METAL IMPACT
P
U
B
Cliquez SVP P
U
B
L ultime Webzine orienté Metal qui se renouvelle au quotidien

MI Facebook | MI YouTube | CD Reviews | DVD Reviews | Book Reviews | Interviews | Live Reports | Concours | Forums | Radio | Photos | M-I Tshirt | Contact | M-I Banner
Fermer/Ouvrir ce bloc Rechercher sur M-I


Avancee | Aidez-moi
Fermer/Ouvrir ce bloc M-I Membres
· Page d'accueil
· S'enregistrer
· Liste des Membres
· M-I Flux RSS
· M-I sur Facebook
· M-I sur YouTube
· M-I sur Twitter
· M-I sur Google+
· Top 15 des Rubriques
· M-I FAQ
· M-I Tshirt
· M-I Skin Firefox
Fermer/Ouvrir ce bloc Book Reviews Aléatoires
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc Interviews Aléatoires
· RED MOURNING (F…
· NAPALM DEATH (u…
· ANOREXIA NERVOS…
· THE OLD DEAD TR…
· LITHAM (dz) - R…
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc CD Reviews Aléatoires
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc Rejoins-nous sur Facebook
Fermer/Ouvrir ce bloc Live Reports Aléatoires
· MANIGANCE (FRA)…
· HELLFEST OPEN A…
· APOCRYPHE (FRA)…
· SICK OF IT ALL …
· NINE INCH NAILS…
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc DVD Reviews Aléatoires
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc Qui est en Ligne ?
Il y a actuellement 110 invités et 0 membres en ligne

Vous êtes un visiteur anonyme. Inscrivez-vous gratuitement en cliquant ici.

Fermer/Ouvrir ce bloc M-I Jeux

Deviens un pro de la batterie en cliquant ici ou (Entraîne toi sur la batterie de Danny Carey de TOOL)

P
U
B
Cliquez SVP P
U
B

THE MODERN AGE SLAVERY (it) - Damned To Blindness (2008)






Label : Napalm Records / Season of Mist
Sortie du Scud : 1er décembre 2008
Pays : Italie
Genre : Deathcore
Type : Album
Playtime : 12 Titres - 40 Mins





Chouette, encore des poètes ! Visionnaire le p’tit Stef ? Presque autant que ce pauvre type de la pochette, crochets dans la chair, orbites désertes donc yeux bandés, ingurgitant on ne sait quelle substance extra-terrestre. Qu’a-t-il fait pour en arriver à ce point ? Peut-être était-ce un fin amateur de Prokofief, Orff, Khatchaturian et autre Vivaldi. Ou peut-être que c’est ça, « l’âge moderne de l’esclavage ». Qu’importe puisqu’ici, THE MODERN AGE SLAVERY, c’est une troupe de cinq petits ritals pratiquant un Deathcore sans vergogne et respectant au pied de la lettre la loi du Talion. Résurrection récente des défunts BROWBEAT, ils tirent avec Damned To Blindness une première décharge de chevrotine dans nos encéphales atrophiés. Hémorragie cérébrale.
Il était prévisible que le quintette n’invente pas l’eau chaude avec ce disque. Les structures sont d’une simplicité presque aussi extrême que la musique. Et pourtant, elle n’a rien de très conventionnelle. Je ne sais pas si c’est leur nationalité (sur laquelle mon regard à totalement changé depuis un évènement personnel encore plus récent que l’encensement du dernier RAINTIME) qui me fais cet effet mais dès les premières secondes de l’intense « Red Lines Of Obsession », je me dis que les transalpins vont réussir quelque chose de grand et que je vais prendre sévèrement mon pied. Ca commence d’ailleurs à devenir une habitude avec les italiens, et surtout avec les italiennes. Mais passons ce détail pour disséquer la piste éponyme de l’album. Eh bien que voulez-vous, j’ai l’honneur de vous annoncer qu’elle a intégré le cercle ultra-fermé des compositions qui transitent dans mes oreilles via ce merveilleux petit bijou de technologie créé par la multinationale à la pomme (pas de marques). Les breaks sont marqués, juste comme je les aime et suffisamment pour déclencher un bon headbang. Je n’ose même pas m’imaginer pareille folie en live. Tous les éléments sont rodés, à commencer par les guitares, qui sonnent de manière apocalyptique et le jeu de batterie, sobre mais efficace. Le martèlement des cymbales est, à ce propos, à l’origine de bon nombre de violents mouvements de tête. Vocalement parlant, l’expérience proposée est également intéressante puisque les rugissements de Gio peuvent même devenir audibles à condition d’une ouïe fine. C’est toujours agréable d’avoir affaire à un chant moins linéaire et moins porcin qu’a l’accoutumée. Ne vous attendez cependant pas à une grosse surprise, ça reste très gras et profond. Aucun répit, à part peut-être ces satanées voice-overs. Mais je m’en serais bien passé. Difficile de dire pour autant qu’on s’ennuie. Si les corps des compositions sont charpentés, chacune possède sa propre personnalité et jouit d’une mélodicité bien marquée par les variations dans le jeu de cordes. THE MODERN AGE SLAVERY se permet même le luxe d’achever le massacre (au bon sens du terme) avec une cover des mythiques ENTOMBED, « Wolverine Blues ». Une reprise de bon ton, sans grande originalité mais à la sauce Deathcore, ce qui induit une approche plus brutale et une facette plus inédite du morceau. A la mi-chemin entre le dispensable et l’indispensable.
Très bonne surprise qu’est ce Damned To Blindness. Un opus construit et malsain au possible qui ravira n’importe quel amateur de bonne chair. La conclusion ici tirée est plus qu’ambigu, car THE MODERN AGE SLAVERY signe une si bonne rondelle qu’elle nous amène à nous interroger sur un fondement de la liberté. Moi j’affirme ; si l’esclavage moderne est aussi salvateur, qu’on rétablisse la colonisation ! Quand je vous disais que c’étaient des poètes…



Ajouté :  Mercredi 12 Novembre 2008
Chroniqueur :  Stef.
Score :
Lien en relation:  The Modern Age Slavery Website
Hits: 6043
  
[ Réagissez sur le Forum ] [ Retour à l'index des CD Reviews ]

P
U
B
Cliquez SVP P
U
B
MI Facebook | MI YouTube | CD Reviews | DVD Reviews | Book Reviews | Interviews | Live Reports | Concours | Forums | Radio | Photos | M-I Tshirt | Contact | M-I Banner
Metal-Impact est inscrit à la Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL) sous le N° 818655. Conformément à la loi Informatique et Libertés en date du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de modification et de suppression des données qui vous concernent. Vous pouvez exercer ce droit en nous envoyant un courriel. Plus d'infos sur vos droits sur le site de la CNIL.
Page générée le 26/2/2018 à 04:08:20 en : 0,1115 secondes
| © Metal-Impact (2001-2016) | Webmaster et Rédacteur en chef : Blasphy De Blasphèmar