METAL IMPACT
P
U
B
Cliquez SVP P
U
B
L ultime Webzine orienté Metal qui se renouvelle au quotidien

MI Facebook | MI YouTube | CD Reviews | DVD Reviews | Book Reviews | Interviews | Live Reports | Concours | Forums | Radio | Photos | M-I Tshirt | Contact | M-I Banner
Fermer/Ouvrir ce bloc Rechercher sur M-I


Avancee | Aidez-moi
Fermer/Ouvrir ce bloc M-I Membres
· Page d'accueil
· S'enregistrer
· Liste des Membres
· M-I Flux RSS
· M-I sur Facebook
· M-I sur YouTube
· M-I sur Twitter
· Top 15 des Rubriques
· M-I FAQ
· M-I Tshirt
Fermer/Ouvrir ce bloc Book Reviews Aléatoires
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc Interviews Aléatoires
· MARDUK (se) - L…
· CROSSFAITH (jp)…
· DELAIN (nl) - C…
· FURIA (FRA) - D…
· NIGHTMARE (FRA)…
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc CD Reviews Aléatoires
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc Rejoins-nous sur Facebook
Fermer/Ouvrir ce bloc Live Reports Aléatoires
· ENSIFERUM (fi) …
· LUCA TURILLI'S …
· APOCRYPHE (FRA)…
· RAMMSTEIN (de) …
· ADAGIO (FRA/uk)…
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc DVD Reviews Aléatoires
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc Qui est en Ligne ?
Il y a actuellement 47 invités et 0 membres en ligne

Vous êtes un visiteur anonyme. Inscrivez-vous gratuitement en cliquant ici.

Fermer/Ouvrir ce bloc M-I Jeux

Deviens un pro de la batterie en cliquant ici ou (Entraîne toi sur la batterie de Danny Carey de TOOL)

P
U
B
Cliquez SVP P
U
B

# # XML_node.objet # # This object is an XML node representation # # /- name (string) # xml_node --- attributes (array) # \- children (array) or value (string) class xml_node { var $name; var $attributes = array(); var $children = array(); var $value = ""; function xml_node($name,$attributes,$children=array(),$value="") { $this->name = $name; if (is_array($attributes)) { $this->attributes = $attributes; } $this->children = $children; $this->value = $value; } } # # xml_tree class # # This object parses an XML stream and offers a tree composed by xml_nodes # class xml_tree { var $xml_stream; var $current_node; var $root_node; var $index; var $value; function xml_tree() { $this->root_node = new xml_node("__ROOT_NODE",array()); $this->current_node = $this->root_node; } function add_tree($xml_stream) { # Managing the parser $this->xml_stream = $xml_stream; $xml_parser = xml_parser_create(); xml_parser_set_option($xml_parser,XML_OPTION_CASE_FOLDING,0); xml_parser_set_option($xml_parser,XML_OPTION_SKIP_WHITE,1); if (!xml_parse_into_struct($xml_parser,$this->xml_stream,$this->value,$this->index)) { xml_parser_free($xml_parser); die("XML Parse error"); } xml_parser_free($xml_parser); # Now, $this->value and $this->index are informed, we can use the get_node methode. $tab_result = $this->get_node(0,count($this->value) - 1); $this->root_node->children[] = $tab_result[0]; $this->current_node = $this->root_node; } function get_node($index_start,$index_stop) { #echo "


\n"; #echo "GET-NODE($index_start,$index_stop)
\n"; # What we are going to return is an array of xml_nodes $return_tab = array(); # depth is only here to check if everything is all right $tab_node = $this->value[$index_start]; $depth = $tab_node["level"]-1; # Now we have to be sure we do not forget a single node for ($index = $index_start;$index <= $index_stop;$index++) { #echo "\$index = $index
"; # get the current node $tab_node = $this->value[$index]; # what type of node is it ? switch($tab_node["type"]) { case "complete" : # Depth integrity check if ($tab_node["level"] != $depth+1) { die("ERREUR # contrainte d'intégrité au noeud complet $index, niveau $depth + 1 au lieu de ".$tab_node["level"]); } #echo "Noeud complet trouvé position $index TAG ".$tab_node["tag"]."
\n"; # Easy one, no children to manage, only a value... $return_tab[] = new xml_node($tab_node["tag"],$tab_node["attributes"],"",$tab_node["value"]); break; case "open" : # Depth integrity check if ($tab_node["level"] != $depth +1 ) { die("ERREUR # contrainte d'intégrité au noeud ouvert $index, niveau $depth au lieu de ".$tab_node["level"]); } # Open tag, we re-use this methode to return its children # Where is the correspondong close tag ? $node_index = $this->index[$tab_node["tag"]]; $flipped_node_index = array_flip($node_index); #echo "This ".$tab_node["tag"]." is at coords ".$flipped_node_index[$index]."
"; $i=1; do { $next_index = $node_index[$flipped_node_index[$index] + $i++]; $next_tag=$this->value[$next_index]; } while ($next_tag["level"]!=$tab_node["level"]); #echo "Ouverture de noeud détectée pos $index TAG ".$tab_node["tag"]."
\n   Parcours jusqu au $next_index
\n"; # good, we can now instanciate our node $return_tab[] = new xml_node($tab_node["tag"],$tab_node["attributes"],$this->get_node($index+1,$next_index),""); # As we called the get_node methode, we are sure that nodes have been parsed to the corresponding close tag $index = $next_index; break; case "close" : # Depth integrity check if ($tab_node["level"] != $depth ){ die("ERREUR # contrainte d'intégrité au noeud fermé $index, niveau $depth au lieu de ".$tab_node["level"]); } #echo "Fermeture de noeud detectée pos $index TAG ".$tab_node["tag"]."

\n"; # This ugly thing is useless because reaching a close tag means that $index==$index_stop but who knows ? =) # it will be skipped soon $index = $index_stop; break; default: die("Erreur de type de TAG non déterminé :'".$tab_node["type"]."'"); } } # We are out ... returns the array with collected children... return ($return_tab); } # this function browse the xml tree and set the current node to the selected node function give_node($path) { if ($path[0]=="/") { $current_node=$this->root_node; $path=substr($path,1); #echo "ABSOLUTE PATH GIVEN=$path
"; } else { $current_node = $this->current_node; } #echo "PATH GIVEN=$path
"; $tab_path = split("/",$path); foreach ($tab_path as $node_expr) { #echo "STUDYING EXPR='$node_expr'
"; $node = $current_node; $expr_tab = split("\?",$node_expr); $node_name = $expr_tab[0]; $attr_tab = 0; if (count($expr_tab)>1) { ##echo "TROUVE AU MOINS UNE CONDITION SUR LES ATTRIBUTS...
"; $attr_expr_tab=split(",",$expr_tab[1]); $attr_tab=array(); foreach($attr_expr_tab as $attr_expr) { $attr_split_expr=split("=",$attr_expr); $attr_tab[$attr_split_expr[0]]=$attr_split_expr[1]; } } $last=0; foreach ($node->children as $children) { #echo "COMPARING WITH '$children->name'
"; if ($children->name == $node_name) { ##echo "TROUVE NOEUD CORRESPONDANT $node_name
"; if (is_array($attr_tab)) { $node_attributes = $children->attributes; foreach ($attr_tab as $key=>$value) { if ($node_attributes[$key] == $value) { #echo "ATTRIBUTE & CHANGE CURRENT NODE TO ".$children->name."
"; $current_node = $children; $last = 1; } } } else { ##echo "CHILD=".$children->name."
"; #echo "CHANGE CURRENT NODE TO ".$children->name."
"; $current_node = $children; $last=1; } } if ($last) { break; } } if (!$last) { #echo "PATH ERROR $node_name
"; #die("MMmmmh It seems that this file is not a DIA XML format...sorry..."); return 0; } } return $current_node; } function browse_tree($path) { $node = $this->give_node($path); if (is_object($node)) { $this->current_node = $node; return 1; } return 0; } # this method dumps an html representation of the xml tree function xml_show($node = "",$level=0,$last=0) { if ($node=="") { $node=$this->root_node; } if (!is_object($node)) { die("ERROR : node is not an object"); } $line=""; for($i=1;$i<=$level;$i++) { if ((i==$level-1) and ($last)) { $line.="      "; } else { $line.="     |"; } if ($i==$level) { $line.="`-"; } } $line.=$node->name; #echo $line; $line.="".count($node->children).""; if (count($node->children)==1) { $line.=" (".$node->value.")
\n"; echo "$line"; } else { $line.="
\n"; echo "$line"; $i=1; foreach($node->children as $children) { if ($i==count($node->children)) { $this->xml_show($children,$level+1,1); } else { $this->xml_show($children,$level+1); } $i++; } } } #END_CLASS }

EATING SHIT (FRA) - Bon Appétit (2011)






Label : Auto-Production
Sortie du Scud : juin 2011
Pays : France
Genre : Brutal Grindcore
Type : Album
Playtime : 17 Titres - 32 Mins





Ce n'est un secret pour personne, le Grind français se porte bien. Très bien. D'INFEST à MAGISTRAL FLATULENCES, il y en a pour tous les goûts, toutes les couleurs. Certaines formations s'efforcent d'adopter le trait sévère et les sourcils froncés, pour mieux faire passer des messages sensibles ou parler de sujets tabous. D'autres vont au combat la fleur au fusil, simplement armés d'un champ lexical proche du pipi-caca-vomi. EATING SHIT, c'est un fin mélange des deux. Sur la forme, on aura tout à leur reprocher. De leur manque de musicalité assourdissant à l'usage d'une BAR programmée sur PS2 (véridique !) plus synthétique qu'un pull-over en acrylique, rien de construit, de cohérent ne se dégage d'un second album qui fleure bon la pourriture, la clope froide et la diarrhée au napalm. Mais soyons sérieux, considérons ce disque pour ce qu'il est. Du Grindcore extrême, du Crust minimaliste, du bruit. Si EATING SHIT avait la prétention de faire mieux, on aurait presque le droit de lui chier dessus, et je suis sûr qu'ils aimeraient ça. Mais pas là. Et surtout, comment expliquer qu'un tel groupe, qui n'a rien demandé à personne, soit la source d'un règlement de compte minable par chroniques interposées ? Juste un clin d'œil en passant.

Loin des chamailleries littéraires plus drôles encore qu'une rixe pour un paquet de BN à la fraise, cette chronique sera à l'image des savoyards. Sans forfanterie. La "musique" proposée par ce trio français ne fait preuve d'aucune créativité, sauf si la créativité c'est de mettre entre deux blasts des samples de Bioman ou une intro narrative en anglais avec un accent volontairement capilotracté. EATING SHIT est dans la légèreté permanente, dans l'autodérision complète même si, sans qu'on s'en rende compte à cause de l'aspect granuleux de leur son, ils ont un message très sérieux à véhiculer. Leur crédo c'est la malbouffe, les dérives de l'industrie agro-alimentaire, la défense de la cause animale. D'ailleurs pour l'anecdote, cette promo est arrivée à mon domicile ornée d'un sticker de la WWF. C'est dire si on a de bonnes raisons de croire que ces gars sont impliqués. Musicalement, si nos chefs cuisiniers venaient à rencontrer John Petrucci ou Steven Wilson, ils feraient bien de raser les murs. Mais pour cette petite sauterie amicale, la toque leur va très bien. Le riffing n'a rien de transcendant, s'inscrivant dans une logique de Death / Grind old-school et surplombé de cris et grunts assez classiques qui côtoient à de rares occasions le pig-squeal. Vocalement diversifié, avec quelques passages plus audibles ("Kiki Et La Mayo"), EATING SHIT déploie un Grind de qualité, dans la plus pure tradition d'une agression sonore caractérisée. La grande question ici concerne la légitimité d'une boite à rythme qui sera assurément un tue l'amour pour certains. Si l'on apprécie forcément le côté déshumanisé, démesurément artificiel et limite futuriste, nul doute que le groupe gagnerait en authenticité en engageant un frappeur chevronné. Je dois avouer qu'on ressent comme un vide à ce niveau sur de nombreux plans. Malgré ça et au-delà du plaisir presque scatophage qu'on prend à déguster cette merde bien fumante, il faut reconnaître qu'avec EATING SHIT, on oublie tout pendant une grosse demi-heure. On fait le vide dans sa tête, on désinfecte ses pensées les plus sales et on profite avec eux d'un Grind sournois qui ne court pas les rues. Les mélodies électroniques de "Between The Buckethead And You" ou la reprise très... personnelle du "We Are The Champions" de QUEEN avec "We Are The Vegans" sont autant de moments savoureux qui vous sortiront momentanément de cette brutalité hypnotique. Je regrette seulement que certains écouteront cet opus d'une oreille distraite, n'y voyant rien d'autre qu'un défouloir bon marché. Ainsi je vous encourage à jeter un œil aux textes et à chercher avec curiosité les nombreuses facéties qui garnissent Bon Appetit. Vous écouterez probablement cette œuvre d'une autre façon ensuite.

La situation n'est pas bien compliquée à résumer. EATING SHIT, plus c'est con et plus c'est bon. Je trouve que sur ce point, les français sont de gentils enculés. Le jusqu'au-boutisme est bel et bien présent, mais il n'est pas mis en relief, ni par la production crasseuse, ni par la performance décousue des musiciens, dont la cohésion propre à un groupe est brisée par les sonorités artificielle de la BAR. Je comprends qu'ils aient voulu conserver une certaine pureté musicale, dans un souci d'intégrité profond. Il faut leur rendre hommage pour ça. Mais je leur conseillerais quand même de soigner cette mycose génitale qui pourrait vite devenir handicapante, juste par précaution.



Ajouté :  Mardi 21 Février 2012
Chroniqueur :  Stef.
Score :
Lien en relation:  Eating Shit Website
Hits: 6692
  
[ Réagissez sur le Forum ] [ Retour à l'index des CD Reviews ]

P
U
B
Cliquez SVP P
U
B
MI Facebook | MI YouTube | CD Reviews | DVD Reviews | Book Reviews | Interviews | Live Reports | Concours | Forums | Radio | Photos | M-I Tshirt | Contact | M-I Banner
Metal-Impact est inscrit à la Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL) sous le N° 818655. Conformément à la loi Informatique et Libertés en date du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de modification et de suppression des données qui vous concernent. Vous pouvez exercer ce droit en nous envoyant un courriel. Plus d'infos sur vos droits sur le site de la CNIL.
Page générée le 16/9/2019 à 11:10:28 en : 0,1053 secondes
| © Metal-Impact (2001-2019) | Webmaster et Rédacteur en chef : Blasphy De Blasphèmar