METAL IMPACT
P
U
B
Cliquez SVP P
U
B
L ultime Webzine orienté Metal qui se renouvelle au quotidien

MI Facebook | MI YouTube | CD Reviews | DVD Reviews | Book Reviews | Interviews | Live Reports | Concours | Forums | Radio | Photos | M-I Tshirt | Contact | M-I Banner
Fermer/Ouvrir ce bloc Rechercher sur M-I


Avancee | Aidez-moi
Fermer/Ouvrir ce bloc M-I Membres
· Page d'accueil
· S'enregistrer
· Liste des Membres
· M-I Flux RSS
· M-I sur Facebook
· M-I sur YouTube
· M-I sur Twitter
· M-I sur Google+
· Top 15 des Rubriques
· M-I FAQ
· M-I Tshirt
· M-I Skin Firefox
Fermer/Ouvrir ce bloc Book Reviews Aléatoires
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc Interviews Aléatoires
· ESCAPE THE FATE…
· WITCHES (FRA) -…
· AUDREY HORNE (n…
· NIBURTA (hu) - …
· EYESTRAL (FRA) …
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc CD Reviews Aléatoires
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc Rejoins-nous sur Facebook
Fermer/Ouvrir ce bloc Live Reports Aléatoires
· HAMMERFALL (se)…
· STEVE LUKATHER …
· FURY FEST 2005 …
· IRON MAIDEN (uk…
· DEVIN TOWNSEND …
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc DVD Reviews Aléatoires
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc Qui est en Ligne ?
Il y a actuellement 119 invités et 0 membres en ligne

Vous êtes un visiteur anonyme. Inscrivez-vous gratuitement en cliquant ici.

Fermer/Ouvrir ce bloc M-I Jeux

Deviens un pro de la batterie en cliquant ici ou (Entraîne toi sur la batterie de Danny Carey de TOOL)

P
U
B
Cliquez SVP P
U
B

CRIPPLE BASTARDS (it) - Giulio The Bastard (Fév-2014/VF-IV)


Précoces, légendaires. CRIPPLE BASTARDS est une institution. Pour certains, un mode de vie. Le garçon avec qui j'ai eu la chance d'échanger était âgé de 14 ans quand il a formé le groupe. Désormais quarantenaire, il est toujours animé par cette flamme qui a consumé l'âme de CRIPPLE BASTARDS pendant un quart de siècle. Avec la sortie récente de Nero In Metastasi, les Italiens reviennent dans le peu de lumière qu'on veut bien leur concéder. Car ils dérangent, ils dénoncent. Le verbe acerbe, le propos cognant, ce quatuor est probablement ce qui se fait de plus respectable en matière de Grind de l'autre côté des Alpes. Et s'il demeure trop peu populaire dans nos contrées, c'est parce qu'il n'a jamais eu vocation à s'exporter. Pourtant, vous aurez de quoi faire. Cinq albums studio mais une cinquantaine d'enregistrements officiels. Des splits avec REGURGITARE, SUBLIME CADAVERIC DECOMPOSITION, EYEHATEGOD à la pochette ultra-limite d'Almost Human, CRIPPLE BASTARDS est en permanence dans la démesure, guidé par un véritable personnage, Giulio The Bastard, qui a déjà tout raconté mais qui ne s'en lassera jamais. Entretien.

Line-up
: Giulio The Bastard (chant), Der Kommissar (guitare), Schintu The Wretched (basse), Al Mazzotti (batterie)

Discographie : Your Lies In Check (album – 1996), Misantropo A Senso Unico (album – 2000), Desesperately Insensitive (album – 2003), Variante Alla Morte (album – 2008), Nero In Metastasi (album – 2014)



Metal-Impact. Salut Giulio ! Je suis Stef pour le webzine français Metal-Impact. Merci de nous accorder un peu de ton temps. On le sait, CRIPPLE BASTARDS est un groupe très expérimenté mais est-ce que l'excitation est toujours la même au moment de sortir un nouvel album ?
Giulio The Bastard. Salut Stef. Merci à toi pour la tribune que tu nous accordes sur Metal-Impact. Le fait d'avoir réalisé un nouvel album avec CRIPPLE BASTARDS est pour nous un pas en avant très important. Après 26 ans d'activité, c'est toujours un défi de réussir à se renouveler et à obtenir un résultat encore bourré de vitalité et de rage. Pour nous, c'est un grand moment, d'autant plus que c'est notre premier full-lenght à sortir sur Relapse. Nous avons vraiment donné le maximum de notre engagement, de notre énergie et de notre concentration pour présenter de la façon la plus efficace et impactante possible le fruit d'un travail qui s'est développé au cours de ces nombreuses années.

MI. Cet album, Nero In Metastasi, est votre premier full-lenght depuis Variante Alla Morte, paru en 2008. Quelles sont les évolutions qui ont marqué les cinq dernières années chez CRIPPLE BASTARDS ?
Giulio. Le principal progrès est d'avoir intégré un second guitariste, Wild Vitto, qui nous a permis d'évoluer et d'arranger de façon plus compacte et calibrée le travail sur le riffing. Par rapport au précédent album, l'accordage est moins bas, ce qui nous permet d'avoir un impact plus Hardcore et plus dynamique. Ces caractéristiques sont finalement assez proches de celles de notre second album, Misantropo A Senso Unico, qui est considéré par beaucoup comme notre "classique". Il y a également le jeu de batterie, beaucoup plus rapide et agressif que sur nos sorties précédentes. C'est une vraie mitraillette, avec du blast beat et des étapes Hardcore. Et pour finir, j'ai aussi effectué un travail méticuleux et détaillé sur les voix.

MI. Est-ce que selon toi, Nero In Metastasi est le meilleur album jamais écrit par CRIPPLE BASTARDS ? Est-il le plus représentatif de votre identité ?
Giulio. Pour moi qui suis dans le groupe depuis le début, c'est difficile de dire s'il est le meilleur, mais indiscutablement, à l'heure où je te parle, il est le plus représentatif de notre état d'esprit actuel.

MI. Avec le recul, quel regard portes-tu sur vos premiers disques ? Je pense à Best Crimes, Your Lies In Check... Estimes-tu qu'ils ont bien vieillis malgré l'évolution de la scène Grind ces dix dernières années ?
Giulio. Ce sont des disques qui sonnent vraiment différemment de ce que nous sommes aujourd'hui. Néanmoins, je continue à penser qu'ils contiennent tous plusieurs points intéressants pour ceux qui veulent approfondir les origines, les bases de notre style. Certains morceaux sont résolument vieillots mais d'autres, selon moi, ont conservé cette spontanéité et ce feeling qui hier, identifiait clairement le son de CRIPPLE BASTARDS. Sur Best Crimes qui compile nos premiers singles, il y avait ces fameuses guitares "au rasoir" typiques du guitariste et membre fondateur Alberto The Crippler. Your Lies In Check est plutôt un compromis assez absurde entre des titres très courts et ultra-rapides accolés à des titres affiliés au Rock. Je te conseille de réécouter notre cover de KING CRIMSON, qui fait partie de ces épisodes analogues.

MI. Pourquoi, selon toi, Nero In Metastasi pourrait-il devenir un album culte d'ici dix ou vingt ans ?
Giulio. Je ne veux même pas y penser. Nous écrivons des chansons et nous enregistrons des disques pour réaliser quelque chose qui nous donne satisfaction et qui, en quelque sorte, représente notre identité. Si ça devient un album dont on se souvient plusieurs années après, tant mieux. Si ce n'est pas le cas, tant pis, la satisfaction reste la même pour nous. Au moment où tu écris un album, si ton esprit se projette sur l'ambition d'en faire un objet de culte, alors indiscutablement, c'est que le facteur créatif passe au second plan.

MI. Je sais que Misantropo A Senso Unico a été un album très important dans ta vie personnelle. En est-il de même pour Nero In Metastasi ?
Giulio. Oui, absolument. A l'instar de Minsantropo A Senso Unico, il y a sur Nero In Metastasi cette grande fatigue, qui est à la base de toute une force faite de personnes qui vivent à des distances considérables et qui ont, pendant des années, empilé les kilomètres afin de se retrouver régulièrement. Nous avons essayé, dans un engagement de tous les instants et une concentration presque "fiévreuse", y compris dans les paroles, de sombrer dans un univers maladif et décadent. Nous nous sommes rétractés dans un vrai cauchemar, une sorte de processus expiatoire qui s'exprime à travers cet univers maladif, proche du tabou. Exactement comme sur Misantropo A Senso Unico. Sur ce disque, la douleur et la haine retranscrites sont le témoignage maniaque d'expériences vécues. Donc je le répète, c'est un album tout aussi important et vrai.

MI. Au niveau des paroles, je crois savoir qu'il y a une évolution dans le style, avec la mise en avant de deux concepts parallèles : le déclin de la société et la maladie qui ronge l'homme tel un cancer. Toi qui écris les paroles, peux-tu nous interpréter ce choix ?
Giulio. En épluchant les premiers textes que j'ai écris, j'ai réalisé qu'une fois encore, j'évoquais ce facteur cancérigène, mis en parallèle avec le scénario typique d'oppression sociale, de déclin et de dégradation du rapport à l'autre. Ces textes déjà bien rôdés au sein de CRIPPLE BASTARDS étaient le reflet de coïncidences, d'expériences vécues à l'instant T. Pour Nero In Metastasi, plusieurs obsessions ont progressivement émergées de mon esprit, liées à des expériences que j'ai personnellement vécues, ce qui explique peut-être que ces sujets sont finalement assez marqués et récurrents. C'est un peu comme de vivre en sourdine avant d'être brusquement secoué par le stress, les compulsions de la société d'aujourd'hui. Dans mes textes, j'ai assimilé cela au cancer dans ses différentes phases. Ça représente le déclin de l'ambiance sociale qui nous entoure.

MI. Un mot sur cette pochette assez... énigmatique ? Quelle est sa signification ? Que représente cette gamine ?
Giulio. Je préfère rester discret sur ce sujet et laisser parler l'imagination de celui qui tiendra ce disque entre les mains. Je pense qu'il faut certes avoir l'image, mais également lire les textes pour comprendre.

MI. Nero In Metastasi est composé de titres extrêmement courts mais aussi d'autres, plus longs. Je pense particulièrement à "Splendore E Tenebra". Est-ce que ce titre est le plus long jamais composé par CRIPPLE BASTARDS ? Que représente cette chanson de neuf minutes pour un groupe de Grind comme le votre ?
Giulio. L'idée de base était d'écrire un morceau qui sorte de nos standards mais qui puisse s'insérer facilement dans le contexte ultra-négatif et maladif de l'album. Nous avions une base de quelques riffs mais pas de structure bien définie. Puis, j'ai voulu concrétiser un projet qui me trottait dans la tête depuis longtemps : celle de proposer une version sauce CRIPPLE BASTARDS du poème "Jama" ("La Fosse"), écrit durant la seconde guerre mondiale par Ivan Goran Kovačić. Je voyais cette idée comme extrêmement ambitieuse, puisque en 1987, les GRC, un groupe croate de Post-Punk Industriel que j'ai toujours beaucoup apprécié, l'avait déjà mis en musique sur le titre "Krv je moje svijetlo i moja tama" ("Le sang est ma lumière et mes ténèbres"). Cette version est pour moi inimitable et unique. Donc j'ai un peu étudié la version des GRC et le riff que nous avions pensé nous a aidé à développer et consolider ce titre. Mais le passage le plus difficile fut l'adaptation du texte. Nous avons du faire avec les différents éléments du poème : la politique et l'optimisme. Ce poème parle d'un partisan qui se trouve dans une colonne de condamnés à mort. On leur arrache les yeux, on les égorge et, coup de grâce, on s'acharne sur les corps en frappant le crâne avec un marteau, avant de jeter les cadavres dans une fausse commune et de les recouvrir de chaux vive. Le héros réussit malgré tout à survivre, et décrit les sensations qu'il éprouve réduit à la cécité et tâtonnant au beau milieu des cadavres. Dans le poème, il réussit à sortir de la fosse et à s'échapper. Dans notre version à nous, pour nous détacher de ce contexte condamnatoire avec les atrocités de la guerre, les bourreaux, les victimes, nous avons réduit à néant les espoirs de retour à la vie. Pour en revenir au morceau en lui-même, disons que tout est parti d'une série de riffs pour en arriver à cette réinterprétation impitoyable de "La Fosse", en gardant à l'esprit cette fantastique version des GRC mais en l'accommodant à notre façon. Et pour en revenir à ta première question, oui, avec ses 9 minutes, elle est la chanson la plus longue jamais écrite par le groupe.

MI. La sortie de l'album est prévue dans certains pays européens pour le 14 février, jour de la Saint-Valentin. Mais excuse-moi, vous n'avez rien de romantique alors cet album est-il le cadeau idéal à faire à sa copine ?
Giulio. Evidement, c'est une simple coïncidence, mais finalement c'est un contraste assez intéressant. Un disque aussi noir et rempli de haine, de frustration, va à l'encontre de ce symbole d'amour.

MI. Y a-t-il aussi une part d'amour qui se cache au cœur de CRIPPLE BASTARDS ou est-ce seulement de la haine ?
Giulio. L'amour se trouve seulement et exclusivement dans notre passion pour ce style et dans le fait de réaliser des disques peaufinés dans les moindres détails avec engagement, dévotion, en donnant vraiment notre cœur pour pouvoir nous exprimer pleinement.

MI. Avez-vous conscience d'être devenus pour certains une sorte de "guide spirituel" ? Vous assumez ce statut ?
Giulio. Je ne sais pas. Ici, en Italie, nos textes ont la plupart du temps une fonction quasi "thérapeutique" pour des gens qui vivent des moments très difficiles et qui ont trouvé dans les paroles de nos chansons certaines phrases réconfortantes vis-à-vis de la période merdique que nous traversons tous. J'ai eu la chance de rencontrer certaines personnes, qui m'ont dit texto "si je n'avais pas jeté une oreille à vos disques à telle période de ma vie, j'aurais probablement fini en hôpital psychiatrique. J'aurais pu me tuer ou faire une autre connerie". Personnellement, je n'ai jamais pris ça très au sérieux [Rires].

MI. Est-il possible selon toi de combiner Grind, humour et politique, comme le font par exemple les BUFFALO GRILLZ ?
Giulio. Eh bien je préfère l'humour et basta. Sans politique, comme le font les mythiques PATARENI de Zagreb, pour qui j'ai eu l'honneur de chanter il y a quelques temps.

MI. Je sais que TERRORIZER fait partie de tes groupes préférés. Leur nouveau chanteur, Wolf, me déclarait dans une interview que "ce sont les expériences que nous vivons chaque jours qui font la beauté du Grind". Es-tu en accord avec cette vision des choses ?
Giulio. C'est exactement le même point de vue au sein de CRIPPLE BASTARDS. Voilà ce que nous essayons d'approfondir dans nos textes et nos visuels !

MI. Vous avez joué au Fuck The Commerce 2001 avec un groupe de Grind plutôt connu en France : INHUMATE. Te souviens-tu de ce groupe et de ce show ?
Giulio. Je me rappelle parfaitement de ce festival et d'avoir parlé avec l'un d'eux mais honnêtement, je ne me rappelle pas de leur concert. J'avais uniquement suivi les performances de GENOCIDE SS, DESASTER, REGURGITATE et CRYPTOPSY parce que le reste du temps, je m'occupais comme d'habitude de notre stand de disques et de merchandising.

MI. Les INHUMATE ont cette particularité de s'autoproduire et de s'autofinancer depuis leurs débuts en 1990. Est-ce que c'est selon toi plus "éthique" quand on joue du Grind ?
Giulio. Nous sommes tous des groupes issus de l'underground et le Do It Yourself représente quelque chose pour nous. Ca fait longtemps que nous autoproduisons nos disques, que nous enregistrons les démos à la maison, que nous découpons les pochettes et les flyers à la main... Avec CRIPPLE BASTARDS, nous avons procédé ainsi pendant un très long moment et même en dehors du groupe, je gère un label indépendant construit à la sueur du front, en me cassant le dos durant des années. Dans ce secteur, travailler avec ses propres ressources, s'autoproduire, s'autofinancer, c'est quelque chose d'indispensable, donc je ne suis pas surpris que certains groupes soient fidèles à cette façon de procéder.

MI. Vous avez enregistré un très bon split avec les français de SUBLIME CADAVERIC DECOMPOSITION. As-tu écouté leur dernier album ? Comment expliques-tu qu'un groupe comme celui-là, qui pratiquait un Grind sauvage depuis plus de 10 ans, se mette soudain à écrire du matériel plus Rock N' Roll, plus "sage" ? Est-ce que les CRIPPLE BASTARDS ont déjà eu envie de faire autre chose que du Grind, même sur une très courte période ?
Giulio. Je n'ai pas encore eu l'occasion d'écouter ce fameux dernier album plus Rock N' Roll. Dans notre cas, la rage et la vitesse sont deux constantes qui se complètent à la perfection avec nos exigences artistiques. Notre style reste et restera toujours basé sur ça, malgré quelques divergences dans le passé. Regardes certains titres qu'on avait écrits pour Your Lies In Check... Nos seules "digressions" consistent en des épisodes isolés comme par exemple "Splendore E Tenebra". Plus que du Rock N' Roll, il s'agit ici d'un étalage de genres qui va du Doom au Prog en passant par le Dark et l'Industriel, avec en dénominateur commun cette négativité qui est à la base de notre style.

MI. Tu as commencé à écouter de la musique extrême très jeune. Tu avais 14 ans quand tu as fondé le groupe alors imaginais-tu à l'époque que certaines jeunes puissent aujourd'hui dessiner le logo de CRIPPLE BASTARDS dans leur agenda comme toi tu dessinais celui de MOTÖRHEAD quand tu étais encore sur les bancs de l'école ?
Giulio. Absolument pas. Je n'aurais même pas osé en rêver.

MI. Pour finir, quelles sont tes autres passions dans la vie ? Je suis cuisinier de métier et j'aimerais vraiment que toi, en tant qu'italien, tu me convainques que la cuisine italienne est meilleure que la cuisine française !
Giulio. La cuisine française est d'un très haut niveau, mais désolé, l'italienne la surpasse car elle possède une variété de plats encore plus profonde de région en région. Je ne suis absolument pas fier de mon pays, et je le démontre assez explicitement dans notre titre "Italia Di Merda", mais pour avoir eu la chance de voyager à travers le monde, je peux te dire que la cuisine italienne, quand elle est faite avec expérience, tradition et amour, est inimitable. Mes passions dans la vie ? Mon label, FOAD Records, qui maintenant est devenu un travail à temps plein. Et quand j'ai le temps, j'aime également cuisiner. Qui sait, peut-être qu'un jour on se rencontrera et on pourra s'affronter [Rires] ?

MI. Nous arrivons à la fin de l'invierview. Je te remercie pour le temps que tu m'as accordé, c'était super ! On espère vous revoir bientôt en France. Les derniers mots sont pour toi. Merci !
Giulio. Merci à toi pour le support ! J'espère également revenir jouer en France le plus vite possible. Sinon, je vous invite à venir me rencontrer au Hellfest, où je suis tous les ans dans l'espace "Metal Market" au stand FOAD Records. Pour ceux qui veulent en savoir plus sur CRIPPLE BASTARDS, n'hésitez pas à nous contacter via notre site officiel et les différentes plateformes.



==================== ITALIAN VERSION ====================



Metal-Impact. Ciao Giulio, sono Stef per il webzine francese Metal-Impact. Grazie mille per accordarci del tuo tempo. Anche se con CRIPPLE BASTARDS siete un gruppo molto sperimentato, l'eccitazione è sempre la stessa al momento di fare uscire un nuovo album ?
Giulio The Bastard. Ciao Stef. Grazie a te per lo spazio che ci dedichi su Metal-Impact. Il fatto di aver realizzato un nuovo album con i CRIPPLE BASTARDS per noi è un passo avanti molto importante, dopo 26 anni di attività è sempre una grossa sfida riuscire a rinnovarsi e offrire un risultato ancora carico di vitalità e rabbia. Per noi è un grande momento, essendo il primo full-length su Relapse abbiamo veramente dato il massimo dell'impegno, energia e concentrazione per poter presentare nel modo più efficace e d'impatto il frutto di un lavoro evolutosi in tanti anni.

MI. Questo album, Nero In Metastasi, è vostro primo full-lenght da Variante Alla Morte in 2008. Quale sono le evoluzioni chi hanno segnato i cinque ultimi anni di CRIPPLE BASTARDS ?
Giulio. I principali progressi stanno nell'aver inserito un secondo chitarrista (Wild Vitto) che ci ha permesso di evolvere ed arrangiare in modo più compatto e calibrato il lavoro di riffing. Rispetto al precedente album l'accordatura è meno ribassata in modo da creare un impatto più Hardcore e più dinamico, con caratteristiche in parte vicine anche al nostro secondo album, Misantropo A Senso Unico che da tanti è considerato il nostro disco più classico.. Oltre a questo, rispetto a prima la batteria è molto più veloce e aggressiva, una vera mitragliata costante di blast-beat e stacchi HC, e anche sulla voce c'è stato un lavoro estremamente meticoloso e dettagliato.

MI. Secondo te, è Nero In Metastasi il migliore album mai creato by CRIPPLE BASTARDS ? È il più rappresentativo della vostra identità ?
Giulio. Per me che sono nella band fin dall'inizio è difficile dire se sia il migliore, ma sì indubbiamente in questo momento è il più rappresentativo e al passo con i tempi.

MI. A distanza di tempo, come giudichi i vostri primi dischi ? Penso a Best Crimes, Your Lies In Check... Stimi che hanno invecchiato bene nonostante l'évoluzione della scena Grind questi dieci ultimi anni ?
Giulio. Sono dischi molto diversi da come suoniamo oggi ma hanno ancora molti spunti interessanti per chi volesse sviscerare le origini, le basi del nostro stile. Alcuni brani suonano decisamente datati, altri secondo me hanno ancora quella spontaneità e feeling che era già allora molto identificativo per quello che era il sound dei CRIPPLE BASTARDS. Su Best Crimes che raccoglieva i primi singoli c'erano le famigerate chitarre “a rasoio” tipiche del chitarrista fondatore Alberto The Crippler e su Your Lies In Check c'era la commistione assurda tra pezzi brevissimi e ultraveloci accostati a brani con addirittura una vena Rock. Vedi la cover dei KING CRIMSON e altri episodi analoghi.

MI. Perchè, seconde te, "Nero In Metastasi» potrebbe diventare un album culto fra dieci o venti anni ?
Giulio. Non voglio neanche pensarci, noi scriviamo brani e registriamo dischi per realizzare qualcosa che ci dia soddisfazione e che in qualche modo rappresenti la nostra identità, se poi diventa un album ricordato negli anni bene, se no siamo appagati lo stesso. Se nel momento in cui fai un album la mente è proiettata sull'ambizione di farlo diventare un oggetto di culto, sicuramente il fattore creativo passa in secondo piano.

MI. So che Misantropo A Senso Unico è stato un album molto importante nella tua vita. E la stessa cosa con "Nero In Metastasi" ?
Giulio. Assolutamente sì. Come per Misantropo A Senso Unico anche quest'ultima fatica ha alla base di tutto uno sforzo immenso fatto di persone che vivono a distanze notevoli e che per anni hanno macinato kilometri su kilometri per trovarsi con regolarità e provare, un impegno e una concentrazione febbrile, e nel caso dei testi, calarsi in una dimensione così malata e decadente come quella ritratta è stato un vero e proprio incubo, una specie di processo espiatorio attraverso una dimensione di malattia quasi vicina al taboo. Proprio come per Misantropo A Senso Unico, su questo disco il dolore e l'odio ritratti sono stati vissuti maniacalmente sulla nostra pelle e quindi lo reputo un album altrettanto vero e importante.

MI. A livello di testi, credo sapere che c'è un evoluzione nello stille, con due concetti paralleli : la decadenza della società e la malattia come un cancro. Puoi spiegarci questa scelta ?
Giulio. Abbozzando i primi testi che sono andati a comporlo, per una serie di coincidenze ed esperienze attraversate in quel periodo, mi era uscito spontaneo questo uso ricorrente di fattori cancerogeni messi in parallelo con il tipico scenario di oppressione sociale, degrado e disfacimento dei rapporti interpersonali già ben rodato nei CRIPLLE BASTARDS. Su questo Nero In Metastasi sono affiorate un mucchio di ossessioni legate ad episodi vissuti in prima persona che hanno fatto sì che questa componente diventasse molto marcata e ricorrente, un po' per il concetto del vivi una vita in sordina per poi essere spazzato via da qualcosa che attraverso stress e compulsioni della società odierna hai in qualche modo proiettato con le tue mani su te stesso, un po' per le grosse similitudini che ci sono tra lo sviluppo di un cancro nelle sue varie fasi e il declino dell'ambiente sociale che ci circonda.

MI. Una parola su questo artwork molto... enigmatico. Quale è il suo significato ? Che rappresenta questa bambina ?
Giulio. Preferisco non dire praticamente nulla e lasciare spazio all'immaginazione di chi avrà il disco tra le mani e terrà quell'immagine sotto'occhio leggendosi i testi.

MI. Nero In Metastasi è composto di titoli estremamente corti e d'altri piu lunghi. Penso particolarmente a "Splendore E Tenebra". E questo il titolo piu lungo mai creato dai CRIPPLE BASTARDS ? Che rappresenta questa canzone di nove minuti per un gruppo di Grind come voi ?
Giulio. L'idea di base era quella di fare un brano un po' diverso dal nostro standard ma ben inseribile nel contesto ultra-negativo e malato dell'album. Avevamo un po' di riff da parte ma ancora non c'era una struttura ben definita. Poi è venuta a galla una mia idea di sempre, cioè quella di proporre una versione in chiave CRIPPLE BASTARD del poema “Jama” (“La Fossa”) scritto nella seconda guerra mondiale da Ivan Goran Kovačić. La vedevo come una proposta molto ambiziosa perché nel 1987, i GRČ, un gruppo Croato Post-Punk industrial che ho sempre amato moltissimo, l'avevano già musicata attraverso il brano “Krv je moje svijetlo i moja tama” (“Il sangue è la mia luce e la mia tenebra”) che secondo me era inarrivabile e unico. Così studiandoci un po' la versione dei GRČ e i riff che avevamo in cantiere abbiamo sviluppato e consolidato il brano. Poi una fase molto complicata è stata l'adattamento del testo, da cui abbiamo scremato ogni componente politica e positiva: si parla di un partigiano in una colonna di prigionieri condannati a morte. A tutti vengono prima strappati gli occhi, poi sgozzati e il colpo di grazia infierito con un martello che gli sfonda il cranio, quindi gettati in una fossa comune per poi essere ricoperti di calce viva. Il protagonista riesce in qualche modo a sopravvivere e descrive le sensazioni che prova ridotto alla cecità, brancolando in mezzo a questa distesa di cadaveri. Nella poesia lui riesce a risalire la fossa e scappare, nella nostra versione – per essere il più possibile pro-morte e staccata dal condannare o meno le atrocità di guerra, aguzzino o vittima - abbiamo rimosso qualsiasi barlume di speranza e di ritorno alla vita. Tornando al brano in sé, diciamo che si è partiti da una serie di riff per arrivare a una nostra rivisitazione de “La Fossa” tenendo un occhio sulla fantastica visione dei GRČ ma negativizzandola ulteriormente e passandola attraverso l'occhio spietato dei CRIPPLE BASTARDS. Sì, con i suoi 9 minuti è assolutamente il brano più lungo che abbiamo mai composto.

MI. L'uscita dell'album è prevista in certi paesi europei per il 14 febbraio, giorno della San Valentino. Ma scusami, non avete niente di romantici. E questo album il regalo ideale da fare alla sua ragazza ?
Giulio. Ovviamente è una pura coincidenza ma alla fine è un contrasto abbastanza azzeccato, un disco così nero e carico di odio e frustrazioni va proprio in antitesi con una ricorrenza come quella !

MI. C'è anche una parte di amore che si nasconde in CRIPPLE BASTARDS o c'è solo dell'odio ?
Giulio. L'amore sta solo ed esclusivamente nella nostra passione per questo genere e sul fatto di realizzare dischi curati nel minimo dettaglio con impegno e dedizione, donando veramente una parte di cuore per poterci esprimere a 360 gradi.

MI. Voi avete coscienza di essere diventato per certi un tipo di "guida spirituale" ? Assumete questo status ?
Giulio. Non lo so, vedo che qui in Italia i nostri testi in molti casi hanno avuto una funzione quasi "terapeutica" su soggetti che attraversavano periodi molto difficili della loro vita e hanno trovato in determinati nostri brani, frasi delle grosse similitudini con la merda che stavano passando.. Ho avuto modo di incontrare gente che letteralmente mi ha detto "se non vi avessi avuto uno sfogo nei vostri dischi in quel determinato periodo sarei finito in una clinica psichiatrica o mi sarei ammazzato o avrei commesso una strage". Ovviamente l'ho sempre presa sul ridere (risi)...

MI. E possibile per te combinare Grind, umorismo e politica, come fanno i BUFFALO GRILLZ per esempio ?
Giulio. Mah, preferisco umorismo e basta, senza politica, come hanno sempre fatto I mitici PATARENI di Zagreb, per il quale ho anche avuto l'onore di cantare per un determinato periodo.

MI. So che i TERRORIZER fanno parte dei tuoi classici. Loro nuovo singer, Wolf, mi dichiarava in un intervista che “sono le vere esperienze che viviamo ogni giorni che fanno la bellezza del Grind”. Sei daccordo tu con questo punto di vista ?
Giulio. É esattamente lo stesso punto di vista dei CRIPPLE BASTARDS e di quello che viene sviluppato attraverso i nostri testi e grafica.

MI. Avete suonato al Fuck The Commerce 2001 con un gruppo di Grind molto famoso in Francia : INHUMATE. Ti ricordi di questo gruppo e di questo show ?
Giulio. Mi ricordo del festival e di aver parlato con uno di loro quel giorno, ma non mi ricordo del loro show. Avevo seguito solo le performance di GENOCIDE SS, DESASTER, REGURGITATE e CRYPTOPSY perchè come al solito ero impegnato al mio stand di dischi e merchandising.

MI. Gli INHUMATE hanno la particolarità di si autoprodurre e di autofinanziarsi dalla sua creazione in 1990. E secondo te qualcosa di più "etico" quando gioco del Grind ?
Giulio. Siamo tutti band che arrivano dall'underground più Do It Yourself e per una vita ci siamo autoprodotti dischi, duplicato demo in casa, tagliato copertine e flyer a mano etc.. Anche con i CRIPPLE BASTARDS l'abbiamo fatto per una vita e pure fuori dal contesto del gruppo, io gestisco un'etichetta indipendente costruita sul sudore della fronte spaccandomi la schiena da anni. In questo settore lavorare con le proprie risorse, autoprodursi e autofinanziarsi è indispensabile, quindi non mi stupisco se anche altri lo fanno.

MI. Avete anche registrato un split molto buono coi francesi di SUBLIME CADAVERIC DECOMPOSITION. Hai ascoltato loro ultimo album ? Come spieghi che un gruppo come questo, che faceva un Grind selvaggio da piu di 10 anni, si metta adesso a scrivere dei canzone piu Rock N' Roll, piu saggi ? Hanno i CRIPPLE BASTARDS già provato l'invidia di fare altro che Grind, anche per un periodo molto corto ?
Giulio. Non ho ancora avuto modo di ascoltare il loro materiale Rock N' Roll... Nel nostro caso essendo la rabbia e l'ultravelocità due costanti che si abbinano alla perfezione con le nostre esigenze espressive. Lo stile resta e resterà sempre incentrato su quello, malgrado in passato qualcosa di diverso ci sia stato. Vedi quel che avevo scritto per Your Lies In Check... Le nostre attuali digressioni sono appunto episodi come “Splendore E Tenebra” dove più che il Rock N' Roll subentrano influenze che spaziano su generi come Doom, Prog, Dark e Industrial, tenendo comunque saldo come denominatore comune la negatività espressiva che è sempre stata alle radici del nostro stile.

MI. Hai iniziato ad ascoltare della musica estrema molto giovane. Avevi imaginato all'epoca che certi giovani potrebbe disegnare adesso nel loro diario il logo dei CRIPPLE BASTARDS come tu disegnavi quello dei MOTÖRHEAD ?
Giulio. Assolutamente no, non l'avrei neanche sognato allora.

MI. Per concludere, quale sono le tue altre passionni nella vita ? Io faccio cuoco ed amerei veramente che tu mi convinca che la cucina italiana è molto migliore che la cucina francese.
Giulio. La cucina francese è di altissimi livelli, ma quella italiana la supera perchè ha una varietà di piatti ancora più sconfinata, da regione a regione. Non sono assolutamente fiero di questo paese, e lo dimostra la nostra vecchia hit "Italia Di Merda", ma avendo viaggiato in tutto il mondo posso dire che la cucina italiana fatta con esperienza, tradizione e amore è veramente inarrivabile. Passioni nella vita ? La mia etichetta discografica, la FOAD Records, che ora è anche un lavoro a tempo pieno, e quando ho tempo piace molto anche a me la cucina, quindi magari un giorno ci incontreremo per confrontarci (risi) !

MI. Arriviamo alla fine. Ti ringrazio Giulio per il tempo che ci hai accordato, è stato un piacere ! Speriamo vedervi presto in Francia. Le ultime parole sono per te. Grazie !
Giulio. Grazie a te per il supporto ! Spero anche io di tornare a suonare in Francia quanto prima, se no venitemi a trovare all'Hellfest dove tutti gli anni lavoro nell'area metal market allo stand della FOAD Records.


Ajouté :  Jeudi 24 Avril 2014
Intervieweur :  Stef.
Lien en relation:  Cripple Bastards Website
Hits: 6807
  
[ Réagissez sur le Forum ] [ Retour à l'index des Interviews ]

P
U
B
Cliquez SVP P
U
B
MI Facebook | MI YouTube | CD Reviews | DVD Reviews | Book Reviews | Interviews | Live Reports | Concours | Forums | Radio | Photos | M-I Tshirt | Contact | M-I Banner
Metal-Impact est inscrit à la Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL) sous le N° 818655. Conformément à la loi Informatique et Libertés en date du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de modification et de suppression des données qui vous concernent. Vous pouvez exercer ce droit en nous envoyant un courriel. Plus d'infos sur vos droits sur le site de la CNIL.
Page générée le 17/12/2018 à 13:04:34 en : 0,0836 secondes
| © Metal-Impact (2001-2016) | Webmaster et Rédacteur en chef : Blasphy De Blasphèmar