METAL IMPACT
P
U
B
Cliquez SVP P
U
B
L ultime Webzine orienté Metal qui se renouvelle au quotidien

MI Facebook | MI YouTube | CD Reviews | DVD Reviews | Book Reviews | Interviews | Live Reports | Concours | Forums | Radio | Photos | M-I Tshirt | Contact | M-I Banner
Fermer/Ouvrir ce bloc Rechercher sur M-I


Avancee | Aidez-moi
Fermer/Ouvrir ce bloc M-I Membres
· Page d'accueil
· S'enregistrer
· Liste des Membres
· M-I Flux RSS
· M-I sur Facebook
· M-I sur YouTube
· M-I sur Twitter
· Top 15 des Rubriques
· M-I FAQ
· M-I Tshirt
Fermer/Ouvrir ce bloc Book Reviews Aléatoires
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc Interviews Aléatoires
· MARILLION (uk) …
· DISTRESS (FRA) …
· STRATOVARIUS (f…
· DELAIN (nl) - C…
· INCRY (FRA) - K…
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc CD Reviews Aléatoires
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc Rejoins-nous sur Facebook
Fermer/Ouvrir ce bloc Live Reports Aléatoires
· SONISPHERE - Co…
· HELLOWEEN (de) …
· SHAKA PONK (FRA…
· VULCAIN (FRA) -…
· MISERY INDEX (u…
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc DVD Reviews Aléatoires
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc Qui est en Ligne ?
Il y a actuellement 77 invités et 0 membres en ligne

Vous êtes un visiteur anonyme. Inscrivez-vous gratuitement en cliquant ici.

Fermer/Ouvrir ce bloc M-I Jeux

Deviens un pro de la batterie en cliquant ici ou (Entraîne toi sur la batterie de Danny Carey de TOOL)

P
U
B
Cliquez SVP P
U
B

GOJIRA (FRA) - Le Transbordeur à Villeurbanne (07/04/13)

Groupes Présents au concert : KRUGER (ch), HYPNO5E (FRA), GOJIRA (FRA)
Date du Concert : dimanche 7 avril 2013
Lieu du Concert : Le Transbordeur (Villeurbanne, France)

Un Lyonnais qui n'est jamais allé voir de concert dans cette fameuse salle qu'est le Transbordeur, c'est ce que j'étais jusqu'à ce 7 avril 2013. Comment vous décrire l'excitation et l'impatience avec laquelle nous attendions ce concert ? Car ça faisait bien quatre ans, depuis la tournée pour « The Way Of All Flesh », que nous attendions le retour de notre fierté nationale qu'est GOJIRA à Lyon. En tournée Française pour défendre son dernier rejeton, l'excellent L'Enfant Sauvage, c'est en compagnie d'un autre groupe Français et d'un Suisse, HYPNO5E et KRUGER, que nos chouchous de Bayonne sont passés nous balancer leur Metal hybride, inclassable et destructeur.

KRUGER. « Ouais, il paraît que c'est pas mauvais » « Un pote les a déjà vus, et m'a dit que c'était vraiment bon »… Me voilà rassuré : il suffit de jeter une oreille aux discussions autour de moi pendant que le Transbordeur se remplit petit à petit pour comprendre que je suis loin d'être le seul à ne pas connaître ce combo Suisse. D'une sobriété apparente, ce sont cinq musiciens complètement en transe qui entament les hostilités. Et c'est au bout des 30 secondes du premier morceau que le drame apparaît évident : le son est super mauvais! Encore, l'instrumentation, ça peut encore aller, mais si on rajoute par-dessus les cris stridents et à la longue horripilants du chanteur, le résultat devient vite barbant. La chimère post-hardcore/atmosphérique jouée par le groupe est cependant loin d'être inintéressante. En contrepartie, on aura droit à un jeu scénique assez amusant, surtout de la part du chanteur, qui a vraiment l'air surpris de voir autant de monde. Ce dernier n'hésite pas à se mettre à genoux ou accroupis (argh, il est possédé !) pour headbanger durant les passages instrumentaux, ou encore à parcourir la scène de long en large avec une dégaine rappelant presque ALICE COOPER. Bref, la foule de curieux présente ce soir aura l'air globalement satisfaite de ce petit concert d'une demi-heure gâchée par un son très brouillon. Efficace, mais loin d'être transcendant. (6/10)

Changement d'atmosphère radical lorsque HYPNO5E investit la scène du Transbordeur. Encore un groupe que je n'avais pas pris le temps d'écouter malgré les conseils de mes collègues. Et je dois avouer que j'ai franchement apprécié ce concert de 40 grosses minutes. Evoluant dans un registre Progressif, les Français sont accueillis sous les hourras et les applaudissements d'une salle maintenant pleine à craquer. Tout le monde attendait GOJIRA, certes, mais le fait est que ce set planant, alternant entre la mélancolie et la violence extrême flirtant presque avec le Death est franchement très bon : son parfait, musiciens carrés… Les morceaux du groupe ne dépassent pas les 8 minutes, du coup, on aura droit à 4 titres joués par des gars à fond dans leur truc. En regrettera pour le coup un manque d'interaction avec le public. Quelques pogos et moshpits sur la fin du dernier titre, un au revoir et c'est tout. Bref, pas totalement convaincant sur scène mais suffisamment pour me donner l'envie de les découvrir sur album… (7/10)

C'est bien sûr eux que tout le monde attendait. GOJIRA. Le temps de changer le matos sur scène, que les techniciens fassent les derniers soundcheck, que l'on découvre le magnifique décor de scène aux couleurs de L'Enfant Sauvage, et que le public se mette à hurler le nom du groupe à pleins poumons lorsque les lumières s'éteignent. Ca y'est, ils sont là, tous. Joseph, Mario, Jean Michel et Christian. L'étincelle ne tardera pas à se transformer en incendie. Vous voulez une preuve ? A peine sont-ils sur scène que le groupe nous balance le monstrueux « Explosia » en pleine poire. Et rien que sur ce premier morceau, ça mosh et slam avec sueur. La température ambiante du Transbo explose tandis que les murs résonnent de ce son impeccable et clair. Sans prendre la peine de dire bonjour ni de saluer le public Lyonnais, les cinq passent la cinquième directement en enchainant sur le tube « Flying Whales ». Deux mecs surexcités (on l'était tous !) trouveront amusants de porter ma copine pour la faire slammer. Pas la peine d'essayer de retrouver qui que ce soit dans ce bordel général. Peu importe, je ne veux qu'une chose : hurler ces paroles que je connais par cœur à m'en faire saigner les cordes vocales.
Je me rappelle avoir mis un petit peu de temps à réaliser de ce qui se déroulait à une petite dizaine de mètres devant moi. Ce n'est que lorsque que Joe (Chant/guitare) a annoncé avec une simplicité modeste « Bonsoir Lyon, on s'appelle GOJIRA ! » juste avant de balancer le riff de « Backbone » que j'ai pris conscience que j'avais devant moi un groupe qui est non seulement un groupe qui m'a marqué à jamais, mais qu'en plus, le groupe en question a l'air autant (si ce n'est plus) ravi que son public d'être là. Jean-Michel (Basse) headbangue à s'en décrocher la nuque, Christian, malgré sa discrétion assure ses parties de guitare avec une technicité qui force le respect. Et enfin, Duplantier Junior, Mario (batterie) martèle ses fûts avec la subtilité et la précision qu'on lui connait. Son solo ne fera que confirmer ce qu'on pensait par rapport au fait qu'il est très certainement un des meilleurs batteurs de l'hexagone.
Promo oblige, 5 titres de L'Enfant Sauvage sont glissés dans la setlist. Le morceau titre en particulier, a été à mes yeux le plus beau moment du concert : ses couplets tendus, son riff ravageur, son chant si particulier et puissant… Beau à en pleurer. Curieusement, on trouve parmi ces 5 morceaux « The Axe » et « Liquid Fire », deux titres plutôt bons, mais qui auraient pu être remplacés par d'autres morceaux de l'album qui objectivement, sont bien meilleurs, et plus taillés pour la scène, comme « Pain Is A Master ». On sera d'ailleurs un peu déçus de voir le groupe faire l'impasse sur des tueries telles que « Toxic Garbage Island », « The Art Of Dying » ou « Love ». La seule faiblesse du concert se trouve donc dans cette petite faute de liste.
GOJIRA a axé cette tournée sur l'intégralité de sa discographie. Tous les albums sont représentés par au moins un titre, sauf leur premier album, Terra Incognita, qui date quand même de… 2001 ! Qu'est ce que ça passe vite… Délaissé depuis pas mal de temps, The Link est représenté par les titres « Wisdom Comes » et « Remembrance ». Joe dédicacera d'ailleurs « Remembrance » à la scène Metal Lyonnaise (« Du Death Metal, du Hardcore, du Rock, du Jazz… Peu importe ! »), ce qui ne manquera de susciter de nombreux remerciements et applaudissements d'un public manifestement touché.
Tradition oblige depuis 4 ans, le concert se termine sur le tonitruant « Vacuity », dont le refrain est repris d'une seule voix par le public. Le groupe s'en va sans demander son reste, mais ne tardera pas à se faire rappeler par 1800 personnes qui apparemment, en veulent encore. Faire durer le plaisir, le temps d'un seul morceau en plus, au moins. Joe revient sur scène sous des lumières d'un rouge très sombre, et pendant qu'on le voit faire pleurer sa guitare devant le mur d'amplis, le reste du groupe le rejoint. La tension monte, comme un ballon que l'on remplierait d'air et qui éclatera indiscutablement un moment ou un autre…Le fameux tapping de « The Gift Of Guilt » se fait entendre. LE morceau de leur dernier album, c'est évident. Un véritable hymne, taillé dans le même Metal que « Vacuity ».
Après avoir fini ce concert en apogée, les 4 membres du groupe resteront un long moment sur scène, le sourire jusqu'aux oreilles, pour remercier, prendre leur bain de foule, jeter bouteilles d'eau, médiators, baguettes… GOJIRA a su grandir, évoluer avec lui-même et avec (ou plutôt sans) les courants de modes. Le résultat un groupe magnifique musicalement, et incroyable humainement. Et ce n'est pas le succès planétaire que connaît le groupe qui me fera changer d'avis.
Merci GOJIRA. Merci d'être ce que vous êtes, et de représenter ce que vous représentez. (9/10)


Ajouté :  Mardi 30 Avril 2013
Live Reporteur :  Hizia
Score :
Lien en relation:  Gojira website
Hits: 11353
  
[ Réagissez sur le Forum ] [ Retour à l'index des Live Reports ]

P
U
B
Cliquez SVP P
U
B
MI Facebook | MI YouTube | CD Reviews | DVD Reviews | Book Reviews | Interviews | Live Reports | Concours | Forums | Radio | Photos | M-I Tshirt | Contact | M-I Banner
Metal-Impact est inscrit à la Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL) sous le N° 818655. Conformément à la loi Informatique et Libertés en date du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de modification et de suppression des données qui vous concernent. Vous pouvez exercer ce droit en nous envoyant un courriel. Plus d'infos sur vos droits sur le site de la CNIL.
Page générée le 23/8/2019 à 02:24:46 en : 0,0502 secondes
| © Metal-Impact (2001-2019) | Webmaster et Rédacteur en chef : Blasphy De Blasphèmar