METAL IMPACT
P
U
B
Cliquez SVP P
U
B
L ultime Webzine orienté Metal qui se renouvelle au quotidien

MI Facebook | MI YouTube | CD Reviews | DVD Reviews | Book Reviews | Interviews | Live Reports | Concours | Forums | Radio | Photos | M-I Tshirt | Contact | M-I Banner
Fermer/Ouvrir ce bloc Rechercher sur M-I


Avancee | Aidez-moi
Fermer/Ouvrir ce bloc M-I Membres
· Page d'accueil
· S'enregistrer
· Liste des Membres
· M-I Flux RSS
· M-I sur Facebook
· M-I sur YouTube
· M-I sur Twitter
· M-I sur Google+
· Top 15 des Rubriques
· M-I FAQ
· M-I Tshirt
· M-I Skin Firefox
Fermer/Ouvrir ce bloc Book Reviews Aléatoires
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc Interviews Aléatoires
· MALLEUS MALEFIC…
· SUBHUMAN (it) -…
· GLENN HUGHES (u…
· OUTSIDE by Meta…
· NIGHTMARE (FRA)…
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc CD Reviews Aléatoires
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc Rejoins-nous sur Facebook
Fermer/Ouvrir ce bloc Live Reports Aléatoires
· PSYKUP (FRA) - …
· MASS HYSTERIA (…
· HYPNO5E (FRA) -…
· ROTTEN SOUND (f…
· AMPLIFIER (uk) …
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc DVD Reviews Aléatoires
Voir les autres
Fermer/Ouvrir ce bloc Qui est en Ligne ?
Il y a actuellement 187 invités et 0 membres en ligne

Vous êtes un visiteur anonyme. Inscrivez-vous gratuitement en cliquant ici.

Fermer/Ouvrir ce bloc M-I Jeux

Deviens un pro de la batterie en cliquant ici ou (Entraîne toi sur la batterie de Danny Carey de TOOL)

P
U
B
Cliquez SVP P
U
B

LACUNA COIL (it) - Cristina Scabbia (Nov-2011/VF-EV)


A l’aube de la sortie de leur nouvel effort, Dark Adrenaline, qui atteindra les bacs en janvier 2012, il était indispensable de rencontrer la belle Cristina pour faire le point sur cette nouvelle année à venir…Ambiance cosy dans un hôtel de Pigalle, notre Italienne préférée m’accueille avec le sourire, un soda à la main, prête à répondre à mes questions. Beaucoup de discours promotionnel bien sur, obligation contractuelle de tout musicien désirant vendre son disque, mais aussi quelques confessions, des anecdotes cocasses, et un petit retour en arrière, histoire de voir dans le rétroviseur la route déjà parcourue. Un charme indéniable émane de mon hôtesse, qui manie l’anglais avec un peu plus d’aisance qu’avant, pour une discussion sobre mais détendue...

Line-up
: Cristina Scabbia (Chant), Andrea Ferro (Chant), Cristiano "Pizza" Migliore (Guitare), Marco "Maus" Biazzi (Guitare), Marco Coti Zelati (Basse), Cristiano "Criz" Mozzati (Batterie)

Discographie : Lacuna Coil (EP - 1997), In A Reverie (album - 1999), Halflife (EP - 2000), Unleashed Memories (album - 2001), Comalies (album - 2002), Karmacode (album - 2006), Shallow Life (Album - 2009), Dark Adrenaline (Album - 2012)

M-I Interviews du groupe : LACUNA COIL (it) - Andrea Ferro (Mai-2009/VF-IV), LACUNA COIL (it) - Cristina Scabbia (Nov-2011/VF-EV)



Metal-Impact. Bonjour Cristina, heureux de te revoir en France. Votre nouvel album, Dark Adrenaline sort en Janvier 2012, peux tu nous en dire plus à son propos, sur le processus de composition et de création ?
Cristina Scabbia. Bien sur! Nous l’avons écrit à Milan, dans le studio perso de Marco, notre bassiste, il a un petit studio dans sa cave, et c’est donc là bas que nous avons réuni nos idées, et celles des autres membres du groupe, mais c’est principalement Andrea, Marco et moi qui avons travaillé tous les jours, sur de nouveaux vocaux, et le processus d’écriture à duré quelque chose comme trois, quatre mois, nous étions en effet dans une période très créative, et nous avons enregistré l’album entre Milan et Los Angeles, où nous avons fait les voix et les arrangements, une fois de plus avec Don Gilmore, et il va donc sortir comme tu l’as dit en Janvier 2012.

MI. Est-il plus facile de travailler dans un petit studio perso que dans un grand studio pro ?
Cristina. Je pense que c’est plus facile durant la période d’écriture, c’est plus simple pour nous, je ne veux pas parler pour les autres groupes, mais pour notre part, nous ne pouvons jouer et nous sentir libre que dans un environnement familier, pour enregistrer, tenter des trucs en nous sentant libres, sans craintes ou pression ou influences venant de l’extérieur, c’est en effet très important.

MI. D’ailleurs, quels sont les thèmes abordés avec Dark Adrenaline ?
Cristina. La plupart des chansons traitent de la colère, de la peur, des craintes, de la rébellion, des ténèbres, de la tristesse, mais aussi de l’optimisme, de l’espoir, du fait qu’il faut te débrouiller pour imposer tes idées, c’est donc un mélange de moments sombres et tristes et de périodes plus positives…Ca n’est pas un concept album, chaque chanson a sa propre raison d’être, et n’est pas liée aux autres, si ce n’est de part ce mélange d’émotions…

MI. Peux-tu nous en dire plus à propos des textes, particulièrement ceux que tu préfères ?
Cristina. Il y a quelques titres auxquels je suis particulièrement attachée, mais la plus intense selon moi reste “My Spirit”, que nous avons écrite à la mort de Peter STEELE. Marco – qui est notre principal compositeur – est arrivé avec cette musique qui nous rappelait vraiment celle de TYPE O NEGATIVE, et qui a eu un gros impact sur nous, spécialement à nos débuts, mais nous avons apprécié chacun de leurs albums, nous avons eu la chance de les accompagner en tournée, et donc de pouvoir parler avec Peter, de le connaître en tant qu’individu, il était vraiment génial, si drôle, si sarcastique et si profond à la fois, que nous avons été très choqués par sa mort lorsque nous l’avons apprise…Marco à écrit la musique en une nuit, et nous l’avons enregistrée le lendemain. C’est vraiment une chanson profonde, très triste, c’était très facile d’en écrire le texte, qui était inspiré de l’importance de sa présence dans nos vies, et par extension nous avons pensé à la mort de certains membres de nos familles ou de nos proches, ou même de nos idoles que nous avons eu la chance de rencontrer, et au final, nous avons obtenu cette chanson, qui est très optimiste, parlant d’un éventuel au-delà, mais même si tu n’es pas croyant, ça n’est pas grave, il y aura toujours une trace autour de toi qui te rappellera toutes ces personnes que tu as aimées…Tout ce que tu as a faire est de profiter de ces moments, célébrer leur mémoire, car même s’ils sont partis, leur esprit est toujours avec toi…

MI. Nous parlions de la dualité sur cet album, quelques chansons m’ont fait penser à HIM, particulièrement “Kill A Light”, qui est une de mes préférées, car elle offre un mélange unique de voix romantiques et de riffs agressifs, je voulais donc savoir si la musique de LACUNA COIL est une sorte de dualité sur l’amour et la souffrance, ou même, une métaphore sur la vie ?
Cristina. Nous avons toujours combiné ces moments atmosphériques avec des passages agressifs, depuis nos débuts, depuis le premier EP, car nous sommes très ouverts, nous écoutons une large variété de musique, n’importe quel groupe de n’importe quel courant, car il y a toujours quelque chose d’intéressant à découvrir, qui peut éventuellement nous inspirer, mais en même temps, lorsque nous enregistrons un album, nous ne pensons pas à un groupe en particulier, on se laisse juste porter, nous sommes enfermés tous dans la même pièce, et nous composons la musique qui reflète le mieux ce que nous ressentions au moment où elle est venue…Et parfois, c’est la vie elle même qui nous influence, tu n’es pas forcément inspiré par un style de musique ou par un artiste, tu peux aussi l’être par un livre, un film, ou même un jeu vidéo…Tu peux être inspiré par tant de choses sans pouvoir vraiment l’expliquer…

MI. Vous êtes donc principalement inspirés par la vie ?
Cristina. Oui, comme tout le monde! Je pense qu’à partir du moment où tu fais partie d’un groupe depuis longtemps, il est impossible de t’asseoir et de te dire “Oh mon Dieu, j’adore ce groupe, sonnons comme lui!”, c’est le genre de chose qui ne te motive plus, parce que tu as trouvé ta véritable personnalité, tu sais qui tu es, avec qui tu travailles, ce que tu as accompli, alors le processus de composition consiste à rassembler tous ces éléments, ces expériences, de te baser sur ton passé pour te tourner vers l’avenir…

MI. Tu parlais d’identité, penses tu que LACUNA COIL a fini par la trouver, tout du moins musicalement, en 2011 ?
Cristina. Oui, éventuellement, mais il est si facile de dire des choses comme “Voilà, c’est ce que nous sommes à présent, c’est le meilleur album que nous ayons jamais fait!” puisque de toute façon, quoique tu écrives, tu vas apprécier, et ça te représentera de la meilleure des façons…Mais je pense vraiment que c’est l’album le plus complet que nous ayons fait à ce jour, qui résume parfaitement notre parcours, qui reprend de vieilles recettes tout en proposant de nouvelles choses…Oui, c’est vraiment notre album le plus complet.

MI. J’aimerais parler de cette nouvelle reprise de REM, “Losing my Religion”, pourquoi cette reprise? A cause du groupe, de la chanson, du texte ?
Cristina. On en a eu l’idée il y a un an et demi, lorsque nous avons repris “Enjoy The Silence”, nous hésitions entre les deux, mais nous avons fini par faire “Enjoy The Silence”. Nous voulions refaire une reprise, car nous trouvons cela très amusant de recréer une chanson, d’un style qui n’est pas le notre, alors on a pris “Losing My Religion”, on a changé complètement les arrangements et les vocaux tout en essayant de rester fidèles, histoire que les gens reconnaissent la chanson, et je pense qu’on a fait du bon travail, tout le monde semble apprécier, et c’est finalement une énorme coïncidence que nous reprenions cette chanson au moment même où ils mettent un terme à leur carrière…J’espère qu’ils apprécieront cet humble hommage !

MI. C’est vrai que vous avez fait du bon boulot…Lorsque j’ai vu qu’il y avait cette chanson sur l’album, “Losing My Religion”, je pensais effectivement que c’était une reprise de REM, mais quand je l’ai écoutée, je me suis dit “Bon, Ok, non, ça n’est pas une reprise de REM”, et il m’a fallu attendre les paroles pour en être sur !…Tu dis que vous aimez les reprises, alors à quand un album entier ?
Cristina. Non, je ne pense pas que nous en ayons réellement besoin, nous le faisons surtout pour les concerts, pour ce moment magique où tout le monde chante, parce que parfois, des gens viennent à nos concerts – et cela doit être la même chose pour d’autres groupes – des gens qui ne connaissent aucun album, aucune chanson ni aucun texte, et lorsque tu leur joue une chanson très populaire, qu’ils ont entendu à la radio où à la TV, ils se mettent tous à chanter, et cela créé une connexion avec le public, et c’est pour cela que nous aimons les reprises…

MI. Mais lorsque vous enregistrez une chanson en studio, vous pensez à son impact live ?
Cristina. Bien sur! Et c’est pour ça que les morceaux de Dark Adrenaline sont plus Heavy que ce que nous avons fait par le passé, nous avons tellement tourné que nous nous sommes rendu compte que nous aimions par dessus tout jouer les morceaux les plus Heavy possibles, nous nous sommes donc dit qu’il était temps de recréer ça en studio, parce que c’est ce que nous aimons…

MI. Ce nouvel album est une fois de plus produit par Don Gilmore, était ce une façon de rester musicalement cohérents, ou est ce simplement le meilleur producteur pour votre musique ?
Cristina. Quand on change de producteur, c’est pour avoir un point de vue différent sur ce que nous jouons, pour savoir ce qu’un tiers pense de notre musique, mais tout dépend de ce que tu mets sur la table, et si tu compares Shallow Life et Dark Adrenaline, tu verras que le son et les morceaux sont complètement différents, le producteur n’est donc pas la clé assurée du succès, ni la raison unique pour laquelle un album sonne de telle ou telle façon. Nous avons juste senti qu’il était temps d’essayer un producteur différent, car nous avions tant appris de Waldemar…Il nous fallait essayer autre chose, et on nous a alors donné le nom de Don Gilmore parmi beaucoup d’autres, il avait une bonne réputation, et il avait l’habitude de travailler avec des groupes grand public comme LINKIN PARK, mais ce qui a retenu notre attention est qu’il avait travaillé avec PEARL JAM, pour un public plus Rock, nous avons donc décidé d’explorer de nouveaux horizons avec lui, et notre rencontre fut très agréable, en plus, c’est un grand professionnel…Il est venu à Milan nous écouter, et nous avons apprécié le fait qu’il veuille travailler avec nous, c’était incroyable de bosser avec un tel producteur, qui avait vraiment envie de s’impliquer, nous adorons son travail, mais peut être travaillerons nous avec quelqu’un d’autre à l’avenir, tout dépend des morceaux…

MI. Il me semble que votre musique et votre image s’assombrissent au fil des années, cela correspond il à votre évolution personnelle ou celle de la société en général ?
Cristina. Et bien, on aime juste s’habiller en noir, peut être par fainéantise, mais la plupart du temps, lorsque tu fais du shopping, tu te dis, “Bien, quelle couleur vais-je choisir? Bof, allez noir, ça ira bien avec tout le reste !”…Mais tout simplement, j’aime le noir! (rires). Je pense sincèrement que c’est une couleur élégante, et pas du tout triste ou diabolique, ou que tu choisis pour échapper à quelque chose…Je pense que la vie est faite de hauts et de bas, j’assume tous les mauvais moments, et je n’en ai pas peur, et effectivement notre image le reflète, nous n’avons pas peur des ténèbres car nous savons qu’au bout il y a la lumière, c’est juste un concept que tu dois assimiler, c’est la vie, le jour succède à la nuit, c’est un équilibre…

MI. Dark Adrenaline propose la musique la plus Heavy jamais jouée par LACUNA COIL, penses tu que vous avez réussi à conserver vos influences européennes, ou bien avez vous cédé aux exigences du marché américain ?
Cristina. Je pense que nous avons conservé les deux influences, nous avons tellement tourné de par le monde, et lorsque tu passes beaucoup de temps dans un pays, tu absorbes une partie de sa culture…Nous ne voulons pas désespérément coller au marché américain, ni oublier nos racines européennes, car je pense que le nouvel album est un parfait mélange des deux, il résume ce que nous avons accompli jusqu’à présent, la tradition et de nouveaux éléments…Et j’ai été très surprise lorsque des journalistes nous ont dit que les influences de Comalies ou Unleashed Memories émanaient de cet album, je ne m’en étais pas rendu compte lorsque nous l’avons enregistré…Mais tous les gens que je rencontre me donnent des avis différents, aujourd’hui on m’a dit que cet album sonnait très 80’s, on m’a même dit qu’il était un peu Punk ! C’est intéressant tous ces points de vue…Le plus important est que nous soyons sincères avec notre musique, notre écriture nous reflète parfaitement, on ne vise pas un public particulier, ni le marché américain plutôt que l’Europe, nous jouons juste notre musique…

MI. As-tu des anecdotes relatives à l’enregistrement de Dark Adrenaline ?
Cristina. Pas vraiment, quand nous enregistrons, nous sommes très concentrés, on travaille toute la journée et le soir on est crevés, on doit se reposer pour recommencer le lendemain…Nous essayons de rester professionnels, de ne pas trop faire la fête, parce que lorsque tu enregistres un album, tu n’as pas envie de déconner et de tout foutre en l’air. Tu veux juste être le meilleur possible. Par exemple, j’essaie de beaucoup dormir, de ne pas boire d’alcool pour ne pas endommager ma voix, je n’abuse pas non plus du café, j’essaie de prendre soin de ma voix car je ne sais qu’elle n’est pas éternelle…C’est pour ça que je n’ai pas grand chose d’amusant à raconter, non, je ne vois pas, je ne me souviens de rien de particulièrement bizarre…

MI. Pas de batteur qui explose, pas de fantôme ?
Cristina. Des fantômes! Maintenant que tu en parles, lorsque nous enregistrions les voix, quelque chose d’étrange est arrivé. A la base, Andrea et moi enregistrons dans la même pièce, et Marco dans une autre, pour composer des parties de clavier ou bidouiller des arrangements sur ordinateur parce qu’il est très bon pour ça, et un jour il est venu nous voir pour nous dire qu’il avait senti un coup dans sa chaise, mais il n’y avait personne dans la pièce avec lui! Il était très effrayé, et ils nous a dit un truc du genre, “Bon Ok, c’est bon, arrêtez de vous foutre de moi!”, mais on lui a juré les grands dieux que nous étions en train de travailler et que nous n’avions pas quitté la pièce…Une autre fois, il avait laissé la chaise dans la pièce, et l’a retrouvée complètement à l’opposé…Et personne n’était rentré dans le studio…C’était très étrange…Je ne sais pas si tout ça est réel, et s’il y avait vraiment un fantôme…Peut être! (rires)…Mais qui sait!

MI. Ca c’est cool! Comment vois tu l’évolution de LACUNA COIL d’un point de vue musical et humain depuis vos débuts jusqu’à Dark Adrenaline ?
Cristina. Je me sens plus mûre en tant que femme et musicienne, car la première fois où nous nous sommes retrouvés en studio, nous n’y connaissions rien au niveau de l’enregistrement ni du business ni des labels…Tout était différent, tout était analogique, il n’y avait pas Internet et la technologie était encore balbutiante, mais tout a changé au travers des années, nous ne sommes plus les mêmes, nous avons grandi, appris, changé, vécu des expériences différentes, mais quand je vois tout ce que nous avons réalisé, c’est formidable…Ces deux derniers jours, j’étais dans les bureaux de Century Media, pour la promo, et j’ai vu tant de témoignages de notre passé, des posters de tournée, où même la chambre dans laquelle nous dormions lorsque nous enregistrions…C’est tellement agréable de se souvenir de tous ces moments, et de les voir remonter à la surface de temps à autre…

MI. Une question pour toi Cristina, en tant que femme. Les femmes dans la musique ont toujours eu le même problème, soit elles étaient belles comme toi, et donc ne pouvaient pas être considérées comme musiciennes, soit elles étaient moches et donc, pas considérées vraiment comme des femmes. Que penses-tu de cela ? N’en as tu pas marre des fois des questions du genre “Quand vas tu avoir un enfant? », « N’est ce pas difficile de faire de la musique quand on est une femme ? » ou encore « Arrives tu à combiner ta vie privée et professionnelle ? », le genre de questions qu’un journaliste ne poserait jamais à un homme ?
Cristina. Tout d’abord, je fais très attention à ma vie privée, et même si j’aime rester au contact des fans via Facebook ou en postant quelque chose sur Tweeter, je ne vais jamais trop loin, je ne révèle rien de mes relations, ni de mes amis proches, ou de ma famille, car je veux que ça reste secret. Je pense qu’il faut agir ainsi pour éviter les problèmes, c’est stupide de s’exposer complètement, et de venir se plaindre après au moindre problème en disant, “Putain, les gars, vous pourriez respecter ma vie privée!”, c’est très con, il fallait agir différemment depuis le début…Quant au jugement global des femmes et la musique, tout dépend de l’intelligence de ton interlocuteur…Je me fous complètement de ce que peuvent penser les gens que je ne considère pas comme intelligents, ce qu’ils pensent de moi, ou du fait qu’une femme ne se rattache qu’à un genre, ou que tu ne peux pas être douée dans ton domaine, ce sont de vieux clichés que je ne comprends pas, et le fait de me considérer comme une jolie femme… Je ne suis pas un top model, je ne suis pas parfaite, mais je fais mon travail, et je pense le faire bien…Je n’accorde aucune attention à ce que ce genre de personne peut penser…

MI. Quelques mots sur la tournée à venir ?
Cristina. Il y aura beaucoup de concerts, nous allons tourner avec MEGADETH, MOTORHEAD et VOLBEAT pour le GIGANTOUR, nous jouons dans deux jours en Grèce, il y aura donc pas mal de dates, je n’ai pas le planning complet, les seules confirmées sont le GIGANTOUR et deux shows en Amérique du Sud, avec LAMB OF GOD…Je suis pratiquement sure que nous allons faire des sets acoustiques pour la radio, et des shows en tête d’affiche, mais rien n’est signé, mais nous avons prévu de tourner au moins quatre mois aux USA, pour effectuer une tournée complète, puis revenir en Europe pour les festivals, nous jouerons probablement en France aussi, peut être pour le Hellfest, ou alors nous reviendrons en Automne pour une tournée européenne…

MI. Quelques mots pour tes fans en Italien ?
Cristina. Oh! Grazie di tutto, grazie per il supporto, ci ricordiamo ogni giorno di voi, perché vi dobbiamo tutto, e senza voi non ci saremmo niente ! (Merci pour tout, merci pour votre soutien, il ne se passe pas un jour sans que nous ne pensions à vous, car nous vous devons tout, et sans vous, nous ne sommes rien.)
M-I. Grazie mille Cristina!



==================== ENGLISH VERSION ====================



Metal-Impact. Hi Cristina, welcome back to France. Your new album, Dark Adrenaline will be available on January 2012, can you tell us more about the history of this LP, the process of creation and composition?
Cristina Scabbia. Definitely! We wrote the album in Milano, in Marco’s home studio, our bass player, he has a little studio in his basement and that’s where we collected the ideas, from the different members of the band, and mainly me, Marco and Andrea, worked pretty much everyday, on new vocals, and the whole process of song writing took something like three/four months, because we were on a very creative period of our life, and we recorded the album between Milano in Italy, and Los Angeles, we did the vocals and the arrangements in Los Angeles, again with Don Gilmore, and it’s gonna be released end of January.

MI. Do you think it’s easier to work in a personal studio, than in a large professional one?
Cristina. I think it’s easier to work in a small intimate studio when it’s time to write, I mean it’s easier for us. I don’t know for any other band, we’re only able to play and to feel free with our own creativity when we’re in on our environment, recording stuff without fears or boundaries, or influences coming from outside is very important for us!

MI. By the way, what are the general themes treated in Dark Adrenaline?
Cristina. There are songs dealing with anger, fear, rebellion, darkness, sadness, but also positivism, hope, the fact that you have to stand up for your ideas, so it’s a mixture between obscure and sad moments, and more energetic moments, it’s not a concept album, so every song has a specific story by itself, and is not really connected to others, if not with this mixture of feelings…

MI. Can you tell us more about the lyrics, particularly the ones you specially appreciate?
Cristina. There are several songs we’re particularly attached to, probably the most important song in terms of intensity, is the one called “My Spirit”, which is a song we wrote after the death of Peter STEELE, Marco, the bass player is the composer of most of the music, he came up with this music that really reminded us of the TYPE O NEGATIVE music, that had a lot of impact on us, especially on the beginning, but we always loved every single release they done, we had the chance to tour with them, to meet them, we had the chance to talk with Peter, to know him as a person, and he was such a great guy, so funny, deep, sarcastic, and we were shocked when we heard about his death, it was a complete shock for us, and Marco wrote the music in about one night, and the day after we went to the studio, we wrote the song…It’s so full of deep feelings, so full of sadness, it was really easy for us to write lyrics, inspired by his presence in our lives, and automatically thinking about death, and the loss of someone you cared, so we started to think about all the other people we lost in our families, our friends, the idols we had the chance to meet in our life, and we came up with that song which is basically an hopeful song, maybe there is something after, but it doesn’t matter if you’re a believer or not, there will always be something around you, to remind you of the person that you lost, so all you can do is cherish the memories, celebrate the memories, of the people that you loved that are gone, but their spirit is still along…

MI. You were talking about the duality on this album, because some songs made me think about the music of the band HIM, particularly “Kill A Light”, which is one of my favourite song, cause this song features this unique mix of romantic vocal lines, and aggressive guitar licks, and I wanted to know if LACUNA’S COIL music a kind of duality of love and pain, and a metaphor on life?
Cristina. We’ve always been mixing atmospheric moments to some more aggressive ones, since the very beginning, since the first EP, that’s because we’re really open minded, we are always listening to a big variety of music, from every band, from every type of music, there is always something interesting, inspiring us in some ways, but in the same time, when it’s time to write an album, it’s not that we are thinking at a specific band or we are listening to the music of this band, we just go with the flow, we are just secluded in the room, and we just come up with the music that was a reflection of what we felt in that precise moment when we wrote the music, and sometimes it’s just life that influences us, you don’t need to be inspired by other music or artist, you can be inspired by a book you read, or a movie, or a video game, you can be inspired by so many things you can’t explain what really influenced you for that…

MI. You are influenced by life mainly?
Cristina. Yes! Just like everybody is, just because I think if you’re an experienced band, I find it hard to believe that you just sit down and think about another band’s music, saying “Oh God, I love this band, I want to reproduce the sound”, you don’t do that any more, because after a while you find your own personality, you know who to work with, who you are, what you did in the past, so it’s just like collecting all these experiences, to carry on with your past and work for the future.

MI. You were just talking about identity, do you think that LACUNA COIL in 2011 has found its real identity, musically?
Cristina. I can say so, but I also think that it can be obvious for some bands to say “This is what we are now, this is the best album we’ve ever done!” because obviously, whatever you write, you’re gonna like it and you gonna present it the best way possible, I definitely think this is the most complete album we’ve ever done, that includes everything we’ve done so far, it’s a real resume of what we did, it includes old moments of our career, musical vibes, but at the same time it features new elements, as well. So I think it is the most complete work we’ve ever done.

MI. I’d like to talk about this new cover, REM’s cover “Losing my Religion”, why this new cover on this album, because of the band, the song, the lyrics?
Cristina. The idea of doing this cover came up one year and a half ago, when we did “Enjoy The Silence” it was in between, but we finally did “Enjoy The Silence”. We were thinking of re doing a cover because it’s something really funny to us to re create a song, to completely re arrange a song that might not be in your own style, so we decided to do “Losing My Religion”, change the music completely, and change the vocal lines too, keeping it close to the original for everybody to understand it was the REM song, but I think we did a pretty good job, everybody seemed to enjoy it, and it think it’s a strong coincidence we just cover this song at the moment they decided to close their own career, I hope they’re gonna like this little tribute!

MI. You said you think you did a good job and I agree with you…When I got the album and I saw this song, “Losing My Religion”, I thought it was an REM cover but then I listened to the song, and I said to myself “Well Ok, this is not a REM cover”, and I had to listen carefully to the lyrics to be sure it was a REM cover…Talking back to covers, you said you were pretty much into covers, how about a whole cover album?
Cristina. No, I don’t think we need that, we like to work on covers especially for live shows, recreate this moment when everybody’s singing, because sometimes at our shows, and at other bands shows, you see a lot of people coming but not knowing every single album, and every single song, and every single word, but when you play a very popular song, that everybody knows, because they listened to the song, on TV on radio, everybody is singing, so there is that moment, when you are really connected to the public, and that’s why we like to play covers…

MI. When you’re composing a song in the studio, do you think about the impact it will have live on the audience?
Cristina. Yes! That’s why the songs on Dark Adrenaline are heavier than the songs we did on the past, because we toured so much, those last years, and we realised we enjoyed very much when we were playing the heaviest songs, so we said it was time to reproduce this live impressions on the album, because that’s what we like and what we enjoy…

MI. The new album is once again produced by Don Gilmore, was it a way to be coherent musically, or do you just think he is the best producer for your music ?
Cristina. I think when you’re changing the producer, it’s just to have a different point of view, on what you’re doing, to see what an external person think of your music, it really depends on the songs you’re bringing on the table, because if you compare Shallow Life to Dark Adrenaline, they are really different, the songs are different, the sound is different, so the producer is not the key to success, or the reason an album sounds this way…So we just felt it was the time to change the producer, because we learned so much from Waldemar, but it was time to move onto something different, we’ve been presented the name of Don Gilmore among the others, he had a good reputation, he used to work with a lot of mainstream bands, like LINKIN PARK, and what catched our attention was the fact that he worked with PEARL JAM, with a more Rock audience, and we decided to explore his territory, and when we met him, it was really exquisite, and moreover we knew he was a great professional…He came to Milano and listened to our songs, and we liked the fact that he wanted to work with us, and it was amazing to work with such a great producer who was excited to work on our album, he really wanted to be involved in it, and such a change was great, we love his work, but maybe the next album will be done with another producer, it depends on the songs…

MI. It seems that your music and image go darker as years go by, does it meet your own evolution as human beings, or the evolution of society in general?
Cristina. Well, we just like dressing in black, sometimes it’s just because you’re lazy, or sometimes you go shopping, and you wonder “Well, what colour am I gonna pick up, oh Black, because it’s gonna match with all I have”, clearly I like black! (laughs)…I think it’s an elegant colour, in my heart and in my mind, it doesn’t represent anything sad, or evil, or something you have to escape from, I think that life is made of ups and downs, I accept every dark moment you can come up with, and I’m not afraid of it, that’s why our image is reflecting that, we are not afraid of darkness because we know there is always a light coming out of it, so you just have to face it, it’s a part of life, there is the daylight and the night time, life is a balance of things…

MI. Dark Adrenaline features the heaviest music ever played by LACUNA COIL, do you think you still kept your European influences, or are you definitely influenced by the American market?
Cristina. I think that our band has both influences, we toured so much everywhere in the world, it’s normal when you spend a huge amount of time in a specific territory, you can absorb the sound of the country itself…So it’s not that we deliberately want to hang up to American sonorities and forget our European roots, actually the new album is the perfect mixture of both influences that we’ve ever done, the modern touch, the fresh elements, but also a lot of our ancient style that’s coming up…And even more surprisingly, I started to notice it, when journalists talk to me about that, well, I didn’t feel it at the beginning we just drove our way, and wrote because we liked it, and everybody was like, “Waouh, the roots of LACUNA COIL, Comalies or Unleashed Memories are coming out of the album…”. And everybody I’m talking with is coming with different things, today we heard that some of the songs are really 80’s, I heard that some songs sounded really Punk…It’s interesting but everybody is coming up with different points of view…The most important thing is that we’re delivering what we are…Our writing expresses our inner feelings, we’re not aiming at a specific scene, or a specific thematic, or to the American market rather than the European one, we’re just writing our music…

MI. Do you have any fun facts about the recording of Dark Adrenaline?
Cristina. Not so much about the recording, because when we record we are pretty focused on it, we work all the day and at the end of the evening we’re so tired and we have to rest to work the morning after, we try to be professional, try not to party too much because we know that when you’re recording an album you don’t want to fuck it up, you want to play the best you can, so…As an example, I try to sleep a lot, I don’t drink alcohol because it affects my voice, I try not to drink too much coffee, I try to be more careful about my voice because I know that my voice is not gonna stay forever, and that’s why I don’t have particular episodes I can recall, nothing too weird…

MI. No drummer exploding, no ghosts?
Cristina. Ghosts! Actually, now that you mention it, when we were recording the vocals, something strange happened, because basically, Andrea and me were recording in a room, and Marco in another room, was composing a keyboard part, he is responsible for that, he’s really good in composing on computers, and one day he said he felt like a punch in his chair, but nobody was in the room, and he freaked out, he was like “You guys made fun out of me!”, but we sweared we were working here and we didn’t move from our room, so it was pretty weird, and on another day it happened that he left the chair in one position, and he found it back at the other side of the room, so he came back but nobody had entered the studio, so it was kinda creepy, I don’t know if it is true, it there was really a ghost. There might have been one (laughs)…But who knows…

MI. That’s definitely cool! How do you see the evolution of LACUNA COIL from a musical and human point of view from your first EP to Dark Adrenaline?
Cristina. As a human being, I feel more experienced because I remember the first time we entered the studio, we didn’t know how the recording process would have been, we didn’t know anything about the business or the labels, everything was analogic, completely different, there was no Internet, not so much technology, so everything changed during all these years, none of us is the same person that he was way back then, obviously you grow up, you live and learn, you change a little bit, you got different experiences, but I still think about what we did in all these years, it’s amazing, sometimes I stop and think about how much we achieved during these years, and it’s great…The last two days I was in the Century Media office for promotion, and we saw so many things related to our past, tour posters, or pictures of the room we were sleeping in when we recorded the album, it’s just great to cherish all these memories, to bring them back once in a while…

MI. A question especially for you Cristina as a woman. Women in music have always faced a real problem. Whether they were beautiful women like you and not considered as musicians, or pretty ugly and not considered as women, what do you think about that, and aren’t you fed up with questions like “When will you have a baby?” or “Isn’t it hard to play music when you’re a woman”, “Can you combine your private and public life?”, this kind of questions that a journalist never ask to a male musician?
Cristina. First of all I’m really protective, about my private life, that’s why I like to stay in touch with our fans, through Facebook, or by posting something on Twitter about my life but never going too deep, talking about my relationship, or my family, or my close friends, because that’s what I want to remain secret…I think you have to act like that if you want to avoid problems, because it’s stupid if you expose yourself completely and then you came up with problems, you say “Oh I want you guys to respect my privacy!”, that’s bullshit, you should have done that from day one…The whole women judgement thing is up to the intelligence of people, I don’t care about people that I don’t consider smart think about me, and think about the fact that women belong to a gender, or the fact that if you’re pretty you don’t have abilities in your domain, these are the old clichés I don’t understand, and you know it’s even funnier to think about me as a beautiful woman, I’m not a model, I’m not perfect, but mainly I can do my job very good…And I don’t care about what these stupid people think about it all…

MI. Maybe a few words for your fans, about the tour that’s coming?
Cristina. There is a lot of touring coming, we’re touring with MEGADETH, MOTORHEAD and VOLBEAT for the GIGANTOUR, we have a gig in two days in Greece, so basically it’s gonna be a lot of touring, I don’t have the complete plans for the year, the only dates confirmed are the GIGANTOUR and South American for two days, with LAMB OF GOD, I’m pretty sure we’re gonna play more shows, acoustic sets for radios, and headlining shows, that are not confirmed yet, but at least the plan is to stay for four months in America, in order to tour properly, then we’ll be go back for summer festivals, we’re going to play in France again, maybe at the Hellfest, or we might be back for the fall, on an European tour, so we’ll be able to touch different territories…

MI. Maybe a few words for your fans in Italian?
Cristina. Oh! Grazie di tutto, grazie per il supporto, ci ricordiamo ogni giorno di voi, perché vi dobbiamo tutto, e senza voi non ci saremmo niente !
M-I. Grazie mille Cristina!


Ajouté :  Vendredi 27 Janvier 2012
Intervieweur :  Mortne2001
Lien en relation:  Lacunal Coil Website
Hits: 12557
  
[ Réagissez sur le Forum ] [ Retour à l'index des Interviews ]

P
U
B
Cliquez SVP P
U
B
MI Facebook | MI YouTube | CD Reviews | DVD Reviews | Book Reviews | Interviews | Live Reports | Concours | Forums | Radio | Photos | M-I Tshirt | Contact | M-I Banner
Metal-Impact est inscrit à la Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL) sous le N° 818655. Conformément à la loi Informatique et Libertés en date du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de modification et de suppression des données qui vous concernent. Vous pouvez exercer ce droit en nous envoyant un courriel. Plus d'infos sur vos droits sur le site de la CNIL.
Page générée le 29/5/2017 à 17:19:50 en : 0,1443 secondes
| © Metal-Impact (2001-2016) | Webmaster et Rédacteur en chef : Blasphy De Blasphèmar