METAL IMPACT
P
U
B
Cliquez SVP P
U
B
L ultime Webzine orienté Metal qui se renouvelle au quotidien

MI Facebook | MI YouTube | CD Reviews | DVD Reviews | Book Reviews | Interviews | Live Reports | Concours | Forums | Radio | Photos | M-I Tshirt | Contact | M-I Banner
Fermer/Ouvrir ce bloc Rechercher sur M-I


Avancee | Aidez-moi
Fermer/Ouvrir ce bloc M-I Membres
· Page d'accueil
· S'enregistrer
· Liste des Membres
· M-I Flux RSS
· M-I sur Facebook
· M-I sur YouTube
· M-I sur Twitter
· Top 15 des Rubriques
· M-I FAQ
· M-I Tshirt
Fermer/Ouvrir ce bloc Book Reviews Aléatoires
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc Interviews Aléatoires
· HATE ETERNAL (u…
· MELTED SPACE (F…
· DREAM THEATER (…
· DRAGONFORCE (uk…
· ONSLAUGHT (uk) …
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc CD Reviews Aléatoires
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc Rejoins-nous sur Facebook
Fermer/Ouvrir ce bloc Live Reports Aléatoires
· DREAM THEATER (…
· AMPLIFIER (uk) …
· SONISPHERE (FRA…
· SEPULTURA (br) …
· PAGANFEST 2010 …
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc DVD Reviews Aléatoires
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc Qui est en Ligne ?
Il y a actuellement 60 invités et 0 membres en ligne

Vous êtes un visiteur anonyme. Inscrivez-vous gratuitement en cliquant ici.

Fermer/Ouvrir ce bloc M-I Jeux

Deviens un pro de la batterie en cliquant ici ou (Entraîne toi sur la batterie de Danny Carey de TOOL)

P
U
B
Cliquez SVP P
U
B

NIGHT IN GALES (de) - Five Scars (2011)








Label : Lifeforce Records
Sortie du Scud : 7 novembre 2011
Pays : Allemagne
Genre : Death Metal Mélodique
Type : Album
Playtime : 13 Titres - 45 Mins





Y en a qui se souviennent de NIGHT IN GALES ? Car leur dernier album, Necrodynamic, date tout de même d’il y a dix ans. Suite à sa sortie, les membres se sont concentrés sur d’autres projets. Et que ce soit GRIND INC., DEADSOIL, ou THE VERY END, aucun, mis à part le batteur, n’avait oublié son groupe d’origine. Ainsi, ce temps leur a permis de réorienter et affiner leur musique, qu’ils présentent désormais fièrement sous l’effigie de Five Scars.

Supervisée par Dan Swanö lors de l’enregistrement, la formation teutonne part donc sur un terrain plus extrême, dans la veine des compositions présentées sur l’EP Ten Years Of Tragedy. Les titres sont courts, directs, mais n’accusent guère de répétitivité. Derrière sa pochette morne à la Shutter Island, l’album développe une aura sombre et affligée au travers de ses guitares et de certains instruments orchestraux. Dès « Epitaph », l’ambiance abandonnée est mise en place par une contrebasse oppressante, et triste. Ces cordes frottées, on les retrouve également sur « The Wake » instrumentale finale, très solennelle et bourdonnante, résonnance de la première piste du disque ; et également dans un esprit sinistre à la SPETICFLESH, où elles tournent en une complainte désolée (« Five Scars »). Dommage qu’il n’y en ait pas davantage sur la seconde moitié de l’album, tout comme les partitions acoustiques. Les frères Jens et Frank Basten, officiant aux guitares, abattent des mélodies austères qui habitent les morceaux. Les riffs sont classiques pour le genre, et déteignent pleinement du Death Mélo des années 90, mais imposent un fort dynamisme, surtout en compagnie des percussions rageuses (« This Neon Grave », « A Mouthful Of Death »). La paire de guitaristes se place avec justesse au sein des compositions, appuyant convenablement le refrain de riffs mélodiques old-school imparables, avant de laisser place à des plans plus bruts et acérés. En outre, les deux instrumentistes savent user d’un certain flegme pesant dans leurs exécutions, malgré une rythmique qui s’accélère. Ainsi, les morceaux menacent d’exploser à tout moment devant leur retenue première. Quelques solos sont tentés, et, bien qu’ils ne soient pas exceptionnels, ne sont pas pour autant dépourvus d’un certain feeling, comme sur la démonstration harmonisée de l’agressif « Whiteout ». Sur « Blackmouth Blues », les riffs se mêlent à l’acoustique et aux percussions dociles, appuyant le propos d’une ambiance lourde et tragique, due essentiellement à la teneur des vocaux.

Il faut dire que les guitares se font davantage entendre à leur lancement, avant que l’attention ne soit monopolisée par le chant, extrêmement vindicatif, tout en sachant évoluer grâce à des ajouts intelligents de growls caverneux et autres variations. Comparé aux disques précédents, Björn Gooßes affiche une évolution notable de son chant, maintenant majoritairement hurlé, auquel l’on reconnaît toujours les petites sonorités trashy d’avant. Le vocaliste livre des prestations prenantes, alternant entre différentes tonalités pour transmettre à la perfection le juste degré d’émotion. Soutenu d’un tempo vif et d’excellents riffs, il s’exprime avec ses tripes, au travers de vocaux hurlés déchirés, profondément blessés (« Days Of The Mute »). Björn n’oublie pas, non plus, de consolider ses lignes de quelques harmonies tonales, ou d’overdubs lors des refrains, ce qui peut rappeler THE VERY END (« Life Denied »). L’on note également un faible usage de voix claire, au détour d’un pont calme, ou d’une voix désespérée tirant sur le Black lors d’un break avec emphase sur les cordes frottées (« The Tides Of November »).

La section rythmique finit d’achever le tableau en martelant pleinement les compositions dans le crâne des auditeurs. Beaucoup moins orientés Thrash, les schémas sont principalement rapides et violents, avec quelques coupures davantage massives et angoissantes. Tobias Bruchmann, de par des lignes de basse considérables, domine typiquement les breaks acoustiques avec voix mélancolique ou chuchotée altérée, d’accords menaçants. Ses cordes se montrent imposantes, grossissant les guitares et appuyant avec force la lourdeur des percussions (« Void Venture »). Avec une batterie qui s’envole furieusement en blast beats à la moindre occasion, à l’image de « Bloodsong », la rythmique se montre solide et sans cesse grondante, créant des plans décapants, mais aussi groovy avec le support de riffs efficients. Adriano Ricci couvre le fond sonore de beats déchainés et suit les guitares ronflantes de déflagrations agressives (« Endtrip »). Sur cet album, les riffs déchiquètent tandis que la batterie dépouille. Et les cadences en deuil n’en sont pas moins inquiétantes. Toutefois, bien que l’instrument soit pêchu, son mixage n’est pas des meilleurs et le prive de restituer pleinement la violence des heurts assénés, les plaçant un peu trop en retrait.

Hormis cela, NIGHT IN GALES effectue un retour remarqué sur la scène du Death Metal Mélodique. Fort de ses racines germaniques, le quintette parvient à bâtir des compositions brutes et travaillées, où chaque membre a sa place prépondérante dans leur efficacité. L’ajout d’une atmosphère aussi terne et tourmentée, au sein de morceaux sans états d’âme, donne tout son caractère à ce Five Scars et lui permet de s’afficher comme une des surprises de cette année 2011.



Ajouté :  Mercredi 12 Octobre 2011
Chroniqueur :  CyberIF.
Score :
Lien en relation:  Night In Gales Website
Hits: 6762
  
[ Réagissez sur le Forum ] [ Retour à l'index des CD Reviews ]

P
U
B
Cliquez SVP P
U
B
MI Facebook | MI YouTube | CD Reviews | DVD Reviews | Book Reviews | Interviews | Live Reports | Concours | Forums | Radio | Photos | M-I Tshirt | Contact | M-I Banner
Metal-Impact est inscrit à la Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL) sous le N° 818655. Conformément à la loi Informatique et Libertés en date du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de modification et de suppression des données qui vous concernent. Vous pouvez exercer ce droit en nous envoyant un courriel. Plus d'infos sur vos droits sur le site de la CNIL.
Page générée le 17/11/2019 à 14:34:01 en : 0,0499 secondes
| © Metal-Impact (2001-2019) | Webmaster et Rédacteur en chef : Blasphy De Blasphèmar