METAL IMPACT
P
U
B
Cliquez SVP P
U
B
L ultime Webzine orienté Metal qui se renouvelle au quotidien

MI Facebook | MI YouTube | CD Reviews | DVD Reviews | Book Reviews | Interviews | Live Reports | Concours | Forums | Radio | Photos | M-I Tshirt | Contact | M-I Banner
Fermer/Ouvrir ce bloc Rechercher sur M-I


Avancee | Aidez-moi
Fermer/Ouvrir ce bloc M-I Membres
· Page d'accueil
· S'enregistrer
· Liste des Membres
· M-I Flux RSS
· M-I sur Facebook
· M-I sur YouTube
· M-I sur Twitter
· Top 15 des Rubriques
· M-I FAQ
· M-I Tshirt
Fermer/Ouvrir ce bloc Book Reviews Aléatoires
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc Interviews Aléatoires
· PAUL GILBERT (u…
· CRACK OV DAWN (…
· MOONLORD (FRA) …
· EPICA (nl) - Ma…
· FM (uk) - Jim K…
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc CD Reviews Aléatoires
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc Rejoins-nous sur Facebook
Fermer/Ouvrir ce bloc Live Reports Aléatoires
· HELLFEST OPEN A…
· STRATOVARIUS (f…
· DANKO JONES (ca…
· GOJIRA (FRA) - …
· SEBASTIAN BACH …
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc DVD Reviews Aléatoires
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc Qui est en Ligne ?
Il y a actuellement 50 invités et 0 membres en ligne

Vous êtes un visiteur anonyme. Inscrivez-vous gratuitement en cliquant ici.

Fermer/Ouvrir ce bloc M-I Jeux

Deviens un pro de la batterie en cliquant ici ou (Entraîne toi sur la batterie de Danny Carey de TOOL)

P
U
B
Cliquez SVP P
U
B

# # XML_node.objet # # This object is an XML node representation # # /- name (string) # xml_node --- attributes (array) # \- children (array) or value (string) class xml_node { var $name; var $attributes = array(); var $children = array(); var $value = ""; function xml_node($name,$attributes,$children=array(),$value="") { $this->name = $name; if (is_array($attributes)) { $this->attributes = $attributes; } $this->children = $children; $this->value = $value; } } # # xml_tree class # # This object parses an XML stream and offers a tree composed by xml_nodes # class xml_tree { var $xml_stream; var $current_node; var $root_node; var $index; var $value; function xml_tree() { $this->root_node = new xml_node("__ROOT_NODE",array()); $this->current_node = $this->root_node; } function add_tree($xml_stream) { # Managing the parser $this->xml_stream = $xml_stream; $xml_parser = xml_parser_create(); xml_parser_set_option($xml_parser,XML_OPTION_CASE_FOLDING,0); xml_parser_set_option($xml_parser,XML_OPTION_SKIP_WHITE,1); if (!xml_parse_into_struct($xml_parser,$this->xml_stream,$this->value,$this->index)) { xml_parser_free($xml_parser); die("XML Parse error"); } xml_parser_free($xml_parser); # Now, $this->value and $this->index are informed, we can use the get_node methode. $tab_result = $this->get_node(0,count($this->value) - 1); $this->root_node->children[] = $tab_result[0]; $this->current_node = $this->root_node; } function get_node($index_start,$index_stop) { #echo "


\n"; #echo "GET-NODE($index_start,$index_stop)
\n"; # What we are going to return is an array of xml_nodes $return_tab = array(); # depth is only here to check if everything is all right $tab_node = $this->value[$index_start]; $depth = $tab_node["level"]-1; # Now we have to be sure we do not forget a single node for ($index = $index_start;$index <= $index_stop;$index++) { #echo "\$index = $index
"; # get the current node $tab_node = $this->value[$index]; # what type of node is it ? switch($tab_node["type"]) { case "complete" : # Depth integrity check if ($tab_node["level"] != $depth+1) { die("ERREUR # contrainte d'intégrité au noeud complet $index, niveau $depth + 1 au lieu de ".$tab_node["level"]); } #echo "Noeud complet trouvé position $index TAG ".$tab_node["tag"]."
\n"; # Easy one, no children to manage, only a value... $return_tab[] = new xml_node($tab_node["tag"],$tab_node["attributes"],"",$tab_node["value"]); break; case "open" : # Depth integrity check if ($tab_node["level"] != $depth +1 ) { die("ERREUR # contrainte d'intégrité au noeud ouvert $index, niveau $depth au lieu de ".$tab_node["level"]); } # Open tag, we re-use this methode to return its children # Where is the correspondong close tag ? $node_index = $this->index[$tab_node["tag"]]; $flipped_node_index = array_flip($node_index); #echo "This ".$tab_node["tag"]." is at coords ".$flipped_node_index[$index]."
"; $i=1; do { $next_index = $node_index[$flipped_node_index[$index] + $i++]; $next_tag=$this->value[$next_index]; } while ($next_tag["level"]!=$tab_node["level"]); #echo "Ouverture de noeud détectée pos $index TAG ".$tab_node["tag"]."
\n   Parcours jusqu au $next_index
\n"; # good, we can now instanciate our node $return_tab[] = new xml_node($tab_node["tag"],$tab_node["attributes"],$this->get_node($index+1,$next_index),""); # As we called the get_node methode, we are sure that nodes have been parsed to the corresponding close tag $index = $next_index; break; case "close" : # Depth integrity check if ($tab_node["level"] != $depth ){ die("ERREUR # contrainte d'intégrité au noeud fermé $index, niveau $depth au lieu de ".$tab_node["level"]); } #echo "Fermeture de noeud detectée pos $index TAG ".$tab_node["tag"]."

\n"; # This ugly thing is useless because reaching a close tag means that $index==$index_stop but who knows ? =) # it will be skipped soon $index = $index_stop; break; default: die("Erreur de type de TAG non déterminé :'".$tab_node["type"]."'"); } } # We are out ... returns the array with collected children... return ($return_tab); } # this function browse the xml tree and set the current node to the selected node function give_node($path) { if ($path[0]=="/") { $current_node=$this->root_node; $path=substr($path,1); #echo "ABSOLUTE PATH GIVEN=$path
"; } else { $current_node = $this->current_node; } #echo "PATH GIVEN=$path
"; $tab_path = split("/",$path); foreach ($tab_path as $node_expr) { #echo "STUDYING EXPR='$node_expr'
"; $node = $current_node; $expr_tab = split("\?",$node_expr); $node_name = $expr_tab[0]; $attr_tab = 0; if (count($expr_tab)>1) { ##echo "TROUVE AU MOINS UNE CONDITION SUR LES ATTRIBUTS...
"; $attr_expr_tab=split(",",$expr_tab[1]); $attr_tab=array(); foreach($attr_expr_tab as $attr_expr) { $attr_split_expr=split("=",$attr_expr); $attr_tab[$attr_split_expr[0]]=$attr_split_expr[1]; } } $last=0; foreach ($node->children as $children) { #echo "COMPARING WITH '$children->name'
"; if ($children->name == $node_name) { ##echo "TROUVE NOEUD CORRESPONDANT $node_name
"; if (is_array($attr_tab)) { $node_attributes = $children->attributes; foreach ($attr_tab as $key=>$value) { if ($node_attributes[$key] == $value) { #echo "ATTRIBUTE & CHANGE CURRENT NODE TO ".$children->name."
"; $current_node = $children; $last = 1; } } } else { ##echo "CHILD=".$children->name."
"; #echo "CHANGE CURRENT NODE TO ".$children->name."
"; $current_node = $children; $last=1; } } if ($last) { break; } } if (!$last) { #echo "PATH ERROR $node_name
"; #die("MMmmmh It seems that this file is not a DIA XML format...sorry..."); return 0; } } return $current_node; } function browse_tree($path) { $node = $this->give_node($path); if (is_object($node)) { $this->current_node = $node; return 1; } return 0; } # this method dumps an html representation of the xml tree function xml_show($node = "",$level=0,$last=0) { if ($node=="") { $node=$this->root_node; } if (!is_object($node)) { die("ERROR : node is not an object"); } $line=""; for($i=1;$i<=$level;$i++) { if ((i==$level-1) and ($last)) { $line.="      "; } else { $line.="     |"; } if ($i==$level) { $line.="`-"; } } $line.=$node->name; #echo $line; $line.="".count($node->children).""; if (count($node->children)==1) { $line.=" (".$node->value.")
\n"; echo "$line"; } else { $line.="
\n"; echo "$line"; $i=1; foreach($node->children as $children) { if ($i==count($node->children)) { $this->xml_show($children,$level+1,1); } else { $this->xml_show($children,$level+1); } $i++; } } } #END_CLASS }

WORMFOOD (FRA) - Wormfood (2003)






Label : Auto-Production
Sortie du Scud : 29 février 2003
Pays : France
Genre : Dark Metal Progressif
Type : Album
Playtime : 10 Titres - 33 Mins





Suite à sa première démo, en 2001, WORMFOOD complète finalement son line-up avec Alexis Damien, à la batterie, qui rejoint donc El Worm (chant et guitare) et Romain Yacono (basse). Une collaboration qui mène alors le groupe à la réalisation de son premier album, éponyme, dans un style très personnel et déroutant.
De prime abord, en voyant l’intérieur du boîtier CD (les trois membres torses nus allongés les uns sur les autres), on sentait d’office que l’on n’avait pas à faire à un produit conventionnel. Une photo d’ailleurs bien éloignée des textes noirs traitant de la déchéance de la condition humaine, ainsi que de la société, en passant par des sujets tels que le mépris et les railleries adressés aux personnes différentes, les génocides ou les générations futures sans avenir ; le tout tourné en dérision grâce à l’emploi de métaphores glauques.
Pour relater au mieux ces écrits, WORMFOOD se tourne donc vers un Metal sombre et malsain, non pas concentré sur un étalage de violence brute, mais plutôt en tentant de développer une atmosphère particulière qui, peu à peu, est censée instaurer un certain malaise chez l’auditeur. L’introduction « Carpathian Carousel » s’inspire donc du départ d’un train fantôme, rassemblant divers bruitages (pleurs, croassements, rires sadiques à la manière du Joker…) sur fond d’une mélodie de cirque inquiétante, pour finalement dévaler les rails et se perdre dans l’obscurité. Ainsi, tout au long de l’album, les compositions s’ornent de multiples ajouts sonores visant à rendre l’atmosphère plus angoissante, comme les gargouillis et la tronçonneuse sur le break de « Schlachthaus », ou bien l’interlude macabre qu’est « Grandpa’s Remission », exposant le bruit d’un respirateur artificiel et l’agonie du patient, soutenus d’un léger chant chrétien. On se croirait presque dans l’univers morbide et déjanté de la Famille Addams. De nombreux samples et breaks atmosphériques oppressants sont également présents, densifiant davantage les compositions lugubres. Parfois, l’ambiance prend aussi des tournures gothiques de par des orchestrations funèbres, proches des orgues d’église, des chœurs, assurés par Alexis, et même quelques voix féminines sinistres (« Licking The Bones »).
Parmi les éléments diversifiés, on peut également citer le chant. Il faut savoir que les paroles, hormis la dominance de l’anglais, sont parfois écrites en français, en allemand, ou même en latin, ce qui appuie l’aspect dérangeant de la musique des Normands. El Worm alterne entre un chant clair calme, des growls gutturaux, une narration en voix grave et funeste (« The Dead Bury The Dead ») et des hurlements torturés souvent placés en fin de plusieurs morceaux, qui donnent malheureusement une impression de répétitivité (« Human Circus », « Abortion Exit », « Hunger Anger »).
Un sentiment qui est renforcé par la production médiocre dont a bénéficié l’album. Celle-ci étouffe l’instrumentation et, bien que cela puisse servir l’esprit général de l’opus en lui octroyant une aura sépulcrale, les passages agressifs, pourtant bien maîtrisés, en souffrent nettement. Une meilleure qualité dans le son et le mixage aurait donc été appréciable et assurément accru l’impact de ces parties offensives. Du coup, malgré les nombreuses variations de rythme, dues aux breaks et aux accélérations lorsque WORMFOOD libère davantage de violence, les compositions, généralement mid-tempo, ont par conséquent du mal, hors des bruitages rajoutés, à capter l’intérêt tout du long, si ce n’est pas du tout (« Schlachthaus »). Effectivement, la batterie fait preuve de dynamisme et la grosse caisse est galopante (« Hunger Anger »), mais son manque de relief lui fait cruellement défaut et ne nous permet pas d’apprécier pleinement son jeu. Tout comme la guitare, clairement sous mixée, au détriment de la basse, alors qu’elle quelques bons riffs (« Licking The Bones »).
Toutefois, certains morceaux parviennent à se dégager, en bien ou en mal. Le plus mémorable est, sans doute, « The Night Of The Elderly », reprenant, en guise d’introduction, le morceau culte d’Edvard Grieg, « In The Hall Of The Mountain King », et l’arrangeant en une version plus accélérée et agressive. De plus, le tempo est énergique et les orchestrations sont bienvenues. A contrario, l’outro instrumentale « Acouphene » est des plus désagréables, commençant par des grésillements et terminant en un long son suraigu.
Ce premier album de WORMFOOD pèche donc, avant tout, par la qualité moyenne de sa production ; ce qui est un point décisif pour pouvoir apprécier, au mieux, la musique d’un groupe. En outre, bien qu’ils parviennent à développer une atmosphère intéressante, et plutôt réussie, l’instrumentation souffre davantage de monotonie et d’originalité et empêche les Français de vraiment marquer les esprits.



Ajouté :  Mercredi 28 Avril 2010
Chroniqueur :  CyberIF.
Score :
Lien en relation:  Wormfood Website
Hits: 6816
  
[ Réagissez sur le Forum ] [ Retour à l'index des CD Reviews ]

P
U
B
Cliquez SVP P
U
B
MI Facebook | MI YouTube | CD Reviews | DVD Reviews | Book Reviews | Interviews | Live Reports | Concours | Forums | Radio | Photos | M-I Tshirt | Contact | M-I Banner
Metal-Impact est inscrit à la Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL) sous le N° 818655. Conformément à la loi Informatique et Libertés en date du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de modification et de suppression des données qui vous concernent. Vous pouvez exercer ce droit en nous envoyant un courriel. Plus d'infos sur vos droits sur le site de la CNIL.
Page générée le 16/10/2019 à 18:55:25 en : 0,113 secondes
| © Metal-Impact (2001-2019) | Webmaster et Rédacteur en chef : Blasphy De Blasphèmar