METAL IMPACT
P
U
B
Cliquez SVP P
U
B
L ultime Webzine orienté Metal qui se renouvelle au quotidien

MI Facebook | MI YouTube | CD Reviews | DVD Reviews | Book Reviews | Interviews | Live Reports | Concours | Forums | Radio | Photos | M-I Tshirt | Contact | M-I Banner
Fermer/Ouvrir ce bloc Rechercher sur M-I


Avancee | Aidez-moi
Fermer/Ouvrir ce bloc M-I Membres
· Page d'accueil
· S'enregistrer
· Liste des Membres
· M-I Flux RSS
· M-I sur Facebook
· M-I sur YouTube
· M-I sur Twitter
· M-I sur Google+
· Top 15 des Rubriques
· M-I FAQ
· M-I Tshirt
· M-I Skin Firefox
Fermer/Ouvrir ce bloc Book Reviews Aléatoires
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc Interviews Aléatoires
· VENTURIA (FRA) …
· AQUILON (FRA) -…
· UNFRAGMENT (FRA…
· TEXAS CHAINSAW …
· WITCHES (FRA) -…
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc CD Reviews Aléatoires
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc Rejoins-nous sur Facebook
Fermer/Ouvrir ce bloc Live Reports Aléatoires
· DORO (de) - Hof…
· BLACK ARTS CERE…
· STEVE LUKATHER …
· APOCRYPHE (FRA)…
· HELLOWEEN (de) …
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc DVD Reviews Aléatoires
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc Qui est en Ligne ?
Il y a actuellement 79 invités et 0 membres en ligne

Vous êtes un visiteur anonyme. Inscrivez-vous gratuitement en cliquant ici.

Fermer/Ouvrir ce bloc M-I Jeux

Deviens un pro de la batterie en cliquant ici ou (Entraîne toi sur la batterie de Danny Carey de TOOL)

P
U
B
Cliquez SVP P
U
B

ACYL (FRA) - Amine (Mai-2016)


ACYL fait figure d'Ovni sur la scène Metal française. Fondé en 2010, le combo développe un Metal ethnique influencé par la culture algérienne dont il est issu. Si les membres du gang sont tous français, leur histoire a débuté en 2007 sur les terres d'Algérie... Pays où le soleil brille en permanence et où le Sidi Brahim est roi ! L'orient est omniprésent sur chaque morceau composé par le combo. Cette particularité leur a permis de développer en l'espace de quelques années un style unique qui leur sied à merveille. Après un EP et un album paru en 2012, ACYL est de retour avec Aftermath. Un album qui évolue dans un registre Metal progressif avec ce petit supplément d'âme qui change tout ! Les instruments traditionnels issus de leur culture sont mis à l'honneur et apportent ce plus qui les rends unique. Un métissage musical qui permet une rencontre entre la culture européenne et nord-africaine. ACYL pour assurer une parfaite fusion entre la musique et les textes a développé sur l'espace de deux album un concept qui nous conte au travers de différents personnages l'histoire de sa terre natale. Alliant des paroles fortement inspirées par des faits historiques précis -un peu dans l'esprit de ce qu'a pu développer SABATON sur une autre phase de l'histoire- ACYL nous invite à un voyage musical dont vous ne sortirez pas indemne. Un message de tolérance et de paix distillé avec brio. Il était temps pour MI de découvrir un peu plus cette formation unique qui nous fait découvrir un nouvel univers. C'est avec Amine, le sympathique et très affable chanteur, que nous avons pu en apprendre un peu plus ! Magnéto Amine, c'est à toi !

Line-up
: Reda (guitar, ethnic choirs, traditional percussion), Michael (drums, samplers, ethnic choirs), Salah (bass, ethnic choirs, traditional percussion), Abder'Rahman (guitar, ethnic choirs, traditional percussion), Amine (All vocals, guitars, drums, bass, ethnic choirs, oud, Algerian mandoline, traditional percussion)

Discographie : The Angel's Sin Ep (2010), Algebra (2012), Aftermath (2016)



Metal-Impact. Bonjour Amine, comment te sens-tu un peu avant la sortie d'Aftermath ?
Amine. Je suis un tout petit peu nerveux, pas beaucoup ! [Rires] ... En fait, tu attends la réaction des gens. Pour les professionnels, je commence à avoir quelques retours qui sont encourageants. Maintenant, j'ai hâte de voir ce que nos fans vont penser.

MI. Comment s'est déroulée cette journée de promotion ?
Amine. Tout s'est très bien passé. C'est un exercice assez particulier parce qu'il faut rester concentré tout le temps. Il ne faut pas se dire que si on te pose une question pour la deuxième fois, il ne faut pas y répondre. Il faut que tes réponses soient naturelles et authentiques.

MI. Vous avez ouvert pour ETHS le 5 mars 2016 à Paris, quel souvenir gardez-vous de votre prestation ?
Amine. Franchement je pense que c'est le meilleur concert parisien que l'on ait donné. Le public était super réceptif, il était vraiment extraordinaire, on s'est bien éclaté. On a fait le Trabendo deux ou trois fois et c'est vraiment la seule fois où le public était en osmose avec nous.

MI. Vous avez ouvert pour DARK TRANQUILLITY sur leur tournée européenne, que retires-tu de cette expérience ?
Amine. La tournée s'est très bien passée notamment par rapport à DARK TRANQUILLITY qui est un groupe exceptionnel, ouvert, spontané, dont les musiciens sont gentils et simples. L'équipe technique qui les accompagnait était très disponible. Le public nous a très bien accueillis. Les gens n'avaient pas de problème à nous soutenir tout simplement parce qu'ils voyaient que l'on se donnait à fond sur scène. On s'est bien amusé et le caractère singulier de notre musique a fait que les gens étaient vraiment dans la découverte d'autre chose.

MI. Qu'est-ce que vous avez appris à leurs côtés ?
Amine. Tu as le capital expérience qui est assez considérable parce qu'au-delà de l'aspect artistique, tu découvres leur manière de fonctionner. Et puis, tu découvres cette aisance technique et artistique. Ces types travaillent vraiment bien. On les voyait dans le tour bus éclaté le matin, ils arrivaient dans la ville où on jouait et se mettaient en short pour aller faire un footing ensemble. On était très loin derrière eux. Ils s'occupaient du côté artistique et se permettaient aussi de garder la forme pour bien s'exprimer sur scène. Je terminais le concert totalement exténué alors qu'eux pouvaient en enchaîner trois de suite.

MI. Comment l'histoire d'ACYL a débuté ?
Amine. C'est le prolongement d'une formation MASS dont je faisais partie en Algérie. On avait décidé de partir en France pour poursuivre nos études. Lorsque nous sommes arrivés en France, il nous a fallu deux ou trois ans pour nous installer. J'ai par la suite rencontré des amis qui étaient issus d'autres combos algériens et on a décidé de continuer sur la lancée de MASS en développant ce Metal ethnique pour aller beaucoup plus loin.

MI. Est-ce que cela a été facile de recruter des musiciens qui soient adéquat avec votre style ?
Amine. Musicalement parlant non. On était amis depuis longtemps donc on savait où on allait. On a mis du temps pour trouver un batteur. C'est Mickael qui nous a rejoints, il vient d'Iran et voulait s'installer dans la région parisienne. On s'est rencontré et le feeling passait très bien. Au final, cela fait dix ans que ça se passe bien. On va fêter cet évènement en décembre 2016.

MI. Justement, vous avez prévu quelque chose de particulier pour fêter ces dix années écoulées ?
Amine. Cela risque de tomber alors que nous serons en tournée puisque nous devons partir sur les routes à la fin de l'année. On va donc voir mais nous allons essayer de faire quelque chose. C'est plus sympathique que de fêter l'évènement entre nous. On n'a pas la prétention de faire un truc important car on n'a que deux albums à notre actif. Il faut savoir rester à sa place.

MI. On vous définit comme pratiquant du Metal Ethnique. Est-ce que tu adhères à cette vision ?
Amine. Totalement, je préfère de très loin cette définition plutôt que celle où on nous définit comme un combo de Metal oriental ou du Folk Metal. Metal oriental c'est plutôt chinois. Et puis, on ne vient pas du Moyen Orient. Metal ethnique, c'est beaucoup plus fidèle à ce que nous jouons et c'est un terme qui nous convient parfaitement.

MI. Quel regard portes-tu sur Algebra quatre ans après sa sortie ?
Amine. Forcément avec l'expérience, tu muris. Donc, il est certain que l'on aurait pu mieux faire. Mais au final, cet opus est sorti à un moment de notre vie où l'on s'est exprimé de cette manière-là. Je ne pense pas que poser un regard rétroactif dessus soit nécessaire. C'est du passé et cela sera la même chose pour le nouveau.

MI. Vous avez travaillé sur Aftermath pendant quatre ans, vous aviez envie de prendre votre temps ?
Amine. On essaye de mettre un point d'honneur à présenter un travail toujours conséquent. On a toujours voulu donner quelque chose de consistant pour les fans de Metal et pour les professionnels. Quatre ans, c'est très raisonnable d'autant plus que notre manière de travailler nous amène à beaucoup voyager. Toutes les parties expérimentales et traditionnelles ont été enregistrées sur différents territoires. Les ethnies et les cultures sont très différentes en fonction des régions. Du coup cela nous a pris du temps, nous sommes allés sur place pour trouver le bon musicien avec le bon style qui correspond et qui comprend le projet. Ensuite, il y a aussi la composition des titres et l'enregistrement en studio. On a aussi fait des tournées qui nous ont pas mal occupés. Pour moi quatre ans je trouve cela raisonnable, on a bien bossé. Les textes sont travaillés, je fais pas mal de recherche. On traite de sujets historiques donc il faut vérifier les informations et ne pas être approximatif.

MI. Est-ce que c'est difficile d'intégrer de la musique ethnique au sein de morceau purement Metal ?
Amine. Oui, cela demande beaucoup de travail mais on a aucun mérite car tout se fait spontanément. A l'origine, la composition se fait en musique traditionnelle puis on l'habille par la suite en couleur Metal. Tout débute par du traditionnel donc ça coule de source pour nous. C'est totalement spontané.

MI. Est-ce que c'est un style facile à imposer sur la scène française ?
Amine. Cela dépend de la manière dont tu entreprends ta communication. Nous on met le paquet en concert. La scène, c'est le meilleur moyen de présenter ACYL et ce que nous avons envie de mettre en avant. On est très investi au niveau de tous les instruments traditionnels. On présente des parties folkloriques qui peuvent avoir un impact sur les fans de Metal. Cela nous permet de montrer la singularité d'ACYL. On essaye de travailler au millimètre. Si quelqu'un n'aime pas ta musique et se trouve en face de toi il ne peut qu'être respectueux face au travail fourni qui lui est présenté. C'est la meilleure carte de visite dont on dispose.

MI. Vous traitez de l'histoire algérienne à travers neuf personnages historiques, comment est née cette idée ?
Amine. Par rapport au thème ce sont des choix qui remontent à bien des années. Lorsque nous avions débuté en 2007, nous avions décidé de nous lancer dans un concept de cinq albums. C'est à ce moment que l'on a réfléchit à comment on allait orienter ces opus. Les neufs personnages ont été choisis en fonction des régions et devaient aussi représenter toutes les époques et ethnies. La galette s'appelle Aftermath, ce qui signifie conséquences en anglais. Ce que l'on présente à travers Aftermath, c'est un peu la conséquence de tout ce qui nous est arrivé et qui fait que nous sommes ce que nous sommes.

MI. C'est donc un album concept !
Amine. Je serai tenté de dire oui mais il ne ressemble pas forcément à ce que l'on peut attendre d'un concept. Je dirai oui dans sa conception mais dans sa réalisation, il n'en a pas l'apparence.

MI. C'est l'histoire de l'Algérie que vous avez envie de développer à travers votre musique ?
Amine. Oui mais on voulait l'orienter de manière à faire passer des messages intéressants et positifs. Au final, on représente une culture et des traditions. On voulait les exposer de manière positive lié à des personnages historiques qui étaient très positifs dans leur manière d'agir. Même si ils ont fait la guerre, ils ont toujours eu un parcours positif malgré l'aspect négatif qui peu se dégager. C'est l'universalité et le respect.

MI. Qu'avez vous voulu exprimer à travers la pochette d'Aftermath ?
Amine. Elle représente un personnage issu du futur mais qui a un masque qui rappelle la tradition et notre background. C'est un masque de protection, c'est une fille qui n'a rien à craindre. C'est en rapport avec nos traditions qui peuvent nous aider pour avancer et faire de bonnes choses. Cela peut aussi être un frein dans un certain sens.

MI. Quelle est ta vision de l'Algérie en tant que musicien et être humain ?
Amine. Si tu parles de tout ce qui est culture et art, je te répondrai que l'algérien moyen est très inventif à l'image de beaucoup de pays africains. Au niveau politique, c'est un pays qui a encore des problèmes mais qui s'en sort petit à petit. Il n'y a pas d'inquiétude à avoir. L'Algérie existera toujours mais il faudra du temps et de la patience pour que les choses changent. Le plus important c'est de savoir qui on est, d'ou on vient et ou on veut aller. Pour le reste, cela finit toujours par s'arranger comme partout dans le monde.

MI. Vous avez participé au Headbang Contest, comment as tu vécu cette expérience ?
Amine. Ce fut une excellente expérience. D'un côté, tu te prépare pour une prestation et de l'autre tu sais que tu va être jugé par des professionnelles de la musique à des degrés différents. On a du se confronter à d'autres groupes. Bien sur on a été déçu car on n'a pas gagné. Mais cela nous a permis de rencontrer pas mal de monde et d'être confronté à une organisation très sympathique et très performante. Ils étaient aussi très axés sur les détails en termes d'organisation. Tout était parfait mis à part le fait que l'on ne s'est pas qualifié.

MI. Que vous a apporté le Headbang Contest ?
Amine. On a beaucoup appris car on a été confronté à d'autres formations. Au final, on n'a pas gagné et on s'est posé des questions. Qu'est-ce qui fait que l'on a échoué ? Au-delà du résultat, c'était aussi une expérience humaine assez importante. On a des amis très proches avec qui cela passe bien sur le plan artistique et personnel.

MI. Allez-vous tourner un clip pour promouvoir Aftermath ?
Amine. Oui, on est en train de travailler dessus. On n'a pas encore défini le contexte, c'est lié a des considérations commerciales. Le clip est prêt, on a choisi "Mercurai".

MI. Pourquoi ce titre en particulier ?
Amine. C'est un morceau qui n'évoque pas un personnage historique, il traite de la mentalité nord africaine et algérienne. On a essayé de trouver quelques points communs entre tous nos personnages et on a voulu les exposer à travers ce morceau qui comprend plusieurs ambiances traditionnelles accompagné de chants collectifs.

MI. Pourquoi avoir choisi le studio Friedman en Suède pour faire masteriser Aftermath ?
Amine. On voulait obtenir un son organique bien plus que pour le précédent. Un son un peu américain, c'est le parfait compromis entre les parties traditionnelles et Metal. Cela nous a permis de faire une bonne transition entre ces deux parties. On a réussi à avoir ce résultat grâce aussi à Frederic Gervais qui a fait un super boulot au niveau du mixage. On manquait de cette puissance scandinave. Le Metal suédois a cette caractéristique d'être très puissant et présent. Ils ont fait un bon travail. C'est le son qu'on cherchait à avoir.

MI. Quelle est la philosophie d'ACYL ?
Amine. Tout ce qui est fait avec ACYL doit être fait de manière authentique et honnête. On est dans cette optique là, on n'a pas envie de tricher, que ce soit avec les professionnels ou les fans.

MI. Pour conclure qu'as-tu envie de rajouter ?
Amine. C'est un album de Metal qui traite de l'histoire d'un pays qui reste commune à beaucoup d'autres pays. Ce n'est pas que l'Algérie, on peut tous se reconnaitre dans ce genre de faits historiques. Il est là pour montrer que malgré la différence et nos passés respectifs rien ne nous empêche de bien nous entendre. Il faut passer au delà de toutes les bêtises humaines qui nous conduisent à des folies très regrettables.

MI. Merci pour l'interview !
Amine. Je voulais te remercier toi et MI de nous avoir permis de présenter ACYL et Aftermath. Je vous invite à venir nous découvrir sur scène et on sera ravi de vous accueillir.


Ajouté :  Dimanche 02 Juillet 2017
Intervieweur :  The Veteran Outlaw
Lien en relation:  Acyl Website
Hits: 279
  
[ Réagissez sur le Forum ] [ Retour à l'index des Interviews ]

P
U
B
Cliquez SVP P
U
B
MI Facebook | MI YouTube | CD Reviews | DVD Reviews | Book Reviews | Interviews | Live Reports | Concours | Forums | Radio | Photos | M-I Tshirt | Contact | M-I Banner
Metal-Impact est inscrit à la Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL) sous le N° 818655. Conformément à la loi Informatique et Libertés en date du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de modification et de suppression des données qui vous concernent. Vous pouvez exercer ce droit en nous envoyant un courriel. Plus d'infos sur vos droits sur le site de la CNIL.
Page générée le 21/9/2017 à 10:49:53 en : 0,1448 secondes
| © Metal-Impact (2001-2016) | Webmaster et Rédacteur en chef : Blasphy De Blasphèmar