METAL IMPACT
P
U
B
Cliquez SVP P
U
B
L ultime Webzine orienté Metal qui se renouvelle au quotidien

MI Facebook | MI YouTube | CD Reviews | DVD Reviews | Book Reviews | Interviews | Live Reports | Concours | Forums | Radio | Photos | M-I Tshirt | Contact | M-I Banner
Fermer/Ouvrir ce bloc Rechercher sur M-I


Avancee | Aidez-moi
Fermer/Ouvrir ce bloc M-I Membres
· Page d'accueil
· S'enregistrer
· Liste des Membres
· M-I Flux RSS
· M-I sur Facebook
· M-I sur YouTube
· M-I sur Twitter
· M-I sur Google+
· Top 15 des Rubriques
· M-I FAQ
· M-I Tshirt
· M-I Skin Firefox
Fermer/Ouvrir ce bloc Book Reviews Aléatoires
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc Interviews Aléatoires
· ORDEN OGAN (de)…
· GRAVITY (FRA) -…
· FORGIN FATE (FR…
· AMON AMARTH (se…
· KORITNI (au) - …
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc CD Reviews Aléatoires
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc Rejoins-nous sur Facebook
Fermer/Ouvrir ce bloc Live Reports Aléatoires
· NIGHTWISH (fi) …
· SONISPHERE - Co…
· SHINING (se) - …
· DREAM THEATER (…
· IRON MAIDEN (uk…
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc DVD Reviews Aléatoires
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc Qui est en Ligne ?
Il y a actuellement 18 invités et 0 membres en ligne

Vous êtes un visiteur anonyme. Inscrivez-vous gratuitement en cliquant ici.

Fermer/Ouvrir ce bloc M-I Jeux

Deviens un pro de la batterie en cliquant ici ou (Entraîne toi sur la batterie de Danny Carey de TOOL)

P
U
B
Cliquez SVP P
U
B

IMMOLATION (usa) - Kingdom Of Conspiracy (2013)








Label : Nuclear Blast
Sortie du Scud : 10 mai 2013
Pays : Etats-Unis
Genre : Death Metal
Type : Album
Playtime : 10 Titres - 41 Mins





Que restera t-il d'IMMOLATION une fois son incandescence achevée ? Un quart de siècle de séquestrations, de sévices. Un quart de siècle de règne, peut-être plus et à l'heure où j'écris ces lignes, neuf albums, dont un certain Dawn Of Possession, sorte de pierre angulaire méconnue pour le Death Metal des années 90. Vingt trois ans après sa sortie, un beau jour de juillet 1991, les New-Yorkais sont toujours là, sous une forme légèrement, très légèrement remaniée après quelques changements basiques. Le dernier arrivé s'appelle Steve Shalaty, c'était en 2003. La machine est donc rôdée et ce n'est certainement pas le petit dernier, Kingdom Of Conspiracy qui viendra mettre de l'eau dans leur vin. Car ce Death Metal est stable, précis. C'est une marque de fabrique, un tampon flamboyant, une griffe qui lacère. Qu'on parle d'Harnessing Ruin (2005), de Shadows In The Light (2007) ou encore de Majesty And Decay (2010), le constat est le même. IMMOLATION n'a jamais pondu un seul album qui puisse légitimer la moindre approximation. Et cette tradition perdure. Mais...

Non, avec Kingdom Of Conspiracy, les Américains ne sont pas arrivés au bout d'un cycle et que ce jour semble encore lointain. Leur idéal de Death Metal est intact. Guitares pressantes, un soupçon techniques. Basse cinglante, batterie fulminante et l'inamovible Ross Dolan pour nimber le tout de son souffle chaud. On connaît tout ça et c'est peut-être le principal problème de cet album. On connaît la formule IMMOLATION, leur aptitude à jouer à 200 à l'heure sans s'essouffler. C'est assurément ce qui fera de Kingdom Of Conspiracy un disque au contenu honnête mais définitivement quelconque. Le quatuor n'a plus pour ambition d'écrire ce qui a déjà été écrit, de proposer sa version liftée de Close To A World Below. Il parait que c'est à la mode. Alors je vous propose de goûter dans l'ordre à "Bound To Order", "God Complex" puis "Indoctrinate", comme on dégusterait un plateau de fromage et vous comprendrez vite que les nuances aromatiques ne font pas dans le spectacle grand-guignolesque mais dans le subtil. Robert Vigna et Bill Taylor (guitares) se livrent d'ailleurs à une étonnante joute au cœur même de la bataille. Ils se répondent, se provoquent, se chamaillent par le biais de savoureuses notes stridentes qui font basculer un "Keep The Silence" dans une ambiance Gilles de la Tourette. Et si globalement, en fermant les yeux, Kingdom Of Conspiracy souffre d'une linéarité toute spécifique au Death Metal traditionnel, l'absence d'une composition un peu plus mid-tempo comme "Majesty And Decay" sur le précédent opus fait que ce neuvième rejeton s'introduit dans l'anus avec plus de difficulté. Loin de moi l'idée de dire qu'IMMOLATION se mord à nouveau la queue après un Majesty And Decay impitoyable, aussi raffiné que majestueux, mais le constat est là. On se prend un bon shoot de Death, on savoure, on exulte et basta. Fin de l'histoire. Certains diront que c'est bien là l'essentiel. Personnellement, je suis de ceux qui ne tirent jamais à boulets rouges sur un morceau qui veut se démarquer et force est de constater qu'ici, il n'y a rien de ce type.

Paradoxalement, si cet album distille un IMMOLATION pur jus, je me suis senti un peu moins concerné que sur les Unholy Cult ou Harnessing Ruin qui eux aussi, sonnaient très fort. Est-ce la force de l'habitude ? Est-ce l'effet hypnotisant de ce mastodonte qui te lessive le cerveau au point que tu ne raisonne plus très bien, si tant est que tu saches un peu raisonner ? Nul doute, Kingdom Of Conspiracy est de loin un très bon album de Death et se contentera ce constat sommaire.



Ajouté :  Dimanche 23 Février 2014
Chroniqueur :  Stef.
Score :
Lien en relation:  Immolation Website
Hits: 2390
  
[ Réagissez sur le Forum ] [ Retour à l'index des CD Reviews ]

P
U
B
Cliquez SVP P
U
B
MI Facebook | MI YouTube | CD Reviews | DVD Reviews | Book Reviews | Interviews | Live Reports | Concours | Forums | Radio | Photos | M-I Tshirt | Contact | M-I Banner
Metal-Impact est inscrit à la Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL) sous le N° 818655. Conformément à la loi Informatique et Libertés en date du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de modification et de suppression des données qui vous concernent. Vous pouvez exercer ce droit en nous envoyant un courriel. Plus d'infos sur vos droits sur le site de la CNIL.
Page générée le 21/7/2018 à 04:09:35 en : 0,1096 secondes
| © Metal-Impact (2001-2016) | Webmaster et Rédacteur en chef : Blasphy De Blasphèmar