METAL IMPACT
P
U
B
Cliquez SVP P
U
B
L ultime Webzine orienté Metal qui se renouvelle au quotidien

MI Facebook | MI YouTube | CD Reviews | DVD Reviews | Book Reviews | Interviews | Live Reports | Concours | Forums | Radio | Photos | M-I Tshirt | Contact | M-I Banner
Fermer/Ouvrir ce bloc Rechercher sur M-I


Avancee | Aidez-moi
Fermer/Ouvrir ce bloc M-I Membres
· Page d'accueil
· S'enregistrer
· Liste des Membres
· M-I Flux RSS
· M-I sur Facebook
· M-I sur YouTube
· M-I sur Twitter
· Top 15 des Rubriques
· M-I FAQ
· M-I Tshirt
Fermer/Ouvrir ce bloc Book Reviews Aléatoires
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc Interviews Aléatoires
· ANTHEMON (FRA) …
· FISSION (se) - …
· LOTSAGABE (FRA)…
· IMMOLATION (usa…
· COLLAPSE 7 (at)…
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc CD Reviews Aléatoires
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc Rejoins-nous sur Facebook
Fermer/Ouvrir ce bloc Live Reports Aléatoires
· SYLAK OPEN AIR …
· SHINING (se) - …
· NAPALM DEATH (u…
· SATAN JOKERS (F…
· FREAK KITCHEN (…
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc DVD Reviews Aléatoires
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc Qui est en Ligne ?
Il y a actuellement 236 invités et 0 membres en ligne

Vous êtes un visiteur anonyme. Inscrivez-vous gratuitement en cliquant ici.

Fermer/Ouvrir ce bloc M-I Jeux

Deviens un pro de la batterie en cliquant ici ou (Entraîne toi sur la batterie de Danny Carey de TOOL)

P
U
B
Cliquez SVP P
U
B

TRACER (au) - Spaces In Between (2011)








Label : Cool Green Recordings
Sortie du Scud : 3 octobre 2011
Pays : Australie
Genre : Stoner
Type : Album
Playtime : 12 Titres - 52 Mins





Comme on pousse la porte d’un bar, repaire de motards en tous genres, on craint un peu puis on se sent fort et sûr de soi et on y va, gonflé à bloc par une certaine force provenant de je ne sais où. On pénètre alors dans un espace situé entre deux mondes, un lieu à part. On y découvre la bête Spaces In Between.
Dès le départ c’est « Too Much » mais TROP quoi ??? Trop bon !!! Une musicalité qui semble avoir traversé le temps pour arriver jusqu’à nous. Elle donne le sentiment d’être sorti du vieux placard à vinyles de mon papounet. Les sons y sont vintage à souhait.
La basse y est magnifiée et le jeu redonne à ce bel instrument toute son importance. Même la voix y est limée comme usée par l’âge et assoit fermement les qualités de ce genre, le Stoner. Comme son nom l’indique il a ce curieux avantage de faire planer et rendre stone chaque auditeur. Une fois les nappes de haschisch traversé on distingue la volonté mise au service de la musique. TRACER joue avec ses tripes et transpire les compétences.
« Devil Ride » par exemple dessert des chœurs qui se fondent à merveille sur une composition haletante sans que rien ne soit poussif alors que la gratte elle, est plus rentre dedans. Survient « The Bitch » par un cri déchirant entrainant avec lui une rythmique de vieux rock à l’exécution simple, mais foutrement efficace et ça bouge.
Oh toi qui me lis, fermes les yeux un peu et oses me dire que tu ne t’y crois pas. Oses me dire que tu ne te surprends pas entrain de malmener ces cordes fictives, une clope au bec, une bière posée sur le comptoir, devant une foule féminine éméchée par des hormones en ébullitions. Stop, je t’arrête de suite, je n’en suis pas, je suis à tes côtés entrain de chatouiller la peau tendue de ……… la batterie imbécile, réveilles toi, c’est bien de musique que l’on parle. Tu vois, toi aussi, tu as décroché et tu étais loin, bien trop loin. C’est l’effet Stoner.
Tu vas pouvoir retrouver tes esprits sur « Voice In The Rain » et peut-être ondulé avec la belle pin-up qui te regarde depuis tout à l’heure. Sa nonchalance exquise vous accompagnera tous deux d’une sensualité animale.
Sans chichis sans artifice, les p’tis gars nous feront oublier les kangourous et autres koalas endormis de leur Australie natale mais nous régalerons en revanche de la poussière de brousse dans laquelle s’est vautré notre ami Crocodile Dundy. Ils y développeront tout le parfum âcre du whisky tombé sur le parquet et de l’ambiance qui règne dans ces petits coins à l’écart de toute civilisation.
Pourquoi faire simple quand on peut faire compliquer ? Eux ils ont bien pigé toute la signification du contraire de cette phrase et ils ont eu raison. Un superbe travail tout en discrétion, chapeau bas.



Ajouté :  Lundi 30 Janvier 2012
Chroniqueur :  Line44
Score :
Lien en relation:  Tracer Website
Hits: 6016
  
[ Réagissez sur le Forum ] [ Retour à l'index des CD Reviews ]

P
U
B
Cliquez SVP P
U
B
MI Facebook | MI YouTube | CD Reviews | DVD Reviews | Book Reviews | Interviews | Live Reports | Concours | Forums | Radio | Photos | M-I Tshirt | Contact | M-I Banner
Metal-Impact est inscrit à la Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL) sous le N° 818655. Conformément à la loi Informatique et Libertés en date du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de modification et de suppression des données qui vous concernent. Vous pouvez exercer ce droit en nous envoyant un courriel. Plus d'infos sur vos droits sur le site de la CNIL.
Page générée le 22/10/2020 à 05:32:16 en : 0,0581 secondes
| © Metal-Impact (2001-2019) | Webmaster et Rédacteur en chef : Blasphy De Blasphèmar