METAL IMPACT
P
U
B
Cliquez SVP P
U
B
L ultime Webzine orienté Metal qui se renouvelle au quotidien

MI Facebook | MI YouTube | CD Reviews | DVD Reviews | Book Reviews | Interviews | Live Reports | Concours | Forums | Radio | Photos | M-I Tshirt | Contact | M-I Banner
Fermer/Ouvrir ce bloc Rechercher sur M-I


Avancee | Aidez-moi
Fermer/Ouvrir ce bloc M-I Membres
· Page d'accueil
· S'enregistrer
· Liste des Membres
· M-I Flux RSS
· M-I sur Facebook
· M-I sur YouTube
· M-I sur Twitter
· M-I sur Google+
· Top 15 des Rubriques
· M-I FAQ
· M-I Tshirt
· M-I Skin Firefox
Fermer/Ouvrir ce bloc Book Reviews Aléatoires
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc Interviews Aléatoires
· ALL THE SHELTER…
· XIANOSYS (FRA) …
· THE WINERY DOGS…
· CARNAL LUST (FR…
· STRATOVARIUS (f…
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc CD Reviews Aléatoires
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc Rejoins-nous sur Facebook
Fermer/Ouvrir ce bloc Live Reports Aléatoires
· DAGOBA (FRA)- L…
· BLACK RAINBOWS …
· SYSTEM OF A DOW…
· THE ARRS (FRA) …
· GAMMA RAY (de) …
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc DVD Reviews Aléatoires
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc Qui est en Ligne ?
Il y a actuellement 107 invités et 0 membres en ligne

Vous êtes un visiteur anonyme. Inscrivez-vous gratuitement en cliquant ici.

Fermer/Ouvrir ce bloc M-I Jeux

Deviens un pro de la batterie en cliquant ici ou (Entraîne toi sur la batterie de Danny Carey de TOOL)

P
U
B
Cliquez SVP P
U
B

MANTRIC (no) - The Descent (2009)








Label : Prosthetic Records / La Baleine
Sortie du Scud : 26 avril 2009
Pays : Norvège
Genre : Metal fourre-tout bizarre
Type : Album
Playtime : 12 Titres - 51 Mins





Ceux qui ont pour habitude d’arpenter ces pages sont peut-être déjà tombés sur la chronique de The Blueprint Dives du groupe norvégien EXTOL. Figurez-vous que MANTRIC n’est, ni plus ni moins, que la suite logique du groupe susnommé et qu’à l’écoute de The Descent, on ne comprend pas vraiment l’utilité d’avoir changé de nom. Car comme mon collègue Loki le décrivait si bien, ce Metal est réellement un « fourre-tout bizarre ». Et il n’a pas l’air d’avoir beaucoup changé. J’avais été prévenu en passant brièvement sur leur MySpace, mais j’avais oublié à quel point ce spécimen était curieux. La pochette inexpressive et le logo avec ce tourbillon hypnotique ont vite fait de me rappeler mon aversion toute mesurée pour le Metal progressif, comme il convient de l’appeler en termes plus professionnels.
Pourtant, il m’est arrivé maintes et maintes fois de me faire agréablement surprendre par des formations du style, auxquelles je n’avais pas compris grand-chose mais qui comblaient leur manque d’accessibilité intellectuelle par des mélodies assez rythmées pour me transporter loin d’ici. La balance s’équilibre et c’est sans apriori arbitraire que démarre « la descente ». Et c’est une longue descente qu’« Asylum 2013 ». Une descente dans les profondeurs de l’âme, dans les tourments de l’esprit. C’est tout proche de là où coule le sang que MANTRIC donne ses premiers coups de ciseaux. La guitare est totalement possédée. Pas seulement sur cette incipit extra-terrestre, mais partout où elle passe ! Si l’on allait chez le psychiatre pour écouter du Metal, MANTRIC figurerait surement parmi les artistes reconnus comme étant « efficaces » par la profession. Plus rentable que les bâtonnets d’encens relaxants du Yémen ou que la méthode Vittoz, le Metal ésotérique des norvégiens vous fera cracher vos vices les plus intimes comme un bambin aux poches remplies de Carambars coincé dans un confessionnal avec le père Irénée. Alors cessons le débat démagogue pour en venir aux faits : c’est extrêmement alambiqué comme musique, mais surtout très enquiquinant. Mon cœur n’a pas reçu l’oracle divin de frémir aux expérimentations kubrickiennes des scandinaves. C’est ainsi et je le regrette. Je n’ai pas ressenti d’émotions pures à l’écoute des « Symptoms », des « Alihorn », des « Dark Passenger ». Les riffs sont pauvres en logique mais riches en n’importe-quoi. Le chant s’avère impropre, un coup que j’te braille, un coup que j’te mets du clair pour te mettre la larme à l’œil. Ça n’a pas pris. C’est trop calme, trop barré, trop « nawak » pour moi. Hormis ces détails, nous sommes d’accords sur une chose, Tue Madsen mérite tous les compliments qu’il reçoit pour son job de producteur à travers le monde. Je vous mets au défi de trouver un son clairement plus propre.
Je le pensais, je le savais, The Descent ne m’a pas convaincu. Mais je lui ai laissé sa chance, c’est mon travail. Je l’ai laissé me surprendre, m’envouter, m’emmener dans son monde. Il n’aura réussi qu’à m’effleurer. Brièvement. Le temps de « Spear Of Heaven » qui ne méritait pas d’avoir des petits frères aussi brouillons. D’autres sont certainement mieux placés que moi pour apprécier le délire de MANTRIC et je leur laisse volontiers ce plaisir. Très peu pour moi. Je m’en vais me repasser le film du même nom qui, lui, remue vraiment les tripes.



Ajouté :  Mercredi 21 Juillet 2010
Chroniqueur :  Stef.
Score :
Lien en relation:  Mantric Website
Hits: 5686
  
[ Réagissez sur le Forum ] [ Retour à l'index des CD Reviews ]

P
U
B
Cliquez SVP P
U
B
MI Facebook | MI YouTube | CD Reviews | DVD Reviews | Book Reviews | Interviews | Live Reports | Concours | Forums | Radio | Photos | M-I Tshirt | Contact | M-I Banner
Metal-Impact est inscrit à la Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL) sous le N° 818655. Conformément à la loi Informatique et Libertés en date du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de modification et de suppression des données qui vous concernent. Vous pouvez exercer ce droit en nous envoyant un courriel. Plus d'infos sur vos droits sur le site de la CNIL.
Page générée le 15/12/2017 à 05:40:26 en : 0,1295 secondes
| © Metal-Impact (2001-2016) | Webmaster et Rédacteur en chef : Blasphy De Blasphèmar