METAL IMPACT
P
U
B
Cliquez SVP P
U
B
L ultime Webzine orienté Metal qui se renouvelle au quotidien

MI Facebook | MI YouTube | CD Reviews | DVD Reviews | Book Reviews | Interviews | Live Reports | Concours | Forums | Radio | Photos | M-I Tshirt | Contact | M-I Banner
Fermer/Ouvrir ce bloc Rechercher sur M-I


Avancee | Aidez-moi
Fermer/Ouvrir ce bloc M-I Membres
· Page d'accueil
· S'enregistrer
· Liste des Membres
· M-I Flux RSS
· M-I sur Facebook
· M-I sur YouTube
· M-I sur Twitter
· Top 15 des Rubriques
· M-I FAQ
· M-I Tshirt
Fermer/Ouvrir ce bloc Book Reviews Aléatoires
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc Interviews Aléatoires
· FLEXA LYNDO (be…
· KREATOR (de) - …
· DRAGONFORCE (uk…
· BATTLE OF BRITA…
· KOB (FRA) - Thi…
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc CD Reviews Aléatoires
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc Rejoins-nous sur Facebook
Fermer/Ouvrir ce bloc Live Reports Aléatoires
· THE DILLINGER E…
· ARCH ENEMY (se)…
· HARVEST FESTIVA…
· WE ARE THE ENEM…
· MASTERPLAN (de)…
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc DVD Reviews Aléatoires
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc Qui est en Ligne ?
Il y a actuellement 65 invités et 0 membres en ligne

Vous êtes un visiteur anonyme. Inscrivez-vous gratuitement en cliquant ici.

Fermer/Ouvrir ce bloc M-I Jeux

Deviens un pro de la batterie en cliquant ici ou (Entraîne toi sur la batterie de Danny Carey de TOOL)

P
U
B
Cliquez SVP P
U
B

# # XML_node.objet # # This object is an XML node representation # # /- name (string) # xml_node --- attributes (array) # \- children (array) or value (string) class xml_node { var $name; var $attributes = array(); var $children = array(); var $value = ""; function xml_node($name,$attributes,$children=array(),$value="") { $this->name = $name; if (is_array($attributes)) { $this->attributes = $attributes; } $this->children = $children; $this->value = $value; } } # # xml_tree class # # This object parses an XML stream and offers a tree composed by xml_nodes # class xml_tree { var $xml_stream; var $current_node; var $root_node; var $index; var $value; function xml_tree() { $this->root_node = new xml_node("__ROOT_NODE",array()); $this->current_node = $this->root_node; } function add_tree($xml_stream) { # Managing the parser $this->xml_stream = $xml_stream; $xml_parser = xml_parser_create(); xml_parser_set_option($xml_parser,XML_OPTION_CASE_FOLDING,0); xml_parser_set_option($xml_parser,XML_OPTION_SKIP_WHITE,1); if (!xml_parse_into_struct($xml_parser,$this->xml_stream,$this->value,$this->index)) { xml_parser_free($xml_parser); die("XML Parse error"); } xml_parser_free($xml_parser); # Now, $this->value and $this->index are informed, we can use the get_node methode. $tab_result = $this->get_node(0,count($this->value) - 1); $this->root_node->children[] = $tab_result[0]; $this->current_node = $this->root_node; } function get_node($index_start,$index_stop) { #echo "


\n"; #echo "GET-NODE($index_start,$index_stop)
\n"; # What we are going to return is an array of xml_nodes $return_tab = array(); # depth is only here to check if everything is all right $tab_node = $this->value[$index_start]; $depth = $tab_node["level"]-1; # Now we have to be sure we do not forget a single node for ($index = $index_start;$index <= $index_stop;$index++) { #echo "\$index = $index
"; # get the current node $tab_node = $this->value[$index]; # what type of node is it ? switch($tab_node["type"]) { case "complete" : # Depth integrity check if ($tab_node["level"] != $depth+1) { die("ERREUR # contrainte d'intégrité au noeud complet $index, niveau $depth + 1 au lieu de ".$tab_node["level"]); } #echo "Noeud complet trouvé position $index TAG ".$tab_node["tag"]."
\n"; # Easy one, no children to manage, only a value... $return_tab[] = new xml_node($tab_node["tag"],$tab_node["attributes"],"",$tab_node["value"]); break; case "open" : # Depth integrity check if ($tab_node["level"] != $depth +1 ) { die("ERREUR # contrainte d'intégrité au noeud ouvert $index, niveau $depth au lieu de ".$tab_node["level"]); } # Open tag, we re-use this methode to return its children # Where is the correspondong close tag ? $node_index = $this->index[$tab_node["tag"]]; $flipped_node_index = array_flip($node_index); #echo "This ".$tab_node["tag"]." is at coords ".$flipped_node_index[$index]."
"; $i=1; do { $next_index = $node_index[$flipped_node_index[$index] + $i++]; $next_tag=$this->value[$next_index]; } while ($next_tag["level"]!=$tab_node["level"]); #echo "Ouverture de noeud détectée pos $index TAG ".$tab_node["tag"]."
\n   Parcours jusqu au $next_index
\n"; # good, we can now instanciate our node $return_tab[] = new xml_node($tab_node["tag"],$tab_node["attributes"],$this->get_node($index+1,$next_index),""); # As we called the get_node methode, we are sure that nodes have been parsed to the corresponding close tag $index = $next_index; break; case "close" : # Depth integrity check if ($tab_node["level"] != $depth ){ die("ERREUR # contrainte d'intégrité au noeud fermé $index, niveau $depth au lieu de ".$tab_node["level"]); } #echo "Fermeture de noeud detectée pos $index TAG ".$tab_node["tag"]."

\n"; # This ugly thing is useless because reaching a close tag means that $index==$index_stop but who knows ? =) # it will be skipped soon $index = $index_stop; break; default: die("Erreur de type de TAG non déterminé :'".$tab_node["type"]."'"); } } # We are out ... returns the array with collected children... return ($return_tab); } # this function browse the xml tree and set the current node to the selected node function give_node($path) { if ($path[0]=="/") { $current_node=$this->root_node; $path=substr($path,1); #echo "ABSOLUTE PATH GIVEN=$path
"; } else { $current_node = $this->current_node; } #echo "PATH GIVEN=$path
"; $tab_path = split("/",$path); foreach ($tab_path as $node_expr) { #echo "STUDYING EXPR='$node_expr'
"; $node = $current_node; $expr_tab = split("\?",$node_expr); $node_name = $expr_tab[0]; $attr_tab = 0; if (count($expr_tab)>1) { ##echo "TROUVE AU MOINS UNE CONDITION SUR LES ATTRIBUTS...
"; $attr_expr_tab=split(",",$expr_tab[1]); $attr_tab=array(); foreach($attr_expr_tab as $attr_expr) { $attr_split_expr=split("=",$attr_expr); $attr_tab[$attr_split_expr[0]]=$attr_split_expr[1]; } } $last=0; foreach ($node->children as $children) { #echo "COMPARING WITH '$children->name'
"; if ($children->name == $node_name) { ##echo "TROUVE NOEUD CORRESPONDANT $node_name
"; if (is_array($attr_tab)) { $node_attributes = $children->attributes; foreach ($attr_tab as $key=>$value) { if ($node_attributes[$key] == $value) { #echo "ATTRIBUTE & CHANGE CURRENT NODE TO ".$children->name."
"; $current_node = $children; $last = 1; } } } else { ##echo "CHILD=".$children->name."
"; #echo "CHANGE CURRENT NODE TO ".$children->name."
"; $current_node = $children; $last=1; } } if ($last) { break; } } if (!$last) { #echo "PATH ERROR $node_name
"; #die("MMmmmh It seems that this file is not a DIA XML format...sorry..."); return 0; } } return $current_node; } function browse_tree($path) { $node = $this->give_node($path); if (is_object($node)) { $this->current_node = $node; return 1; } return 0; } # this method dumps an html representation of the xml tree function xml_show($node = "",$level=0,$last=0) { if ($node=="") { $node=$this->root_node; } if (!is_object($node)) { die("ERROR : node is not an object"); } $line=""; for($i=1;$i<=$level;$i++) { if ((i==$level-1) and ($last)) { $line.="      "; } else { $line.="     |"; } if ($i==$level) { $line.="`-"; } } $line.=$node->name; #echo $line; $line.="".count($node->children).""; if (count($node->children)==1) { $line.=" (".$node->value.")
\n"; echo "$line"; } else { $line.="
\n"; echo "$line"; $i=1; foreach($node->children as $children) { if ($i==count($node->children)) { $this->xml_show($children,$level+1,1); } else { $this->xml_show($children,$level+1); } $i++; } } } #END_CLASS }

CORONER (ch) - R.I.P (1987)






Label : Noise International
Sortie du Scud : 1er juin 1987
Pays : Suisse
Genre : Quintessence de la finesse
Type : Album
Playtime : 13 Titres - 44 Mins





Il y a les gros vendeurs, les OS, les losers, et les groupes cultes. Du « Big 5 » US des années 80, seul METALLICA survole encore les débats, et non sans mal. MEGADETH trop dépendant de l’Ego et de la santé de son leader, SLAYER condamné à se répéter indéfiniment, ANTHRAX devenant une parodie qui ne fait plus rire grand monde, et EXODUS, solides, fidèles, toujours prompts à enflammer les foules (en témoigne leur passage atomique au HELLFEST 2010 de Clisson…je ne m’en suis toujours pas remis !).
Il y a ceux qu’on évoque en disant « Ah oui, quand même ! », d’autres déclenchent des « Oui, pas mal, mais bon, pas top non plus ! », et puis certains dont le nom à peine prononcé causent des « P***** oui, ça c’était bon !!! ».
CORONER fait partie de cette dernière catégorie. Car quel groupe issue de la mouvance Thrash Metal mérite autant le statut de groupe culte ?
Culte, certes. Maudit, c’est certain.
En réécoutant l’intégrale de leur œuvre, je me dis que parfois l’injustice à un visage humain. Celui des millions de fans qui auraient dû se jeter sur leurs albums mais qui ne l’ont pas fait.
Pourquoi ? Trop fin ? Trop technique ? Trop à part ? Pas assez satanique et bourrin ?
Mais l’histoire est friande de partialité inexplicable. Il est simplement aberrant que CORONER en fût la victime involontaire.
Les membres de CORONER étaient intelligents, très même. Et ils furent aussi à bonne école. En tant que roadies de CELTIC FROST, ils ont eu sous les yeux l’exemple même de tout ce qu’il ne fallait pas faire. Mais ils n’en tinrent pas rigueur à leur ancien employeur, puisque c’est Tom G WARRIOR himself qui vocalise sur leur première démo, très culte elle aussi, Death Cult.
Ils étaient surtout des instrumentalistes d’exception. Mais à la différence d’ATHEIST, ils ne tombaient jamais dans la démonstration gratuite. Les soli de Tommy tombaient toujours à pic, servaient le morceau et non pas l’inverse, Marquis assurait des changements de tempo précis, et Ron cimentait le tout d’une basse assurée et d’un chant d’outre tombe, très mesuré lui aussi.
Plus que des jumeaux d’ATHEIST ou WATCHTOWER, on pouvait dire sans risque de paraître stupide que les CORONER étaient les fils cachés de RUSH, version Thrash.
Amoureux d’un genre, ils ont réussi à le transcender sans en faire trop. A le renouveler. Lui donner des lettres de noblesse. Car jusqu’à présent, il était plutôt vu comme du bruit pratiqué par des crétins hirsutes à l’intention de débiles mal peignés aux oreilles à moitié plombées.
R.I.P n’est pas le meilleur album de CORONER. Je réserve plutôt cet adjectif à No More Color, ou Mental Vortex, qui avaient réussi à synthétiser le meilleur tout en se débarrassant des scories. Car du déchet, il y a en sur ce premier effort.
Si je décide de le mettre en avant, c’est tout simplement parce que c’est grâce à lui que j’ai suivi les trois suisses dans le moindre de leurs délires. Que j’ai senti que quelque chose de différent était possible.
Et contrairement aux us et coutumes de l’époque, il ne consiste pas en une cavalcade interminable, à base de rythmes ultra rapides, en une succession de brûlots ultra soniques juxtaposés pour affoler les fans de l’extrême.
R.I.P. est Heavy, très Heavy. Et c’est sans doute pour ça que la pilule a eu du mal à passer.
Il y a bien sur quelques accélérations, et certains titres sont même rapides de bout en bout, mais c’est si finement placé qu’on a presque du mal à s’en apercevoir.
L’utilisation d’intros, de transitions, et d’instrumentaux fut aussi gage de déception. Il est vrai que ce vinyle en est truffé. Mais de ceci découlant cela, je constate que cela ne fait que renforcer l’aura de mystère qui plane sur cet album en permanence.
Les vocaux de Ron Royce furent aussi sujets à controverse. Assez graves, sourds, on était très loin des grognements et autres hurlements inhérents au style. Et pourtant, ils furent responsables de tout l’attrait que suscitait ce groupe, à la même hauteur que le jeu de guitare de Tommy T Baron (mon Dieu les pseudos…).
Mais comme je l’ai dit, R.I.P. n’est pas exempt de défauts.
Les titres les plus rapides, restent les plus moyens. Relativement peu inspirés, ils restent dans une moyenne Speed Metal de haute volée néanmoins, mais n’apportent pas grand-chose à l’édifice. C’est d’ailleurs souvent les plans les plus rapides qui pêchent. Ron déclarera plus tard que « tout ces plans fun et joyeux l’emmerdaient profondément ! ». Il n’avait pas tort. Et le groupe n’aura de cesse de les gommer.
Mais heureusement, les morceaux médium (que cet adjectif semble péjoratif quand on parle de CORONER…) permettent à celui-ci de se hisser bien plus haut que la plupart des sorties de l’époque.
Le monstrueux titre d’ouverture en est un exemple parfait. Dès son intro parsemée de sextolets venimeux de Tommy, la barre est placée. « Reborn Through Hate » reste un modèle du genre, ce genre de titre que CORONER se plaira à renouveler très souvent.
Mais c’est « When Angels Die » qui reste selon moi le chef d’œuvre de R.I.P. Avec son riff d’ouverture bizarroïde, qui se répète, son solo majestueux, et sa construction à tiroir. Et le tout passe comme par enchantement, sans que l’on ait le sentiment que le groupe en rajoute. Fa-bu-leux !
Beaucoup ont affirmé que la première face était exempte d’approximations. Et c’est la vérité. Même l’instrumental « Nosferatu » ne parait pas surfait et dispensable. C’est une valse à mille temps étourdissante.
Seul le riff d’intro de « Suicide Command », un peu trop rieur gâche la fête. Mais c’est une erreur, si c’en est une, qui ne se reproduira plus.
Et reléguer la face B au rang de faire valoir serait d’une injustice crasse. Car elle ne constitue en rien une redite maladroite de la précédente. Et les morceaux forts y pullulent.
« R.I.P. » et sa délicate ouverture. « Coma » et sa tension maladive. « Fried Alive » et la franchise de son riff. Et pour finir, « Totentanz » et son intro décalquée sur la bourrée de Robert de Visée.
Mais le miracle de cet album, outre son irrespect envers l’immobilisme d’un style qu’il souhaitait dépoussiérer, c’est son unité résultant d’une grande diversité.
La formule peut paraître approximative, mais rien n’est plus précis. Une cohésion rare anime les sillons de R.I.P. qui est pourtant un des albums les moins linéaires de cette seconde moitié des années 80.
Et c’est peut être cet anticonformisme qui a empêché le groupe d’avoir tout le succès qu’il méritait.
Cette soif d’innovation, cette envie d’aller plus loin, d’affiner en permanence une musique à la base si rustre.
Il en reste un premier album inoubliable. Une carrière exemplaire.
Mais avouez les gars, intituler votre premier album « Repose en paix », vous l’avez un peu cherché quand même ?

(PS : Si vous êtes comme moi, vous serez tous au HELLFEST 2011. Pourquoi ? Ca serait con quand même de rater une reformation unique de CORONER non ?)



Ajouté :  Lundi 13 Septembre 2010
Chroniqueur :  Mortne2001
Score :
Hits: 10808
  
[ Réagissez sur le Forum ] [ Retour à l'index des CD Reviews ]

P
U
B
Cliquez SVP P
U
B
MI Facebook | MI YouTube | CD Reviews | DVD Reviews | Book Reviews | Interviews | Live Reports | Concours | Forums | Radio | Photos | M-I Tshirt | Contact | M-I Banner
Metal-Impact est inscrit à la Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL) sous le N° 818655. Conformément à la loi Informatique et Libertés en date du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de modification et de suppression des données qui vous concernent. Vous pouvez exercer ce droit en nous envoyant un courriel. Plus d'infos sur vos droits sur le site de la CNIL.
Page générée le 16/9/2019 à 10:28:00 en : 0,127 secondes
| © Metal-Impact (2001-2019) | Webmaster et Rédacteur en chef : Blasphy De Blasphèmar