? Kollapse était l'album d'adieu, celui qui laisserait le souvenir le plus marquant. Venom ne s'embarrassait pas de principes. Il ne voulait pas laisser de souvenirs. Sauf une vague impression d'avoir vécu quelque chose qui ne se reproduirait plus jamais, sans vraiment savoir quoi.



Ajouté :  Mardi 29 Juillet 2014
Chroniqueur :  Mortne2001
Score :
Lien en relation:  Breach Website
Hits: 3442
  
[ Réagissez sur le Forum ] [ Retour à l'index des CD Reviews ]

P
U
B
Cliquez SVP P
U
B
MI Facebook | MI YouTube | CD Reviews | DVD Reviews | Book Reviews | Interviews | Live Reports | Concours | Forums | Radio | Photos | M-I Tshirt | Contact | M-I Banner
Metal-Impact est inscrit à la Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL) sous le N° 818655. Conformément à la loi Informatique et Libertés en date du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de modification et de suppression des données qui vous concernent. Vous pouvez exercer ce droit en nous envoyant un courriel. Plus d'infos sur vos droits sur le site de la CNIL.
Page générée le 19/8/2019 à 02:30:57 en : 0,0987 secondes
| © Metal-Impact (2001-2019) | Webmaster et Rédacteur en chef : Blasphy De Blasphèmar