METAL IMPACT
P
U
B
Cliquez SVP P
U
B
L ultime Webzine orienté Metal qui se renouvelle au quotidien

MI Facebook | MI YouTube | CD Reviews | DVD Reviews | Book Reviews | Interviews | Live Reports | Concours | Forums | Radio | Photos | M-I Tshirt | Contact | M-I Banner
Fermer/Ouvrir ce bloc Rechercher sur M-I


Avancee | Aidez-moi
Fermer/Ouvrir ce bloc M-I Membres
· Page d'accueil
· S'enregistrer
· Liste des Membres
· M-I Flux RSS
· M-I sur Facebook
· M-I sur YouTube
· M-I sur Twitter
· M-I sur Google+
· Top 15 des Rubriques
· M-I FAQ
· M-I Tshirt
· M-I Skin Firefox
Fermer/Ouvrir ce bloc Book Reviews Aléatoires
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc Interviews Aléatoires
· TANKRUST (FRA) …
· FAITHFUL DARKNE…
· TARJA (fi) - Ta…
· DO OR DIE (be) …
· SEYMINHOL (FRA)…
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc CD Reviews Aléatoires
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc Rejoins-nous sur Facebook
Fermer/Ouvrir ce bloc Live Reports Aléatoires
· ANATHEMA (uk) -…
· KAMELOT (usa) -…
· SIDILARSEN (FRA…
· NILE (usa) - M.…
· ACHING BEAUTY (…
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc DVD Reviews Aléatoires
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc Qui est en Ligne ?
Il y a actuellement 95 invités et 0 membres en ligne

Vous êtes un visiteur anonyme. Inscrivez-vous gratuitement en cliquant ici.

Fermer/Ouvrir ce bloc M-I Jeux

Deviens un pro de la batterie en cliquant ici ou (Entraîne toi sur la batterie de Danny Carey de TOOL)

P
U
B
Cliquez SVP P
U
B

MADINA LAKE (usa) - Le Nouveau Casino à Paris (20/11/11)



Groupes Présents au concert : SUPER HAPPY FUN CLUB (usa), MARY HAS A GUN (FRA), MY PASSION (uk), MADINA LAKE (usa)
Date du Concert : dimanche 20 novembre 2011
Lieu du Concert : Le Nouveau Casino (Paris, France)

En ce froid dimanche de novembre, je savais que le Nouveau Casino n’allait pas afficher complet, mais je dois avouer que je suis très surpris de ne voir cette superbe salle se remplir qu’au tiers de sa capacité pour la venue française de la coqueluche US, MADINA LAKE. Un rapide tour d’horizon, la moyenne d’âge est basse, très basse, et, une fois n’est pas coutume, le public est majoritairement constitué de jeunes filles. Ce qui, au demeurant, n’a finalement rien de surprenant au vu de l’affiche proposée.
Le concert débute presque à l’heure, et en guise d’apéro, le Casino nous sert sur un plateau un jeune groupe américain venu de Chicago qui fête en même temps la sortie de son premier EP, sa première venue française, et pour faire court, sa première tournée digne de ce nom.



SUPER HAPPY FUN CLUB a néanmoins joué suffisamment longtemps pour convaincre votre dévoué chroniqueur qu’il allait falloir me pencher sur leur musique plus sérieusement, tant leurs mélodies se sont incrustées dans mon crâne à vitesse grand V. Des chansons simples, bourrées de chœurs et d’harmonies vocales impeccables, le tout interprété par des musiciens très capables qui ne se départissent jamais d’une bonne humeur qu’on perçoit sincère. De véritables pépites Pop-Hard, dans la plus grande tradition US, pour des titres qui au final font diablement penser à un mélange entre le meilleur Teen-Rock US et de vénérables anciens comme Henry Lee Summer ou John Parr. Une attitude scénique impeccable au service de chansons bien senties et composées avec le cœur, que demander de plus pour une première partie ? Rien, je vous l’accorde, et la qualité de leur prestation allait se trouver renforcée par la suite des évènements, beaucoup plus décevante. (8/10)



Les MARY HAS A GUN étaient ce soir les « régionaux » de l’étape, et donc le seul combo frenchy à l’affiche. Sans tourner autour du pot, selon moi, leur set fut beaucoup trop long, et surtout desservi par une musique passe partout, et des textes en français pas vraiment pertinents. Avec la vague impression d’assister à une performance de KYO version un peu plus orienté guitare, la candeur juvénile de notre quatuor français n’a pas réussi à sauver les meubles, et mis à part une petite poignée d’inconditionnels au premier rang, on ne peut pas dire que la réponse de l’audience fut dithyrambique. A l’aise sur scène pourtant, les quatre musiciens ont tout fait pour chauffer l’ambiance, et ont échoué de peu, la faute à des morceaux beaucoup trop mous aux harmonies convenues. Et aussi à un son assez maigrelet ce qui n’arrangeait pas les choses…En tout cas, c’est un euphémisme de dire qu’ils ne m’ont pas convaincu, et que décidemment, le chant en français ne s’adapte pas à tous les formats musicaux. (5/10)



Je dois avouer de suite que je ne connaissais pas du tout MY PASSION avant de venir au Nouveau Casino ce soir. Et je dois aussi avouer que je n’ai pas plus envie de les connaître après les avoir vus sur scène. Après une installation interminable - dont quelques problèmes pour accrocher un panneau à un support d’écran - le groupe débaroule sur scène, plus ou moins déguisés comme la bande à Manson époque Antichrist Superstar, et déjà, un mauvais pressentiment s’empare de moi. Mais lorsque le chanteur fait son entrée, je manque de m’étouffer de rire…Avec un look improbable, au croisement d’un Dave Gahan fin bourré et d’un Emile d’Images avec un bon coup dans le nez, Laurence René (on ne rigole pas s’il vous plaît…) multiplie à outrance les fausses poses sexy des 80’s, orné d’une superbe mèche blanche qui le fait ressembler à une moufette, et franchement, je ne peux réprimer de multiples sourires entendus…Alors certes, le combo est à son aise sur scène, l’énergie est bien présente, et la réponse de la foule immédiate (ils ont l’air d’avoir pas mal de fans quand même…), mais musicalement, ça n’est pas l’épiphanie non plus…Une espèce de Métal vaguement électronique qui tombe le plus souvent à plat, la faute en partie à un son de guitare exécrable, et surtout, à un chanteur/poseur qui multiplie les sorties de gamme comme Alesi les sorties de piste à la grande époque…Peut être que je manque d’objectivité, peut être que je suis trop grincheux, mais en voyant MY PASSION s’agiter sur scène sur fond de brouet sonore imbuvable, je me suis retrouvé projeté vingt cinq ans en arrière, lorsque les grotesques Sigue Sigue Sputnik se trémoussait avec un ridicule achevé sur deux ou trois titres encore tièdes…Two Thumbs Down !!! (5/10)


Voir plus de photos sur ce lien


A quelques secondes du signal du départ du concert de MADINA LAKE sur scène, mon cœur s’emballe…Parce qu’il me faut vous préciser que si je suis ici ce soir, c’est plus en tant que fan que journaliste. Si j’ai méchamment cassé leur premier effort à l’époque, c’était sincère, et je ne comprenais pas la présence d’un tel groupe dans le catalogue de la vénérable institution Roadrunner. Et puis Attics To Eden est sorti, et j’ai bien du revoir mon jugement…Qui s’est finalement transformé en célébration justifiée lors de la livraison de World War III cette année. Et je me dis que j’ai bien fait d’attendre finalement pour les voir live et encore plus apprécier leur prestation…Au dessus de tout soupçon !
Dès leur entrée sur scène, c’est l’apocalypse, la joie de jouer est évidente, soulignant la hargne d’un groupe qui a une dent contre le destin…Mais finies les épreuves, finie l’amertume, le quatuor est ici pour fêter la sortie d’un troisième album vraiment béton, et ils ont les moyens de nous faire bouger !

Avec en porte étendard un Nathan intenable qui multiplie les contacts corporels avec le public, et surtout, le retour attendu de Matthew qui réjouit au plus haut point les fans. Pour un journaliste, c’est toujours un bonheur de voir un de ses groupes favori sur scène, surtout lorsque celui-ci combine chansons parfaites, mise en place furieuse et attitude simple et sincère. Et c’est exactement ce qui s’est passé ce soir, et même si prendre des photos tout en hurlant les paroles d’un morceau est toujours un exercice de funambule, peu importe le sérieux, on oublie tout et on s’amuse, comme tout le monde !

Car après un « Imagineer » atomique extrait du nouvel album, c’est le classique « Adalia » qui déboule, et en à peine moins de dix minutes, l’affaire est déjà pliée…Mais lorsque le quartette entonne le désormais incontournable diptyque « Never Take Us Alive »/ « Let’s Get Outta Here », ça devient de la folie pure ! Les ados se lancent alors dans un pogo hypnotique, qui semble transcender un Nathan déjà bien décidé à donner son maximum ! Comme d’habitude, les deux frontmen que sont Nathan et Matthew se dépensent sans compter, et leur bonheur de jouer fait plaisir à voir. Mais négliger l’apport essentiel de Dan qui pilonne comme un beau diable, et du toujours discret Mateo à la guitare serait une belle injustice !
Et tandis que « House Of Cards » et « Now Or Never » assurent la partie nostalgie en revenant sur les rives de From Them, Through Us, To You (Il va vraiment falloir que je change ma chronique de l’époque, j’ai du l’écouter après avoir mangé des blettes c’est pas possible…), d’énormes ballons blancs font irruption dans la salle, qui une fois crevés laissent s’échapper de jolis morceaux de papier qui s’étalent un peu partout…Bon, ok, je dois l’avouer, moi aussi j’ai joué avec…Fun non ?
On reste sur l’effort initial avec « One Last Kiss » qui ne fait en aucun cas retomber la pression, avant que le groupe ne dévie vers la nouveauté promotionnelle avec des versions de « Howdy Neighbor! » et « Hey Superstar » purement atomiques ! Nathan continue son sprint/marathon et ne compte plus les mains qu’il serre, et Matthew multiplie les facéties, à tel point qu’on se demande s’il s’agit encore d’un concert ou bien d’une fête géante entre potes. « Da Limp » et « Here I Stand » passent comme dans un rêve, et Mateo, un peu plus à l’aise commence à se dérider et à s’agiter dans tous les sens, pour finalement jouer mon morceau préféré, l’imparable, l’immanquable, le mortel « Welcome To Oblivion » qui déclenche un tonnerre de hurlements dans le public, votre serviteur compris ! Quel morceau, mais quel morceau….
« They're Coming For Me » permet à Nathan de se jeter dans le public, et « True Love » achève le concert de la manière la plus tonitruante qui soit avant quelques minutes de blackout et le rappel magique sur un « Pandora » fabuleux…

Que dire, que dire…Je passerai bien sur sur les deux combos que je n’ai pas appréciés, histoire de ne pas encore plus pousser le bouchon, et j’en profiterai pour souligner une fois encore l’excellente prestation de SUPER HAPPY FUN CLUB qui a démontré en très peu de temps tout son potentiel, son aptitude à composer des chansons simples et incroyablement accrocheuses.
Le cas MADINA LAKE est encore plus simple je crois… Je m’en veux vraiment d’avoir pu douter un jour de la qualité de ces américains, mais le concert de ce soir aura sans doute été la preuve qui me manquait pour les introniser nouveaux rois de la scène Néo-Alternative US. Des p****** de morceaux carton, une attitude scénique incroyable, et une réelle sympathie envers leur fans, qui respire la sincérité, car jouer devant une salle à moitié vide avec une telle énergie est vraiment une marque de respect total, surtout après un an et demi d’absence…Gageons que tous les problèmes qu’ils ont traversés récemment leur ont offert un nouveau regard sur la vie en général…En tout cas merci messieurs pour cette heure en votre compagnie, qui mieux qu’un antidépresseur m’a soigné de la morosité ambiante pour un bon moment !

SETLIST MADINA LAKE :
• Imagineer
• Adalia
• Never Take Us Alive
• Let's Get Outta Here
• House of Cards
• Now Or Never
• One Last Kiss
• Howdy Neighbor!
• Hey Superstar
• Da Limp
• Here I Stand
• Welcome To Oblivion
• They're Coming for Me
• True Love

Rappel : • Me VS The World • Pandora


Ajouté :  Vendredi 25 Novembre 2011
Live Reporteur :  Mortne2001
Score :
Lien en relation:  Madina Lake website
Hits: 11387
  
[ Réagissez sur le Forum ] [ Retour à l'index des Live Reports ]

P
U
B
Cliquez SVP P
U
B
MI Facebook | MI YouTube | CD Reviews | DVD Reviews | Book Reviews | Interviews | Live Reports | Concours | Forums | Radio | Photos | M-I Tshirt | Contact | M-I Banner
Metal-Impact est inscrit à la Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL) sous le N° 818655. Conformément à la loi Informatique et Libertés en date du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de modification et de suppression des données qui vous concernent. Vous pouvez exercer ce droit en nous envoyant un courriel. Plus d'infos sur vos droits sur le site de la CNIL.
Page générée le 18/11/2017 à 07:27:28 en : 0,1561 secondes
| © Metal-Impact (2001-2016) | Webmaster et Rédacteur en chef : Blasphy De Blasphèmar