METAL IMPACT
P
U
B
Cliquez SVP P
U
B
L ultime Webzine orienté Metal qui se renouvelle au quotidien

MI Facebook | MI YouTube | CD Reviews | DVD Reviews | Book Reviews | Interviews | Live Reports | Concours | Forums | Radio | Photos | M-I Tshirt | Contact | M-I Banner
Fermer/Ouvrir ce bloc Rechercher sur M-I


Avancee | Aidez-moi
Fermer/Ouvrir ce bloc M-I Membres
· Page d'accueil
· S'enregistrer
· Liste des Membres
· M-I Flux RSS
· M-I sur Facebook
· M-I sur YouTube
· M-I sur Twitter
· M-I sur Google+
· Top 15 des Rubriques
· M-I FAQ
· M-I Tshirt
· M-I Skin Firefox
Fermer/Ouvrir ce bloc Book Reviews Aléatoires
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc Interviews Aléatoires
· RHAPSODY OF FIR…
· BON JOVI (usa) …
· ENSIFERUM (fi) …
· SHARGATH (be) -…
· SOULFLY (br) - …
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc CD Reviews Aléatoires
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc Rejoins-nous sur Facebook
Fermer/Ouvrir ce bloc Live Reports Aléatoires
· SKEW SISKIN (de…
· MUMAKIL (ch) - …
· THE TOMMYS (uk)…
· BEHEMOTH (pl) -…
· DARKANE (se) - …
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc DVD Reviews Aléatoires
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc Qui est en Ligne ?
Il y a actuellement 82 invités et 0 membres en ligne

Vous êtes un visiteur anonyme. Inscrivez-vous gratuitement en cliquant ici.

Fermer/Ouvrir ce bloc M-I Jeux

Deviens un pro de la batterie en cliquant ici ou (Entraîne toi sur la batterie de Danny Carey de TOOL)

P
U
B
Cliquez SVP P
U
B

PEARL JAM (usa) - Lightning Bolt (2013)








Label : Monkeywrench Records / Universal
Sortie du Scud : 15 octobre 2013
Pays : Etats-Unis
Genre : Contemporary Rock
Type : Album
Playtime : 12 Titres - 47 Mins





Difficile de faire le point au moment de proposer à son public un dixième album résumant 22 ans de carrière discographique. Et surtout après avoir incarné un symbole, celui d'une scène "Seattle" lancée à son insu par NIRVANA, symbole célébré à grands coups de coeur au travers de disques aussi essentiels que Ten, Vs, Vitalogy, de concerts homériques, une attitude hors norme et une intégrité admirable. Car au delà de la simple musique, c'est ça, PEARL JAM. Une entité protéiforme, aux concepts multiples, mais à la démarche unique. Etre soi-même, jouer ce qu'on aime, ce qu'on ressent, sans se soucier des modes, loin de là.

Backspacer a laissé des traces profondes dans la chair d'une partie des fans du groupe. Débattu, décrié, honni, fêté, il n'a laissé personne indifférent, mais a divisé, une fois de plus. Il est vrai qu'on pardonne moins à ceux qui ont tant donné, surtout après tout ce temps... C'était pourtant un très bon disque, insouciant, léger, comme un quintette d'hommes d'âge mur se redécouvrant. Des potes, en studio, qui jouent à se faire plaisir. Et quoi d'autre après tout ? Après avoir battu record sur record, livré des performances live à couper le souffle, il n'y a rien de mal à se recentrer sur soi. PEARL JAM s'est toujours moqué des modes, de MTV, et plus généralement du circuit classique de promotion. Punk ? Peut être.

Alors, voici donc, 22 ans après le séminal Ten, Lightning Bolt, le dixième effort d'Eddie, Mike, Matt, Stone et Jeff. Comme Backspacer, il ne fera pas l'unanimité, parce que certains courent toujours après la lune, même en plein jour. C'est pourtant un album aux dimensions multiples, propre à offrir à chaque fan sa dose de plaisir.
Mike déclarait d'ailleurs à son propos, bien en amont, que "C'est un album à plusieurs facettes. On y trouve des influences PINK FLOYD, mais aussi un côté Punk".
Et il faut admettre que le bonhomme avait presque raison. A ceci près que la seule influence notable sur cet album est celle de...PEARL JAM. Car le combo a toujours eu cette particularité de jouer sur la dualité.

"Immortality" vs "Spin The Black Circle".

Et on ne peut pas faire grand chose contre sa propre nature.

Produit une fois de plus par le grand frère Brendan O'Brien, Lightning Bolt est une réunion. Celle de cinq musiciens, surs d'eux-mêmes, de leur parcours, de leurs envies. Le démon de midi est loin pour eux, et je ne suis même pas sur qu'ils l'aient expérimenté. Ils sont juste restés fidèles à leurs fans. Alors, pour un dixième album, ils ont compilé ce qu'ils savent faire de mieux. Du Rock moderne, aux couleurs chatoyantes, parfois passées, souvent éclatantes, ont décliné le jeu sous bien des aspects, et au final, s'adressent à nous simplement, sans artifices, tels quels.

Bien sur, les esprits chagrins regretteront l'absence d'un "Even Flow", d'un "Hail, Hail" ou d'un "Animal". Mais il faut se faire une raison les gars, c'était il y a longtemps, et Eddie et les autres n'ont plus rien à prouver sur ce terrain.
Ca ne les empêche pas de nous balancer en avant goût un "Mind Your Manners" presque comme les faux frères RAMONES, qui sonne plus Punk et Garage que pas mal de groupes actuels soit disant "cool". Et si la tentative est isolée, le reste de l'album n'est pas pour autant mou du genou ou peu inspiré, bien au contraire.

Production claire, limpide et puissante, c'est tout ce qu'il leur fallait. Ce qui peut faire sonner "Getaway" comme un classique, ce qu'il est sans conteste. Un résumé, un état de fait. Je vous parle d'adultes ici, qui savent qu'arrivé à un âge, on doit se comporter comme tel. Alors OK, ça groove, ça pulse, mais raisonnable, sans jamais être pépère. Les pantoufles et le feu de bois, ça n'est pas encore pour demain...
Car même lorsque l'ambiance se veut acoustique et intimiste, ça donne "Sirens", posé comme des clés de voiture sur un buffet, après une longue journée d'évasion. Une discussion, des arguments, mais aussi beaucoup de compréhension et de partage. Guitares légères, choeurs presque 60's, une variation sur un même thème, si souvent abordé par les plus grands, SPRINGSTEEN et YOUNG en tête.

Vous pensez qu'ils ne savent plus faire que ça ? Alors "Let The Records Play" saura ressusciter pour vous le groove binaire unique de Marc Bolan, la patine des années 60 laquée sur une structure si 70's que même Bowie pourrait prendre exemple, pour ne pas oublier ses Spiders From Mars. Mike et Stone carillonnent comme les BYRDS, mais Matt et Jeff insufflent ce qu'il faut de solidité élastique à l'affaire pour ne pas la rendre trop passéiste.
Si "Lightning Bolt", le morceau, aurait sans peine pu figurer sur le mythique et décalé Vitalogy, "Infallible" sonne comme un cousin lointain de la Pop anglaise des années 90, un peu comme si BLUR heurtait de plein fouet le GREEN DAY de "When I Come Around", sur un vieux riff de Richie Sambora. "My Father's Son" reste quant à elle sur une veine basique, up tempo de rigueur pour ne pas rouiller, sans tomber dans l'auto parodie. Phrasé d'Eddie impeccable, rythmique solide et duo de six cordes classique, c'est du JAM contemporain, qui pioche dans son passé sans trop se resservir.

Mais PJ n'oublie pas ses longues phases introspectives, comme en témoigne le poignant "Pendulum", aux percutions lancinantes et hypnotiques, au chant incantatoire, et à la basse éparse et pourtant indispensable.

Beaucoup mieux accueilli jusqu'à présent que son prédécesseur, Lightning Bolt n'a pourtant pas échappé à la dent dure de certains critiques qui ont reproché au groupe de vouloir parfois jouer les prolongations d'une façon un peu sucrée. Ils voulaient sans doute faire allusion au final "Future Days", et quelle erreur. Certes, sa mélodie jaunie, ses arrangements paisibles en font une victime parfaite, mais ce morceau reste la conclusion idoine d'un album tellement ouvert qu'il est évident que certains s'y perdront un peu...Et continueront de reprocher au quintette sa versatilité, synonyme de talent et d'éclectisme, et certainement pas d'usure ou d'instabilité.

Car Lightning Bolt ne boxe jamais en dehors de sa catégorie. Il ne figurera jamais dans les recueils d'oeuvres indispensables, et pas non plus aux côtés des plus grandes réalisations de PEARL JAM. Il n'est que ce qu'il est et veuillez l'en excuser d'avance.

Il n'est que le dixième album d'un groupe unique, qui depuis longtemps se fait plaisir, et NOUS fait plaisir. Des hommes avec qui on passe du temps, avec qui on se souvient de cette décennie ravagée par le manque d'inspiration et la morosité ambiante, qui étaient là pour nous réconforter. Et qui sont toujours là aujourd'hui, passant de tracas adolescents aux problèmes adultes. Des grands frères en somme.

Peut on rejeter sa famille sous prétexte qu'elle nous rassure ?

Discographie Complète de PEARL JAM :
Ten (1991), Vs (1993), Vitalogy (1994), No Code (1996), Yield (1998), Live On Two Legs (1998), Binaural (2000), Riot Act (2002), Lost Dogs (2003), Live At Benaroya Hall (2004), Rearviewmirror (Greatest Hits 1991-2003) (2004), Sydney, Australia, 11-07-2006 (2006), Pearl Jam (2006), Backspacer (2009), Live On Ten Legs (2011), Lightning Bolt (2013), PEARL JAM AU PAYS DU GRUNGE (BOOK - 2011), PEARL JAM : Pulsions Vitales (BOOK - 2013)



Ajouté :  Vendredi 07 Mars 2014
Chroniqueur :  Mortne2001
Score :
Lien en relation:  Pearl Jam Website
Hits: 2678
  
[ Réagissez sur le Forum ] [ Retour à l'index des CD Reviews ]

P
U
B
Cliquez SVP P
U
B
MI Facebook | MI YouTube | CD Reviews | DVD Reviews | Book Reviews | Interviews | Live Reports | Concours | Forums | Radio | Photos | M-I Tshirt | Contact | M-I Banner
Metal-Impact est inscrit à la Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL) sous le N° 818655. Conformément à la loi Informatique et Libertés en date du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de modification et de suppression des données qui vous concernent. Vous pouvez exercer ce droit en nous envoyant un courriel. Plus d'infos sur vos droits sur le site de la CNIL.
Page générée le 17/12/2017 à 05:20:49 en : 0,1032 secondes
| © Metal-Impact (2001-2016) | Webmaster et Rédacteur en chef : Blasphy De Blasphèmar